BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez | 

 security string (skor)


avatar
"These streets will make you feel brand new" - NYC
Messages : 409
Age : 25
Célébrité : alysha nett(comme les tampons).
Pseudo internet : fluorescent(lucie).
Arrivé le : 17/01/2016
Ce qu'il faut savoir sur moi :

just you and me
Un suffit d'un instant. Un regard. Une rencontre. Pour bouleverser une existence. La bonne personne, le bon moment. Le caprice complice du destin.


PRIAM | uc

complicated
CASEY

friends
TAMSIN | NATHANIEL |BRAXTON


groupe:
 


(#) Jeu 10 Mar - 22:31



security string
Qu’est ce que j’en ai à branler, de sa pizza. De sa tête de Gland, ses yeux bleus ensorcelants. Un voyage dans une quatrième dimension qui pu la clope, la perversité, la pizza. Les hamburgers dégoulinants de gras. Des kebabs surement pas confirmés en terme d’hygiène. Connor, c’est un univers parallèle, différent de tout le monde, de la société, des gens normaux. Sa sphère de solitude comblée par briques qui pennes à tenir debout, étroitement liés à la mienne. My laaand, my world.. Pourquoi est ce qu’il faut que je sois attachée à ces types, à la con, qui se plaisent de pourrir ma vie, la rendre encore plus terne qu’elle ne l’est déjà. Pourquoi je m’attache toujours aux connards de mauvaise fréquentation. Pourquoi j’me laisse faire, pourquoi j’reste attachée à eux bien plus que j’le suis à ma propre vie ? C’est moi la conne de l’histoire. J’suis la victime. Celle qui suit, par loyauté ? Non. Par amour ? Non, j’aime personne. J’sais pas. J’devrais pas bouger pour aller bouffer une part de sa pizza volée une heure plus tôt. J’devrais pas aller le voir, dans ma p’tite jupette, mes talons haut. Ce bruit de pas qui résonne dans la rue. Les murs sombres, les étoiles qui tirent la gueule à travers les nuages persistants de l’hiver. Merde à toi l’hiver. J’te déteste, toi ta sale merde de froid. J’aime pas ce bruit de talons qui claque sur le bitume, ça fait fille. Ca ne fait pas moi. Mais finalement j’men branle. J’devrais pas, j’devrais flipper. Avoir peur pour ma vie, pour mon vagin qui risque de se faire agresser d’un moment à l’autre par la même bande qui a tabassé Milo. J’marche vite. Le pas s’accélère. Les jambes tendues, la démarche de bonhomme sur talons haut. Presque un peu trop féminine. Qui suis-je ? Pourquoi aussi bien habillée pour aller bouffer de a pizza avec ce type. Ce taulard. Ce gars que j’aimais à en graver son nom par mon sang dans mon journal intime ? Merde. J’arrive devant son immeuble. Moche. Dans son quartier de pauvre sous-race de la société. J’arrive devant sa porte, moche. Aussi moche que lui. Pas la peine de toquer, de sonner. Pas le temps à perdre. Pas l’envie de lui dire que je suis la avec politesse. Je passe la porte, presque trop bruyamment que les voisins s’en sont réveillés. Le bruit de mes talons, contre le sol, ma veste lâchement lancée sur le rebord du canapé en rentrant dans le salon. J’t’emmerde, j’ai pris tout mon temps. Parce que j’men fou d’ta pizza. Je m’approche de lui, sans vraiment lui accorder le moindre regard. Je fais ma place, comme chez moi. Une part de pizza attrapée du bout des doigts. Contraste de ma féminité extérieure et mon âme de truie largement enfuie en moi même moi. Tu l’as volé à qui ? L’arabe de serveur ? Nan, l’indien ? Je le regarde à peine, dégustant un bout de mon gras italien, goulument. Vache, crade. C’est moi.


