BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez | 

 ✲ LIKE A FISH WITHOUT FINS TO SWIM (eliott)


avatar
"I'm over here doing what I like" - Ivy Club
Messages : 1518
Age : 25
Célébrité : La sublime Daisy Ridley.
Pseudo internet : Jane.
Arrivé le : 21/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :




lorenzo ✲ c'est le seul frère de la fratrie, celui qui a dû supporter les caprices sœurs aînées et de la plus jeune que je suis. c'est celui avec qui je pourrais partir en guerre contre les deux grandes sœurs, et surtout celui avec qui je me chamaille le moins. parce que les buchanan, ça consiste à la bataille constante et incessante entre les membres de la fratrie pour atteindre la première place dans le cœur de papa et maman. mais avec lui, c'est différent.


ziajillcalliopegemma ✲ c'est un peu la fille que je ne peux pas encadrer. bordel, elle me fout les nerfs avec une simple œillade. c'est celle qui se rapproche un peu trop de gale, celle qui entretient une relation bizarre avec mon frère. j'ai l'impression qu'elle a tout bonnement mis la main sur les personnes qui me sont le plus chères. opera ✲ la confidente, celle à qui je peux tout dire sans avoir de quelconques appréhensions. elle me ressemble quelque peu pour ne pas dire totalement, et je m'entends un peu trop bien avec elle ce qui n'est pas pour me déplaire. constance


aël ✲ c'est le fiancé. on s'est connu il y a près de quatre ans, et ça fait un an et demi qu'on vit ensemble. puis depuis mi-décembre que je suis finalement partie de l'appartement pour aller chez lorenzo. pourquoi ? parce qu'on se détruit aussi bien physiquement que mentalement. j'ai besoin de cette pause même si ça me tue à petit feu, d'être loin de lui. je sais pas si on va survivre à tout ça, nous. à cette relation. gale ✲ lui, il est primordial dans ma vie. un pilier, une base solide. c'est certainement la personne avec qui je m'entends le mieux malgré nos quelques divergences. la personne avec qui je suis la plus tactile (après le fiancé), avec qui je n'ai honte de rien. ou presque. gale, je l'aime plus que tout au monde. mais ça, c'est dur à avouer quand on est fiancé. c'est peut-être même un frein, cette bague au doigt. parce que parfois (pour ne pas dire souvent), je me dis que gale, il est quand même mieux. le meilleur de tous. et un jour, je vais chuter. je vais perdre prise et je ne vais plus vouloir résister. miranda ✲ un bout de femme qui me serait insupportable de perdre. une meilleure amie que j'ai rencontré quand elle a posé ses valises dans l'agglomération. c'est la voisine de pallier, celle qui doit m'entendre gueuler quand je me dispute avec mon fiancé. celle qui est douce et chaleureuse, à qui je ne dis malheureusement pas tout. parce que j'appréhende son regard, sa façon de me voir et que je ne veux pas la décevoir. meadow


nathaniel ✲ des années que je le fréquente. les parents se sont connus, bons amis, peut-être dans l'hypocrisie, on ne sait pas trop. puis les parents de nate ont voulu divorcer, et lui, il a voulu donner des crasses à mon paternel pour qu'il les publie. il était à côté de ses pompes, et moi j'étais là, à lui tendre la main, à lui donner mon épaule s'il en avait besoin. et encore aujourd'hui, je garde un œil sur lui, protectrice que je suis. tommy ✲ lui, il l'a contacté via les courriers du cœur. des problèmes, des tracas qui le tourmentaient, sur l'amour, l'approche de la gent féminine. pas simple d'aider à travers des écrits quand on ne connaît pas bien la personne, qu'on ne l'a jamais vu. alors j'ai cherché. puis je l'ai trouvé. mignon, charmant, il a toute ses chances avec les femmes, faut juste lui apprendre. timéo ✲ pauvre gosse à qui j'ai bousillé sa soirée avec ses colocataires. belle villa dans laquelle je me suis introduite quand je me faisais pourchasser par des malfrats (encore). j'ai fracassé sa porte d'entrée, puis je me suis immiscée dans le salon alors qu'il pensait avoir à faire à une fan en chaleur. gabriel ✲ elle lui a demandé de l'aide parce qu'elle avait du retard dans ses matières de psychologie, son choix mineur. elle avait peur, de faire appel à lui. elle n'aime pas demander de l'aide, anakin. alors elle se courba, elle supplia presque en lui donnant toutes les raisons possibles et inimaginables. puis ils se sont bien entendus, dans la finalité. il est sympa, il est drôle, c'est de la bonne compagnie et elle ne se plaint pas de sa présence. charlieoz


