BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez | 

 '' I would try to move forward without falling '' +18


avatar
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 71
Age : 23
Célébrité : Anna Speckhart
Pseudo internet : sans pseudo fixe
Arrivé le : 28/12/2015
(#) Mar 29 Déc - 5:02



       
       Gabriel & Maggie
       J'ai peur de ton départ, que tout s'arrête là. C'est encore bien trop tôt et c'est toi qu'il me faut pour tenir ici bas

   
L
a brune n'avait jamais pris de drogues, de toute sa vie. Alcool ou drogue, ce n'était pas pour elle. Maggie avait toujours dit que ce genre de choses servaient pour ceux n'ayant pas assez de personnalité pour plaire aux autres. Elle continuait de croire en ça. Pourtant, elle pouvait maintenant comprendre le sentiment que cela procurait et pourquoi les gens continuaient d'une fois à l'autre d'en prendre. Elle pensait à sa meilleure amie qui se vidait l'estomac à presque chaque cuite, mais qui recommençait à coup sûr le weekend suivant. Maggie se disait à la blague que cela paraissait que son amie n'était pas dans un domaine demandant beaucoup de temps avec un bouquin entre les mains. Un petit sourire se forma sur son visage à cette pensée. Elle se retrouvait devant l'immeuble de sa drogue, de son alcool ; Gabriel Preston.

Un an auparavant, jamais elle n'aurait cru que cela se produirait, cette vision d'elle devant un immeuble de New York. Elle ne venait auparavant ici que pour voir sa soeur, maintenant, elle venait très souvent pour cette drogue qui est la sienne. Gabriel et elle, c'est fort. C'est quelque chose qui ne se décrit pas, cela doit se vivre. Il est tellement loin de ce qu'elle recherchait chez quelqu'un, ou du moins, elle n'aurait jamais cru être avec quelqu'un qui ne veut pas être vraiment avec elle, mais qui veut être avec elle. La brune secoua vivement la tête, chassant cette sombre pensée loin de sa tête. Depuis sa ''rupture'', elle avait décidée d'accepter Gabriel comme il était. C'était beaucoup plus facile à vivre au quotidien que de le savoir réellement libre. Maggie l'aimait, et son père n'avait cesser de lui répété toute sa vie que l'amour c'était de faire passer les besoins de l'autre avant les siens. Gabriel avait besoin de liberté, elle avait besoin de Gabriel. C'était un arrangement qui convenait, pour le moment, à l'un comme l'autre.

L'ascenceur s'ouvrit devant l'appartement de son ami, elle passa la porte en sautillant de bonheur. Malgré toute la douleur qu'elle ressentait parfois, le sachant avec des filles ou peut importe ce qu'il faisait, elle ressentait toujours cette fébrilité en allant le voir. Son regard pétillait et elle n'avait qu'une seule envie ; lui sauter dans les bras et sentir sa douce odeur. Gabriel, c'était une bonne personne et elle le savait. C'était, elle le pensait, ce qu'il aimait chez elle ; elle voyait que le bon en lui. Maggie posa sa main sur la poignée de l'appartement du garçon qui avait su prendre sa place dans sa coeur, au même instant quelqu'un en ressortie, une grande blonde aux jambes plus longue que l'autoroute 66. « Oh. » La jeune brune sursauta, sentant son coeur de contracter dans sa poitrine malgré ses efforts pour ne rien ressentir. « Salut. » Elle lui fit un petit signe de la main. Cette glamazone de New York lui lança un regard dédaigneux et la fouetta avec ses longs cheveux blés, l'ignorant royalement. Le temps de reprendre ses esprits, du coin de l'oeil, elle le vue. Il était là, torse nue dans son champs de vision. C'était ça, c'était ce sentiment si puissant qui l'anima dès qu'elle le vue, qui lui donnait la force de continuer. « Je suis heureuse de te voir. » Elle marcha vers lui, se glissa dans ses bras, calmant la peine qui grandissait en elle.
WILDBIRD
     
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
(#) Mer 30 Déc - 3:46

i would try to move
forward without falling
© alaska.  