_________________
our love story will die with us
"Depuis que je le connais, je ressens des trucs hallucinants, je me dis souvent que j'ai eu de la chance de l'avoir croisé, sinon j'aurais jamais su qu'un rire pouvait arrêter la Terre de tourner, j'aurais jamais su qu'un regard pouvait habiller mes journées. Qu'un baiser pouvait être une drogue"
Voir le profil de l'utilisateur http://www.theothersiderpg.org/t1023-j-te-quitterai-des-que-je- http://www.theothersiderpg.org/t1043-t-as-moins-de-caractere-qu-un-tweet-sky#20465 http://www.theothersiderpg.org/t1052-h-skyler-williams-609-431-8211#20622

avatar
"These streets will make you feel brand new" - NYC
Messages : 46
Age : 27
Célébrité : bébé tommo
Pseudo internet : day dream (juliette)
Arrivé le : 07/03/2016
Ce qu'il faut savoir sur moi :
(#) Ven 11 Mar - 22:43


shut up and kiss me
SKOR


Une clope dans la bouche. Un sourire provocateur au coin des lèvres. Tu jettes un œil sur ton vieux portable qui ferait pâlir n’importe quel jeune un minimum censé. Tu te fiches pas mal de la valeur de cet appareil. Il te permet d’appeler et de recevoir des messages, c’est tout ce qui compte. Sky est en chemin. Tu as l’impression d’avoir gagné et tu jubiles. Tu ne comptais pas bouger de chez toi mais tu voulais la voir. Son air de bébé chiot te manque. Ca fait trop longtemps que tu ne l’as pas embarrassé ou foutu de sa gueule ouvertement. Elle a enfin bougé son cul de sa tour d’ivoire pour venir te rejoindre dans les bas fonds. Ton chez toi. Ton miteux studio du Bronx. Elle sera ta distraction du soir. Pas de plan cul ennuyeux ce soir. Pas de soirée drogue dure en solo. Juste toi et elle. Tu aimes l’idée. Tu sais déjà que tu peux tourner cette situation à ton avantage. Elle rend le jeu encore plus jouissif quand elle résiste. j'veux pas coucher avec toi, poser mes lèvres sur les tiennes encore une fois! Qu’elle t’a dit par message. Grosse blague. Si elle vient te voir c’est qu’elle en a autant envie que toi. C’est mignon qu’elle puisse croire qu’elle contrôle la situation, que si elle te dit ça tu n’essayes rien. Elle devrait te connaître la Williams depuis le temps. Tu n’es pas du genre à fermer ta gueule et la laisser avoir le dessus. Cette soirée s’annonce explosive. Tu jettes ton mégot en direction de la poubelle qui se trouve à près de deux mètres. Gros fail. Il finit à côté. Fuck. La flemme de te lever pour ramasser. Tu t’en fous. On va supposer que c’est biodégradable. Surtout sur ta moquette pourrie. Tu entends des talons dans le couloir. Tu n’y prêtes pas attention. Sky en talons ? Tu es plus habitué à la voir en grosses baskets. Mais apparemment ce soir la Williams a décidé de ressembler à une fille. Ta porte s’ouvre. La tornade blonde débarque. En talons et en jupe. Mais qu’est-ce qu’elle fout ? Elle sortait faire la catin sur le trottoir ou quoi ? Elle s’installe à tes côtés et ne prend même pas la peine de te regarder. Qu’elle est faible. Elle peut même pas te regarder dans les yeux. Ca te fait rire. « Tu t’en fous de ma pizza mais en attendant tu as bougé ton cul jusqu’ici. Alors mange et arrête de râler. T'es vraiment chiante j'te jure. » Elle attrape une part et fait sa Skyler. Elle se fiche pas mal de passer pour une grosse truie. En même temps vu son tour de taille, elle peut se le permettre. Sa jupe remonte à mi-cuisses, tes yeux n’arrivent pas à se détacher de sa peau nue. Putain. Elle te cherche. Elle te balance qu’elle veut une distance de sécurité et se ramène à moitié à poil. Quel foutage de gueule. « C’est la pizza du voisin. Apprécie-la. Pour une fois il commande un truc pas trop dégueu. » Aucune culpabilité. Par habitude probablement. Une once de fierté dans la voix. Elle te connaît. Elle connaît tes combines pour vivre. Tu as exactement trois cent dollars en ce moment en poche. C’est pas demain la veille que tu vas commander une pizza et la payer. C’est tellement plus simple de laisser le voisin commander, payer et toi tu n’as plus qu’à ouvrir au livreur pour récupérer ton repas. Tu chopes une nouvelle part avant de te tourner vers elle. « Tu comptais te faire sauter ce soir ? La jupe, les talons c’est pour me faire comprendre que tes messages c’était que des conneries et que tu veux juste que je te déshabille ? » Un sourire provocateur. Tes doigts pleins de gras qui viennent trouver sa cuisse à moitié nue. C’est presque trop facile. Sky à côté de toi toute apprêtée. Non, impossible. Tu n’as pas attendu tout ce temps pour que votre première fois se passe comme ça. Elle t’a habitué à résister davantage. Tu es presque déçu. « Tu foires mes plans pour ce soir avec ton déguisement de fille là. Je voulais te sortir, te faire prendre l'air et essayer de te rendre utile à la société. » Aucun tact. Tu ne réfléchis pas à tes mots. Tu ne le dis pas méchamment. Et puis tu t'en fous. Elle sait très bien que ce n'est pas méchant. Enfin tu supposes. Au pire elle boudera. Ca sera pas la première ni la dernière fois que tu la vexes.