isaaceliottleo


looks like crazy (timéo) bas les masques (tommy) white like a diamond (cercle des héritières) don't try me, i bet i'll win (nate) drink me, drown your sorrows (gale) winter solstice (everyone) taste of my fists (isaac) like a fish without fins to swim (eliott)


lovers that went wrong (aël) the benefits of alcohol (ezekiel) break the silence (jorden)
(#) Mer 30 Déc - 17:24


LIKE A FISH WITHOUT FINS TO SWIM

Comme la sensation d'une journée gâchée, celle que l'on a passé de façon habituelle, quotidien qui esquintait et lassait au fur et à mesure des même gestes, des mêmes mouvements, des mêmes activités qui ne faisaient qu'installer de façon permanente des redondances qui pouvaient facilement ennuyer. Elle avait eu cette après-midi qui l'avait torturé, la psychologie qu'elle avait dû rattraper après tant de cours ratés ou écoutés d'une seule oreille tandis que la seconde se reposait en écoutant des discussions qui ne l'importaient que peu mais qui avaient réussi à titiller cette curiosité endormie, celle enfouie qu'elle dissimule pour ne pas se retrouver déconcentrée. Malheureusement, c'était plus fort qu'elle et elle aimait tendre ses tympans pour percevoir les dernières nouvelles, les renseignements qui pouvaient paraître inutiles mais qu'elle chérissait fondamentalement. Pas dans des buts obscurs de jouer de ces dires en les tournant en chantages ou en pressions mentales, simplement pour son analyse personnelle des individus qui l'entouraient. Encore une fois, elle avait posé ses affaires dans un appartement qui n'était pas le sien. Si son seule frère était celui avec qui elle était souvent en guerre – comme avec le reste de sa fratrie –, il était aussi celui sur lequel elle pouvait notamment le plus compter, qui n'allait pas lui poser des millions de questions des plus respectueuses aux plus indécentes, et qui l'accueillait seulement le temps qu'il fallait pour qu'elle se remette des quelconques problèmes et tracas qui l'avaient mené jusque-là. Installée sur le canapé du salon, la posture des moins élégantes et l'une de ses mains qui palpait la table basse afin d'empoigner la télécommande alors que de son autre main elle attrapait des chips qui restaient dans un paquet qu'elle avait trouvé dans la cuisine, elle avait le regard rivé vers la fenêtre en face d'elle, les buildings hauts de centaines de mètres qui s'étendaient devant ses iris qui se perdaient dans l'horizon. « Et la compétition du 100 mètres nage libre... » Ta gueule, qu'elle avait pensé en balançant la télécommande après avoir entendu ces mots alors qu'elle venait juste d'allumer la télévision. Elle n'avait pas besoin de rappels sur cette faiblesse, cette incapacité à pouvoir s'amuser quand tout le monde allait se baigner à la plage ou dans leur piscine privée. Si elle pouvait facilement mettre les pieds dans l'eau pour se rafraîchir, elle était aussi celle qui paniquait dès lors qu'on lui enfonçait la tête sous l'eau ou qui perdait la totalité de ses moyens quand elle savait qu'elle ne pouvait plus toucher le fond du bassin. Agacée par ces pensées qui lui rappelaient qu'elle ne pouvait pas nager correctement et qu'elle était bien trop angoissée pour y trouver un certain amusement, elle prit quelques instants pour cogiter. La peur, elle savait qu'elle ne se surmonterait pas toute seule et quand bien même elle avait tenté de se rendre à la piscine de l'Université afin de gagner de l'audace, cela faisait une bonne paire de mois qu'elle n'y avait pas fait un saut alors que cela faisait partie de ses bonnes résolutions. Sûrement par flemme d'y aller dans la soirée, quand les alentours n'étaient pas parsemés d'iris curieuses et de lippes bavardes. Parce que comprenez que se mettre à nu (ou presque) alors qu'elle était ornée de tâches violacées, ecchymoses qu'elle souhaitait mettre sous ombre, ce n'était pas une brillante idée. Alors elle attendait la nuit tombée, pénombre qui se couchait sur Princeton et lampadaires qui éclairaient légèrement quand ils n'étaient pas en manque de jus. Vingt-heures, bords carrelés déserts, salle plongée dans l'obscurité si ce n'était que quelques lumières qui venaient éclairer les bassins. Anakin prit un instant pour balayer de ses prunelles l'espace qui l'entourait avant de mettre un pied dans l'eau. Fraîche, mais agréable. Maillot de bain assez banal. Pas là pour un défilé de mode, un banal une pièce qui avait un certain charme. Elle ne manqua pas d'observer les bleus qui s'estompaient mais qu'elle s'empressa de masquer en rentrant dans l'eau, se mettant sur le dos, se laissant transporter par une houle inexistante. Les bras écartés, les jambes qui faisaient de même, elle observait le plafond avec un semblant d'intérêt. Elle aurait pu rester ainsi pendant des lustres, mais elle n'était pas venue pour bailler aux corneilles. Alors elle se retourna en faisant attention de garder la tête hors de l'eau. Et c'est là que la scène comique aurait pu faire le tour de l'établissement scolaire. Elle, elle nageait mal. Très mal. Et il fallait dire que ne pas souhaiter avoir les narines et les lippes sous la surface, ça n'aidait pas. On aurait dit un petit chien. Un caniche qui battait des pattes et qui n'avançait que d'un centimètre toutes les minutes. Même un chat aurait fait mieux. C'était pathétique et il n'y avait juste pas d'autres mots pour décrire ce qu'elle faisait. Ce qui n'était absolument pas « nager ».