Gabriel, il l’avait attendu toute la journée. Certes, il n’était pas vraiment surpris, elle avait ses cours, comme il avait les siens, pourtant, il n’avait pu s’empêcher de s’impatienter toute la journée. Il était comme ça depuis toujours le petit, il n’avait jamais été patient. Même quand il était petit, c’était certainement son plus grand vice. S’il voulait quelques choses, il devait l’obtenir, au plus vite. Pourtant, elle se faisait désirer sa belle Maggie et il détestait ça. Il avait beau se répéter que c’était normal, qu’elle allait arriver, qu’il fallait simplement attendre un peu, mais il n’arrivait pas à s’y faire. Il prit donc la décision de sortir un peu, se changer les idées. Ça l’aurait pu fonctionner si cette fille n’était pas encrée dans sa tête. Pourtant, c’est sur une grande blonde qu’il avait posé le regard. Une grande blonde qui avait su lui faire tourner la tête, à son plus grand malheur.

Il était faible, Gabriel et il s’en voulait terriblement à chaque fois. Pourtant, il n’arrivait pas à se détacher de ses conquêtes, il n’arrivait pas à mettre terme à cette liberté qui au final le faisait vivre. Elle lui en avait voulu au départ, sa belle Maggie, puis elle s’y était faite, du moins en apparence. Car au fond, il savait bien qu’elle aurait certainement préféré qu’il lui reste fidèle. Mais aussi qu’ils donnent un nom plus officiel à cette relation qui était loin d’être hasardeuse. Il s’en voulait, terriblement même, mais il n’arrivait pas à s’y faire. Non, il voulait conserver son célibat, c’était mieux ainsi. C’est donc dans cet ordre de pensées, qu’il s’abandonnait corps et moitié d’âme dans les bras de cette belle blonde qu’il avait croisé en chemin. Pourtant, il n’arrivait pas à chasser la belle chevelure brune de Maggie. Ses yeux bleus perçants. Il en restait troublé chaque fois. Ses idées devenaient embrouillées, il se releva, à moitié nu, fixant la belle blonde. Il s’excuse mille et une fois auprès d’elle. Mais il n’y arrivait pas. Pas ce soir, alors que Maggie était à deux doigts d’arriver. Elle remballa alors ses affaires, puis quitta l’appartement de Gabriel, comme elle y était entrée. Pourtant, alors qu’il pensait avoir le temps de reprendre ses esprits un moment avant d’accueillir son invité, il entendit une voix, sa voix qui venait de franchir la porte. Enfin.

Il fit quelques pas en avant, pour quitter sa chambre en direction du couloir principal, puis c’est là qu’il la vue. Non, il ne s’était pas trompée, elle était aussi belle que dans ses souvenirs. Ses souvenirs qui ne dataient que de quelques jours, certes, mais ils étaient tout de même exact. Puis elle s’approcha rapidement, pour finalement se coller à lui. Il prit une grande respiration, qu’est-ce que c’était bon de la voir, qu’est-ce que son odeur lui avait manqué, qu’est-ce que sa chaleur lui avait manqué. Jamais Gabriel n’aurait cru s’éprendre de quelqu’un comme il s’était épris de Maggie, pourtant ça lui avait tombé sur la tête, il n’y pouvait rien. Il se recula un peu, pour voir son visage, caressant celui-ci de son pouce. Et il se perdait dans son regard, comme à chaque fois, avant de daigner ouvrir la bouche. « Viens avec moi. » Non, il ne lui laissait pas trop le choix. D’ailleurs, il la prit même sur son épaule droite pour être certain qu’elle ne partirait pas. Puis après quelques pas, il arrivait dans sa salle de bain, où il prit soin d’ouvrir la portière de la douche afin de s’y glisser, toujours en compagnie de Maggie sur son épaule. Puis il la redéposa au sol, un sourire en coin. Il se fichait bien qu’ils soient tous les deux habillés, enfin plus elle que lui, donc il ouvrit rapidement l’eau qui commença à se déverser peu à peu, ayant par le fait même raison de leurs vêtements qui se retrouvèrent bien rapidement imbibés d’eau. Son attention se reporta alors sur Maggie, qui ne semblait pas trop ébranlé de sa balade dans les airs. Il avait envie de lui sauter dessus, tel une bête sauvage qui attaque sa proie. Pourtant, il attendait, comme une permission, préférant savourer chaque minute en la compagnie de sa belle plutôt que de hâter les choses. Alors, il la regardait, l’analysait, avant de s’approcher pour lui voler un baiser.