Voir le profil de l'utilisateur http://www.theothersiderpg.org/t1644-now-you-re-just-a-scar-a-st http://www.theothersiderpg.org/t1673-connor-you-don-t-have-to-wear-your-best-fake-smile http://www.theothersiderpg.org/t1674-f-connor-hawkins-609-366-1234?nid=4#34584

avatar
"These streets will make you feel brand new" - NYC
Messages : 409
Age : 25
Célébrité : alysha nett(comme les tampons).
Pseudo internet : fluorescent(lucie).
Arrivé le : 17/01/2016
Ce qu'il faut savoir sur moi :

just you and me
Un suffit d'un instant. Un regard. Une rencontre. Pour bouleverser une existence. La bonne personne, le bon moment. Le caprice complice du destin.


PRIAM | uc

complicated
CASEY

friends
TAMSIN | NATHANIEL |BRAXTON


groupe:
 


(#) Sam 12 Mar - 0:37



security string
J’aimerais pouvoir le rejeter. Lui dire que non, c’est fini. Je veux plus lui parler. Il est l’ombre de ma vie, nouvelle ombre qui plane méchamment sur la tache noire déjà bien ancrée des autres mecs à qui je parle. A qui je ne devrais pas.  Il se rajoute à ma liste. Petite liste bien trop grande dans mon cœur. Il a toujours eu sa place, coincée, entre l’essentiel et le néfaste. Je le veux, autant que j’le refuse. C’est con. Plus fort que moi, maladif de vouloir le voir, l’entendre. De le détester tout en adorant regarder ses deux prunelles bleutées. Scotcher à ses deux billes qui me fixent avec la plus grande des provocations. Son regard se pose sur moi, mon corps. Je jubile, étrangement. Mes jambes dénudées, élancées par des talons aussi hauts que son niveau de répartie. Tu t’en fous de ma pizza mais en attendant tu as bougé ton cul jusqu’ici. Alors mange et arrête de râler. T'es vraiment chiante j'te jure. Je souris niaisement, aguicheuse. Rien à foutre de ce qu’il peut me dire. Ce qu’il peut penser. Bien que son insistance à zoomer sur mes jambes ne me laisse pas tout à fait indifférente. Quelques années plutôt, la même situation. La provocation interdite. Dans le secret, la frustration de ne pas pouvoir aller plus loin. Deux gamins du lycée, aucune idée de comment gérer cette vague qui s’est emparée de nous. Vague qui bouge, toujours autant bercée par sa voix. Je garde mon visage tourné vers la pizza, aussi loin que possible du sien. Impossible de croiser ses yeux. De tomber dans son piège, de succomber à lui. A nous. C’est la pizza du voisin. Apprécie-la. Pour une fois il commande un truc pas trop dégueu. toujours le même. Inchangé depuis des années. Ce pauvre connard que personne ne voudrait laisser vivre sur le palier d’en face. Ses fringues qui puent la clope. Sa dégaine je-m’en-foutiste terriblement sexy, terriblement agaçante. Cette pizza du voisin. Dévorée en quelques bouchées sans pitié. On s’en fou, d’eux, des gens. On est