avatar
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 71
Age : 23
Célébrité : Anna Speckhart
Pseudo internet : sans pseudo fixe
Arrivé le : 28/12/2015
(#) Mer 30 Déc - 5:13



       
       Gabriel & Maggie
       J'ai peur de ton départ, que tout s'arrête là. C'est encore bien trop tôt et c'est toi qu'il me faut pour tenir ici bas

   
T
out autour d'elle était luxueux, tout autour d'elle semblait provenir d'un musé. Gabriel venait d'un monde complètement différent du sien, il était surprenant qu'ils se soient trouvés l'un et l'autre. Elle venait d'un environnement si pauvre, si défavorisé et surtout beaucoup plus ennuyeux que dans celui dans lequel il avait grandit. Elle savait qu'il était riche, qu'il avait toujours vécu dans un monde riche. Maggie ne pensait pas se tromper en imaginant un garçonnet ne demandant pas beaucoup de choses, mais des choses dispendieuses. Il semblait être comme ça, il semblait être ce genre de personne qui voulait la qualité plutôt que la quantité. Enfin, sauf en matière de femme ; ça il voulait la qualité et la quantité, pas forcément ensemble. Cette pensée assombrit une nouvelle fois son petit coeur amoureux. « Viens avec moi. » Avant qu'elle ne puisse ouvrir la bouche, il la mit sur son épaule, comme une poche de patate. « Tu m'emmènes où là. » L'on sentait le petit ton moqueur dans la voix de la scientifique. Il ouvrit la porte de la salle de bain et s'y enfonça, en quelques secondes elle se retrouva sous l'eau chaude et réconfortante de la douche lui coulant sur le visage, complètement vêtue.

Ils se retrouvaient là, sous l'eau, se regardant l'un et l'autre. Cela faisait six mois qu'ils se voyaient plusieurs fois par semaine, il avait toujours été respectueux de ses choix. C'est ce qui lui plaisait chez lui. Une partie d'elle voulait attendre le bon moment pour faire l'amour avec lui, mais une autre partie d'elle-même se demandait si ce n'était pas pour cette raison qu'il allait voir ailleurs. Peut-être que si elle acceptait se se soumettre à ses pulsions de primate, peut-être voudrait-il d'elle comme sa petite-amie. Peut-être la présenterait-il au reste de sa famille. Il ne parlait jamais de ses parents, ni de ses frères et soeurs. Maggie ne poussait jamais dans ses directions, ressentant très bien la résistance qu'il faisait preuve à cette conversation. Elle voyait comment il la regardait à cet instant, il la regardait souvent comme ça. « Gabriel... » Étonnament, même si son propre ''nom'' était en vérité son surnom, Maggie n'avait pas l'habitude de nommer les gens par un surnom, à l'exception de sa soeur Liz. Elle se mise sur sa pointe des pieds et posa ses lèvres sur les siennes, laissant ses mains caresser le torse nu du garçon.

Un petit démon sautillait de joie au contact des mains de Gabriel sur son corps vêtu. Maggie voulait plus, c'était la première fois qu'elle voulait plus. Entre deux baisers tous plus intense les uns que les autres, la demoiselle lâcha un « Pas trop vite, hein... » La panique grimpa rapidement en elle, se sentant soudainement une toute petite fille terrifiée. Avec Timmy, le premier garçon avec qui elle avait eue des contacts sexuelles, les choses avaient été chaste, très simple, sans passion. Elle se demandait ce que cela donnerait avec lui, ce garçon pour qui le sexe n'avait pas vraiment de valeur sauf celui d'être satisfaisant. Aimerait-elle ça ? Faire l'amour avec lui, est-ce que cela aurait une signification plus officielle ? L'idée qu'elle ne soit qu'une fille de plus sur sa liste ne lui passa même pas par l'esprit ; elle savait qu'il éprouvait quelque chose pour elle qu'il ne ressentait pas pour les autres filles. Pourtant, ce n'était pas suffisant. Elle se recula quelques instants, cherchant dans ses yeux quelque chose à quoi s'accrocher, l'espace d'une seconde.
WILDBIRD
     
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
(#) Mer 30 Déc - 23:19

i would try to move
forward without falling
© alaska.  

Il le savait bien, avec elle, il devait y aller très doucement. Il n’avait jamais pensé la brusquer, du moins pas de cette manière. Il la laissait prendre son temps, tout son temps. Malgré tout, plus il lui laissait de la place, plus il devenait impatient. Lui, il avait bien envie de sauter ce pas, qu’il n’y ait vraiment plus aucune gêne entre eux. Mais il faut le dire, pour lui le mot sexe n’avait pas la même signification que pour elle. C’était ça, la puissance des mots. D'ailleurs, sa vision à elle le terrifiait aussi. Car c’était comme une promesse qu’il lui faisait, qu’elle lui faisait. Pourtant lui il ne voyait pas le plaisir charnel comme une promesse, mais simplement comme un passe-temps comme les autres. Il s’en voulait donc parfois, d’insister un peu, bien qu’il n’ait jamais voulu la forcer. Car dans ces moments, il ne pensait qu’à lui, qu’à cette vision presqu’idéal qu’il s’en faisait, avant même de penser à elle et à sa vision des choses. Au final, Gabriel il n’avait toujours que penser à lui.

Pourtant, malgré qu’il tentait de lutter contre ses arrières pensées déplacées, il ne pouvait s’empêcher de laisser ses mains parcourir le corps de sa belle. Non, il ne pouvait pas mentir sur le fait qu’il la désirait plus que jamais, que s’il pouvait, il lui arracherait ses vêtements. Mais il ne pouvait pas faire ça si elle ne le voulait pas elle aussi. Ou plutôt si elle n’était pas certaine de se sentir prête. Parce qu’elle, elle méritait cette attente, il le savait bien. Il ne devait que se faire à cette idée. Même si c’était beaucoup plus difficile à faire qu’à dire, car l’abstinence ce n’était pas trop son truc à lui. Après une grande respiration, il fit glisser ses mains jusqu’au creux de ses reins et la força à se coller encore plus à lui. Puis il l’embrassa comme il ne l’avait jamais fait avant. Dans un baisé rempli de désirs et de passion aussi. Puis elle s’éloigna un peu, pour lui faire part de ses inquiétudes. Du moins, elle ne l’avait pas dit directement, mais Gabriel l’avait bien compris. Et ça l’avait calmé un peu. Puis après un autre baisé, il se sépara d’elle. Avec un peu de déception et de colère.

« Tu sais, jamais. Non, jamais je ne te brusquerai. » Bien sûr, il se mentait à lui-même. Jamais, il n’arriverait à la protéger de son démon intérieur. Peut-être même finirait-il par la tuer, comme il l’a fait avec ses parents ? Il ne s’en croirait pas capable, bien sûr, pourtant peut-être en était-il à ce niveau. Après tout, il avait envie de frapper, frapper de toutes ses forces, jusque le sang coule à flot. Elle le rendait complètement fou. Non bien sûr pas la frapper elle, bien entendu, mais plutôt un mur, ou une vitre, jusque son sang coule à flot. Pour se punir, pour se retenir. Car l’homme est faible et même si Gabriel ne méritait pas d’avoir ce statut après ce qu’il faisait subir à Maggie, il en était tout de même un. Il se permit tout de même de lui caresser de nouveau le visage. Pour qu’elle comprenne qu’à aucun moment elle n’était obligée de quoi que ce soit. Car au final, elle était bien plus importante que lui-même. Qu’il ne pouvait pas risquer de la perdre à nouveau. « Tu sais, Maggie, je ne peux pas te perdre. Et si je dois faire des sacrifices pour y parvenir, j’y suis prêt. Tu n’as pas à te sentir mal de ne pas être prête. Je comprends ça. Ça me frustre, oui, ça ne me fait pas plaisir du tout. Mais pour toi, j’attendrai. Toute une vie s’il le faut. Mais j’attendrai. » Peut-être en mettait-il trop, mais il ne voulait pas qu’elle se sente opprimée. Bien sûr, il n’avait pas changé d’idée, lui était prêt depuis le premier jour. Mais c’était elle qu’il attendait, depuis le début. C’était elle qui l’aiderait à avancer. Sa lumière parmi ses ténèbres.

avatar
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 71
Age : 23
Célébrité : Anna Speckhart
Pseudo internet : sans pseudo fixe
Arrivé le : 28/12/2015
(#) Lun 4 Jan - 21:27



       
       Gabriel & Maggie
       J'ai peur de ton départ, que tout s'arrête là. C'est encore bien trop tôt et c'est toi qu'il me faut pour tenir ici bas