nous, juste à deux, lui et moi. Comme ci malgré toutes les années rien n’avait changé. Tu comptais te faire sauter ce soir ? La jupe, les talons c’est pour me faire comprendre que tes messages c’était que des conneries et que tu veux juste que je te déshabille ? Je fixe sa main. Grasse. Sa main crade qui touche ma peau. Cette chaleur enivrante qui masque presque la sensation dégueulasse du gras pizza du bout de ses doigts. Je frissonne presque, bêtement en relevant un regard joueur vers lui. Mon doigt plein de sauce tomate contre sa joue. Je veux te voir bouillir de frustration de pas pouvoir fourrer tes mains sous ma jupe. Je finis mon contact par une petite tape contre sa peau. Trop légère. Il mérite plus. D’un geste direct, je repousse sa main d’ma cuisse. M’touches pas. Céder serait trop facile. Tomber dans ses filets c’est si simple. Succomber c’est déjà fait, depuis toutes ces années. Obligée de couper les ponts. De tenter de l’oublier. Savoir vivre sans le voir pour ne pas déraper. Il le sait. Il doit s’en amuser. Savoir cette emprise qu’il a sur moi. C’est mal. Je déteste me sentir faible. Savoir qu’en quelques gestes je pourrais finir à poil, contre lui, enfin. Tu foires mes plans pour ce soir avec ton déguisement de fille là. Je voulais te sortir, te faire l'air et essayer de te rendre utile à la société. Déguisement. C’est presque blessant. Presque crevant de savoir que j’suis juste déguisée en essayant d’me ranger à être la nana que j’pourrais être. Je ricane, simplement. Blessant à ne pas se montrer blesser. Pour si peu. Tu veux braquer une banque ? J’essuie mes doigts sur une serviette qui traine, sur le bord de la table. Laisse-moi réfléchir, quelque chose d’utile à la société à ton niveau si bas. Je fais mine de réfléchir, regardant chaque détail de son visage. Je pourrais le bouffer, ses lèvres. Ses yeux. Lui. Tu veux m’utiliser comme appât à riche pour voler une belle voiture ? Je tire mon t-shirt à son col. Mes doigts qui décollent le tissu de ma peau pour laisser un large plan sur mes p’tits oeufs au plat. J’pensais que tu voulais les garder pour toi, tu m’partages maintenant ?


_________________
our love story will die with us
"Depuis que je le connais, je ressens des trucs hallucinants, je me dis souvent que j'ai eu de la chance de l'avoir croisé, sinon j'aurais jamais su qu'un rire pouvait arrêter la Terre de tourner, j'aurais jamais su qu'un regard pouvait habiller mes journées. Qu'un baiser pouvait être une drogue"
Voir le profil de l'utilisateur http://www.theothersiderpg.org/t1023-j-te-quitterai-des-que-je- http://www.theothersiderpg.org/t1043-t-as-moins-de-caractere-qu-un-tweet-sky#20465 http://www.theothersiderpg.org/t1052-h-skyler-williams-609-431-8211#20622