   
A
uparavant, dans sa dernière relation, jamais Maggie n'avait ressentie de fulgurant désir de ne faire qu'un avec l'autre. Ça avait toujours été pour elle que l'action animale pour se reproduire, procurant, évidemment, du plaisir. Pourtant, avec Gabriel, elle avait envie d'être en lui, de se fondre dans sa peau, dans ses bras, dans son coeur. « Tu sais, jamais. Non, jamais je ne te brusquerai. » Elle leva son regard vers lui, son coeur s'emballa dans sa poitrine. « - Oui, je le sais. » Murmura-t-elle, en laissant ses mains se promener sur le torse humide de Gabriel. Son esprit se transporta peu à peu vers des images peu catholique, ressentant un désir ardant en elle. « Tu sais, Maggie, je ne peux pas te perdre. Et si je dois faire des sacrifices pour y parvenir, j’y suis prêt. Tu n’as pas à te sentir mal de ne pas être prête. Je comprends ça. Ça me frustre, oui, ça ne me fait pas plaisir du tout. Mais pour toi, j’attendrai. Toute une vie s’il le faut. Mais j’attendrai. »

Gabriel, elle le savait, n'était pas un avare des termes romantiques à la Nicholas Sparks. L'entendre dire autant de belles choses sur ce fait l'acheva, complètement. Maggie sentit monter en elle une énergie qu'elle ne se connaissait pas, une énergie dévorante. Elle posa ses lèvres sur les siennes en guise de réponse, un baiser passionné, qui voulait absolument tout dire. C'était là, c'était le moment. Elle s'accrocha comme une bouet de sauvetage à cette déclaration qu'il venait de lui faire. Il l'aimait, à sa façon, et il venait de lui dire. Ce n'était peut-être pas les mots qu'elle attendait, ce n'était peut-être pas la relation qu'elle espérait, mais c'était ce qu'il pouvait lui offrir de plus beaux et de plus sincères et elle l'accepta. Même si elle rêvait d'un grand amour fou, qui lui donnerait des ailes, Maggie pourrait se contenter de ce que Gabriel lui offrirait.

« - Tu n'auras pas besoin d'attendre toute une vie. » Murmura-t-elle entre deux baisers sauvage. L'eau chaude commençait à se refroidir légèrement, Maggie enleva son chemisier bleu ciel qui lui collait à la peau, moulant toutes les formes de son corps. Elle se retrouva en soutient gorge devant l'homme qu'elle aimait. C'était probablement la première fois qu'elle se retrouvait dans cette petite tenue devant lui, elle espérait qu'il aimerait ce qu'il voyait. Elle se sentit soudainement complexer en se rappelant la belle blonde voluptueuse qui était sortie de l'appartement de son homme, quelques minutes auparavant. L'idée qu'il venait de faire l'amour, un peu avant, la refroidit légèrement. Non, ce n'était pas le moment de penser à ce genre de choses. En ce moment il était avec elle, c'était avec elle qu'il avait envie de se donner corps et âme. Elle glissa ses mains derrière son dos, prête à détâcher son soutient gorge au moindre signe volontaire du garçon.
WILDBIRD
     
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
(#) Mar 5 Jan - 1:49

i would try to move
forward without falling
© alaska.  

Sa réponse fut comme une effet de brasier pour Gabriel. Il la désirait, plus que tout au monde. Au final, il savait bien qu’elle représentait beaucoup pour lui, beaucoup plus qu’une simple conquête, comme il avait l’habitude d’avoir. Elle était importante. Elle avait une signification. Car avec elle, il arrivait à se pardonner. Et presqu’oublier les terribles choses qu’il avait faits. Car il se haïssait, un peu plus chaque jour. Mais avec elle, il arrivait à se sentir un peu humain, et ressentir des choses de forts, qu’il croyait avoir tut depuis déjà bon nombre d’années.  Et le fait qu’elle s’ouvrait ainsi à lui ne pouvait qu’encourager son désir qui semblait réciproque. Il la désirait, plus que tout au monde. À en devenir sauvage. Il la regardait donc enlevé son chemisier et le laisser tomber sur le plancher de la douche. Elle le tuait, d’être aussi parfaite. Il captura alors ses lèvres un long moment, faisant glisser ses mains le long de ses bras, afin de rejoindre les siennes. Il l‘aida alors à détacher son soutien-gorge. Puis il remonta lentement ses mains le long de son dos sa peau était si douce, sans imperfection. Il fit lentement glisser une première bretelle, puis délaissa sa bouche enfin de couvrir son cou puis son épaule de tendresse. Et il fit tomber son soutien-gorge. Il se recula quelques secondes pour l’observer de haut en bas. Elle était si belle.

Il n’y croyait juste pas, d’avoir pu tomber sur une jeune femme comme elle. Il ne la méritait pas. Non. Elle méritait tellement mieux. Si belle, si douce. Elle incarnait la sagesse, la beauté, la perfection. Mais elle, que voyait-elle en lui ? Il était un beau connard, ça c’était certain. Et malheureusement, même s’il était beau, il était beaucoup plus connard qui ne l’était. Arrivait-elle à lire au fond de lui ? Comprendre qu’au final, il n’était qu’un incompris parmi tant d’autres. Qu’il avait du potentiel, il ne suffisait que d’apprendre à le connaitre.

« Tu es certaine de vouloir faire ça ? » Non, il ne doutait pas. Pas une seule seconde. Elle était tout ce qu’il désirait, elle ce qu’il avait toujours désiré. Mais il ne voulait pas qu’elle le regrette, car ça lui briserait le cœur. Pour lui ce n’était rien de bien spécial à vrai dire, mais pour elle et avec elle, ça le devenait. Comme une nouvelle étape qu’ils allaient franchir. Pourtant, il n’avait pas peur. Car pendant ces semaines où elle s’était éloignée de lui, il avait réalisé qu’il ne pouvait plus de passer d’elle. Qu’elle était sa coke, son héroïne. Et qu’à chaque fois qu’il la voyait il en était un peu plus sûr. Pourtant, malgré ce fort sentiment qu’il éprouvait à son égard, il n’arrivait pas à se projeter dans l’avenir. Il ne l’avait jamais fait d’ailleurs. C’était simple avec lui, on vivait un jour à la fois, le moment présent, c’était tout pour lui, ça comptait beaucoup. Il s’apprêtait à enlever son pantalon qui devenait lourd plus le temps filait, pourtant il décida plutôt de lui voler ses lèvres pour un autre baisé endiablé, dont il ne pouvait plus se passer. Elle était si belle.

avatar
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 71
Age : 23
Célébrité : Anna Speckhart
Pseudo internet : sans pseudo fixe
Arrivé le : 28/12/2015
(#) Mar 5 Jan - 3:03



       
       Gabriel & Maggie
       J'ai peur de ton départ, que tout s'arrête là. C'est encore bien trop tôt et c'est toi qu'il me faut pour tenir ici bas

   
L
orsqu'il posa ses lèvres sur sa peau, un long frisson lui parcouru le corps, lui donnant des papillons dans l'estomac. Elle voulait plus, beaucoup plus. Gabriel détâcha son soutient-gorge, alors qu'elle s'imaginait qu'il tomberait vulgairement sur le sol, l'homme la surpris en y allant avec douceur, presque romantisme. Il glissa sa main sur son épaule, une bretelle tomba doucement. Un immense sentiment de bien-être l'emplis comme une vague. Son soutient-gorge tomba lentement sur le sol, laissant le plaisir à Gabriel de contemplé la poitrine qu'il avait, selon Maggie, désiré depuis si longtemps. Maggie voulu se couvrir, l'espace d'une seconde, mais son doute ne peut prendre plus d'ampleur puisqu'il la fixait, comme il ne l'avait jamais regarder auparavant.

Peu de personnes dans son entourage savent que Maggie voit Gabriel. Ce n'est pas une question de honte, ou de pudeur, mais elle sait que la relation qu'ils partagent ne s'explique pas. Il n'y à pas de mot pour exprimer l'amour qu'elle ressent pour lui, elle ne souhaite pas non plus avoir à expliquer en long et en large la raison qui la pousse à tolérée autant d'infidélité venant de lui, autant de manque de respect face à elle. Maggie ne voit pas ça sous cet angle, mais elle sait que son entourage le prendrait de la sorte. Elle protège son petit cocon de bonheur. « Tu es certaine de vouloir faire ça ? » Elle resta un instant, le regard brillant de bonheur, à le fixer. Cet instant dura une éternité, une éternité dans laquelle elle lui promettait terre et monde. Une éternité dans laquelle elle se promettait d'être auprès de lui, parce qu'elle était tout simplement amoureuse de lui. Gabriel n'attendit pas de réponse de sa part, probablement savait-il qu'elle le voulait, il l'embrassa avec une passion ardante.