avatar
"These streets will make you feel brand new" - NYC
Messages : 46
Age : 27
Célébrité : bébé tommo
Pseudo internet : day dream (juliette)
Arrivé le : 07/03/2016
Ce qu'il faut savoir sur moi :
(#) Lun 14 Mar - 12:42


shut up and kiss me
SKOR


La savoir si proche de toi te fait frémir d’impatience. Envie. Désir. Frustration. Colère. Tu ne supportes pas de la voir à quelques centimètres de toi sans pouvoir l’embrasser. Tu te revois encore au lycée. Ces moments rien qu’à vous. Ses lèvres contre les tiennes. Dans le secret. La précipitation. L’excitation. Tu rêvais d’elle. Nue contre toi. Elle qui s’offrant à toi sans aucun regret. Tu voulais l’avoir rien qu’à toi. Tu voulais la faire tienne mais elle avait déjà offert son cœur à quelqu’un d’autre. Un connard. Qui ne la méritait pas. Qui la bâtait. Toi et ta connerie vous avez essayé de la raisonner sans succès. Tu es parti. Tu as quitté sa vie. C’est ce qu’elle voulait de toute façon. Tu ne t’es pas battu. Tu t’es dit qu’elle avait toutes les raisons de te fuir. Tu n’es pas un mec bien. Elle mérite un mec qui saura la rendre heureuse, lui permettre d’affronter toutes ses insécurités. Et tu n’es pas ce gars-là. Toi tu ne peux que lui ramener davantage de problèmes. Tu es instable. Tu es colérique. Tu es suicidaire. Tu ne peux la rendre heureuse. Tu ne fais que l’amener dans ton monde. Froid. Solitaire. Sombre. Dangereux. Sky a besoin de douceur, de bonheur et de tendresse. Tout sauf toi. Mais le destin vous a réuni. Plusieurs fois. Un bar. Une connerie de plus. La prison. Des lettres. Des messages. Des appels. Tu l’as retrouvée. Elle fait de nouveau partie de ta vie et tu refuses de merder une seconde fois. Il n’y a plus William dans le tableau. Elle est loin et il suffit juste que tu lui donnes des raisons de venir vers toi. Seulement tu es bien trop con pour faire les choses comme il faut. Plutôt que la charmer et lui faire comprendre ce que tu ressens, tu l’emmerdes. Tu la fais chier. Tu l’insultes. Tu la vexes. Ca t’amuse. Ca te rassure. Tu préfères savoir qu’elle boude pour une connerie que tu as dit plutôt que savoir que tu lui as brisé le cœur. C’est plus facile de faire le con que le loveur à deux balles. Ta main sur sa cuisse. Tu as envie que ça soit plus. Tu as besoin de plus de contact avec elle. Comme une drogue. Tu la veux. Maintenant. Tout de suite. A jamais. Juste pour toi. Puis la petite conne qu’elle est te cherche. Ca l’amuse de te voir si expressif. Tu t’en veux d’avoir été aussi expressif. Tu aimerais être plus discret. Tu ne veux pas être le gros mec en chien qui attend désespérément qu’elle se déshabille devant toi. Elle te repousse. Elle enlève ta main. Ce manque de contact te brûle. Comme si tu ne pouvais pas t’en passer. Pour être frustré, tu l’es mais hors de question de la laisser croire qu’elle a gagné. Son doigt contre ta joue. Tu prends sur toi pour ne pas la dégager en trois secondes top chrono. Elle joue avec tes nerfs et elle va très vite se brûler. Une petite tape sur ta peau qui te fait bondir. Ta main trouve ton poignet. Tu serres trop fort. Tu ne t’en rends pas compte. Tu dégages sa main de ta joue. Et tes yeux sont transparents de colère. Tu ne veux pas lui faire de mal mais tu ne supportes pas qu’elle se foute de ta gueule aussi ouvertement. « Ne refais jamais ça. » Ton ton se veut menaçant. Tu la lâches et regrettes immédiatement ton geste. Etre violent avec elle ne t’avancera à rien. Ca ne fera que la faire fuir davantage. Tu la regardes haut en bas. Elle est belle. Elle semble si fragile et si douce. Tu as envie de ne jamais la laisser partir. Elle te demande alors si tu veux braquer une banque. Tu rigoles. Tu n’as pas besoin d’argent en ce moment mais ça aurait pu être une possibilité. « J’ai suffisamment d’argent pour tenir jusqu’à la fin du mois. Donc pas de braquage pour cette fois-ci. Mais bon te voir en tenue noire moulante ne m’aurait pas dérangé. » Un sourire en coin. Ton regard qui pue les connotations sexuelles. Tu la vois faire mine de réfléchir et tu ne peux t’empêcher de t’attarder sur son visage. Tu te laisserais bien tenter par l’embrasser de nouveau. Ce contact si intime te manque. « J’ai déjà Nicole pour les voitures. Je la garde comme appât, elle est sexy. » Nicole, la pétasse que tu sautes régulièrement. Sky a déjà entendu ce prénom et tu sais très bien qu’elle ne va pas aimer l’entendre de nouveau. Surtout quand tu as cette provocation dans le regard. Mais elle sait aussi qu’elle a des atouts. Elle tire son t-shirt et te laisse entrevoir un peu plus de sa peau nue. Ca te démange. Tu as envie de lui sauter dessus. Tu bouillonnes de jalousie. Il suffit qu’elle dise le simple verbe « partager » pour que tu aies envie de frapper ton poing contre le mur. Tu l’attrapes par les hanches et la pose sur tes genoux. La voilà à califourchon sur toi. Elle n’a pas le temps de se débattre juste de râler. Tes bras musclés la portent si facilement. Elle est si proche de toi d’un coup. Son corps contre le tien. Ses fesses sur tes cuisses. Sa jupe qui te laisse un accès direct à ses parties intimes. « Ferme la avec tes conneries. » Ou plutôt ne dis plus jamais que je te partage avec qui que ce soit. Tu t’approches d’elle. Tu veux profiter de cette proximité que tu lui as imposé. Tes lèvres s’approchent de son cou mais elles ne touchent pas sa peau. Ton souffle chaud se contente de faire le boulot. Tu veux sentir qu’elle en a autant envie que toi. Tes mains qui caressent ses hanches puis se glissent sous son t-shirt. Tu as envie de succomber. Tu as envie de la faire tienne mais tu n’en feras rien. Une fois que tu te rends compte que tu as suffisamment de pouvoir sur elle, qu’elle bouillonne autant que toi, tu la jettes comme une malpropre sur le canapé sur sa place initiale. « On en parle maintenant de ma frustration ou tu veux qu’on débatte sur la tienne ? » Tu lui fais un clin d’œil avant de te lever pour te diriger vers un sac qui n’est autre que ta garde robe. Tu sors un vieux jogging adidas gris et un gros pull. Tu lui jettes en pleine figure. « Enfile ça. On sort. Pas besoin de faire ta pétasse là où on va. » Puis tu te déshabilles juste devant elle. Ton T-shirt puis ton short. Tu finis en caleçon à à peine un mètre d’elle. Tu cherches à voir si elle te regarde. Tu veux qu’elle le fasse. Tu veux qu’elle soit frustrée.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.theothersiderpg.org/t1644-now-you-re-just-a-scar-a-st http://www.theothersiderpg.org/t1673-connor-you-don-t-have-to-wear-your-best-fake-smile http://www.theothersiderpg.org/t1674-f-connor-hawkins-609-366-1234?nid=4#34584
Contenu sponsorisé
(#)

 Sujets similaires
-
» Neo-Liberalism, the Security and Prosperity Partnership Agreement, and the assau
» [UploadHero] Joint security area [DVDRiP]
» J'avais oublié de te rendre le string de ta copine. [Nath & Diego]
» I've Got No String On Me
» Stop Deporting Haitians and Support a Package of

 :: The Bronx