Rapidement, Maggie détacha son bouton de jean, elle secoua sensuellement ses hanches pour faire tombée le vêtement jusqu'à ses chevilles. Maggie pris un élan et sauta entoura le cou de son homme avec ses bras, entourant les hanches de Gabriel avec ses hanches. Le poids plume de la jeune femme devait plaire à Gabriel, principalement à cet instant. Elle sentit les mains de Gabriel sur ses fesses, insistante. Un chatouillement la fit frémir, le bout de ses seins se durcir en sentant la force de Gabriel l'entourer, elle se sentait complètement protégée par lui. « - Gabriel... » gémissa-t-elle, l'excitation la rendait palpable, son coeur battait dans sa poitrine. Elle pressa davantage sa poitrine contre son torse, frissonnant chaque fois qu'il la touchait avec tant de sensualité. Elle l'embrassa dans le cou. La brune rêvait secrètement de cet instant où ils partageraient quelques choses d'intimes, de personnelle. Maggie avait l'intime conviction que les autres filles avant elle, et toutes celles après elle, n'avaient pas le droit à autant de douceur, à autant de tendresse de Gabriel. Elle était spéciale.
WILDBIRD
     
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
(#) Mar 5 Jan - 4:10

i would try to move
forward without falling
© alaska.  

Elle était sienne, complètement, éperdument. Comme il était sien. L’espace d’une soirée, il ne ferait plus qu’un. Gabriel avait mal à y croire, elle qui avait toujours voulu prendre son temps. Pourtant, il n’en pouvait plus d’attendre, de devoir la regarder, presque tous les jours, sans pouvoir la toucher, la sentir. Mais son bonheur, était bien plus important que ses propres pulsions. Pourtant il semblait avoir oublier tout cela, car à ce moment-là, il n’y avait qu’eux deux qui comptaient. La chaleur de leurs corps, la pureté de leurs intentions. Il ne pouvait s’empêcher de laisser glisser ses mains sur son corps, il la retenait, comme s’il avait peur qu’elle parte en courant, qu’elle disparaisse, le laissant ainsi seul, sous une eau qui lui brûlait le corps, lui consommait l’âme. Pourtant, c’était elle, qui avait raison de lui. Car la chair est faible, mais Gabriel l’est encore plus. Il se sentait ravivé par ses baisés, par sa présence. Et il tombait à chaque jour sous son charme, sous le charme de cette femme qui lui sentait imprévisible en tout point. Car elle l’avait conquise à sa manière de bouger, à sa manière de se dévêtir. Il en voulait plus, tellement plus.

Il ne put s’empêcher de sourire, lorsque sa belle prit l’initiative de l’accrocher à lui. Qu’il aimait ça qu’elle soit entreprenante. C’était lui d’habitude qui menait, il avait toujours tout aimer contrôler, de toute manière. Mais elle le chauffait, comme si elle en mourait d’impatience depuis des jours. Pas autant que lui, certainement, pourtant à ce moment-là, ils le désiraient, autant tous les deux. C’est-à-dire, à en crevé. Il la coinça alors entre lui et le mur de pierre qui ornait sa douche. Cela faisait un grand contraste. Entre la chaleur de l’eau et de leurs corps et l’absence de chaleur des pierres. Il en frissonnait de tout son corps. Il la désirait, plus que jamais. Il la sentait s’exciter à ses touchés, gémir à ses pensées. Elle était toute à lui à cet instant. Pourtant pendant un instant, il eut envie de faire durer cette attente encore plus longtemps, pour que le désir soit à son summum.

Pourtant, il la redéposa au sol lentement, sans jamais quitter ses lèvres qui étaient si douces et si réconfortante. Il détacha alors à son tour son pantalon qui tomba aussitôt au sol. Il pensait faire suivre son seul vêtement restant, pourtant ses mains prirent une autre direction. Il allait poser l’une d’elle au creux du bas du dos de Maggie, alors que l’autre se redirigeait vers les fesses de de la magnifique jeune femme. Il la fit d’ailleurs glisser sous sa petite culotte, afin de toucher sa peau brûlante de désir. Mais ce n’était pas encore le moment, bien qu’il lui aurait arraché volontiers. Il remonta sa main jusqu’au l’autre, qui reprit l’exploration du corps nouveau qu’il se présentait la lui. Il prit la direction de ses cuisses qu’il remonta jusqu’à la petite culotte. Il en fit claque l’élastique, avant de caresser sensuellement son intimité. Sans s’arrêter il recula quelques instant pour la regarder dans les yeux, avant d’apporter sa bouche jusqu’à son oreille. « Tu vas me rendre fou. »


avatar
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 71
Age : 23
Célébrité : Anna Speckhart
Pseudo internet : sans pseudo fixe
Arrivé le : 28/12/2015
(#) Sam 16 Jan - 4:46

Maggie Marshall a écrit:


       
       Gabriel & Maggie
       J'ai peur de ton départ, que tout s'arrête là. C'est encore bien trop tôt et c'est toi qu'il me faut pour tenir ici bas

   
L
Sans s'en rendre compte, Maggie offrait sur un plateau d'argent une partie d'elle-même jusqu'alors bien mystérieuse. Elle offrait sa vulnérabilité dans le plus pur des éléments. Bien entendu, auparavant, elle avait fait preuve de douceur et de compassion envers lui. Gabriel avait pu constaté de moult façon la fragilité et la vulnérabilité de la jeune scientifique. Pourtant, à cet instant, elle lui offrait une façon de lui brisé le coeur. Maggie n'avait plus la force de combattre sa raison, son coeur et son corps voulaient prendre le contrôle et chaque fois qu'elle sentait les doigts de Gabriel glisser le long de son dos sa raison le perdait de plus en plus. Elle s'accrochait à lui.

Ses relations sexuelles avec Timmy n'avait jamais été très sensuel, c'était la première fois qu'elle voulait qu'on lui arrache sa petite culotte. Lorsque Gabriel glissa une de ses mains sur sa cuisse et qu'il fit claquer l'élastique, un petit gémissement s'échappa de ses lèvres, comme un bruit étouffer. « Tu vas me rendre fou. » Le son de la voix de son homme lui donnait le vertige. Comment pouvait-elle expliquer à quelqu'un ce qu'elle ressentait pour lui ? Comment pouvait-elle se l'expliquer à elle-même ? Maggie le poussa avec douceur contre le mur à son tour, elle l'embrassa doucement dans le cou. L'idée de s'envoyer en l'air dans une douche ne l'intéressait pas, du moins, pas pour une première fois. Elle avait envie de tendresse, d'amour et d'affection. « Et si nous sortions de la douche pour nous rendres dans ton lit ? » Elle glissa sa main à l'intérieur des caleçons, sentant le sexe de son partenaire se durcir davantage au contact de ses doigts. C'était une curieuse sensation, elle voulait lui faire plaisir et doucement elle le caressa. Ses lèvres ne quittèrent pas son cou, remontant doucement vers sa bouche. Sa main n'accélera pas le mouvement, elle l'effleurait, tout juste pour dire qu'elle lui montrait qu'elle était sérieuse.

Maggie soupira légèrement de plaisir, elle en ressentait presqu'autant que lui. Sans laisser le temps à Gabriel de réfléchir, une pulsion la pris violemment et sa main accélera le mouvement, probablement au plus grand plaisir du garçon. C'était une immense satisfaction que de sentir les spasmes silencieux du jeune homme. Elle avait l'impression d'avoir le contrôle sur lui, un pouvoir, quelque chose qu'à l'instant précis, elle était la seule à détenir. Maggie ne se doutait pas une seule seconde que la vérité était qu'elle avait déjà ce pouvoir sur lui. C'était l'une des plus belles caractéristiques de Magalie, elle était si innoncente qu'il était improbable de l'imaginer se servir des autres à son propre profit. « Montres-moi tout, Gabriel. »
WILDBIRD
     
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
(#)

 Sujets similaires
-
» Rosie ♛ It's unfortunate to go astray, but there was worse than losing his way, is to lose its reason to move forward.
» MOVE SON NAN MIZIK LA
» La mythologie de Falling Angels
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?

 :: Brooklyn :: Central