ANAKIN A LA PISCINE:
 

_________________

cause we're young and we're reckless, we'll take this way too far. it'll leave you breathless or with a nasty scar. got a long list of ex-lovers, they'll tell you i'm insane. but i got a blank space baby and i'll write your name. ••• BLANK SPACE.
Voir le profil de l'utilisateur http://theothersidenew.forumactif.org/t137-briseuse-de-coeur-a-l http://otherside.forumactif.org/t391-daydream http://otherside.forumactif.org/t400-it-will-go-on http://otherside.forumactif.org/t402-anakin-buchanan-609-235-5124 http://otherside.forumactif.org/t403-anakin-buchanan-don-t-be-afraid
avatar
Invité
Invité
(#) Sam 2 Jan - 19:17

UC


La journée du jeune homme n’avait pas été des plus banales. Grâce à son père, il avait réussi à obtenir un accès libre à l’un des hôpitaux les plus réputés de la grande pomme. Ce qui lui permettait de pouvoir observer les opérations menées par les chirurgiens, sans toutefois pouvoir intervenir. Mais bon Dieu ce qu’il aurait aimé ça. Cette fois-là, les chirurgiens s’étaient penchés sur la tumeur cérébrale d’un jeune enfant de douze ans. Bien heureusement, celle-ci était bénigne et il n’y avait pas eu de complications durant l’opération. Le plus difficile dans ce milieu, était sans doute d’annoncer aux familles lorsque le patient ne s’en était pas tiré, s’il allait garder de grosses séquelles à vie. Eliott avait beau être robuste et fier, il ne pouvait pas nier ce fait auquel il n’échapperait sûrement pas. Mais nulle ne servait de penser à des choses pareilles lorsque que sa journée avait été presque parfaite.

Il était sorti tard de l’hôpital, la nuit avait déjà bien pointée le bout de son nez, et même si dans un premier temps il avait pensé à retrouver Callie, cette pensée fut vite rattraper par son insatiable envie d’aller nager. Quoi de mieux pour se détendre après une telle journée que de faire quelques brasses dans son milieu préféré ? D’autant plus qu’il n’y avait personne à cette heure-ci. Cela faisait d’ailleurs un moment qu’il y allait la nuit, pour être sûr d’être tranquille. Et puis il faut dire aussi qu’il n’avait pas vraiment le choix avec les horaires qu’il se tapait.

Une fois de retour chez lui, il ne lui fallut que quelques minutes pour faire son sac et repartir en direction de la piscine. A l’extérieur, le vent frais lui caressait le visage et bientôt, il enfourna ses mains dans ses poches, par peur que ses doigts ne tombent. Même si la piscine n’était pas très loin de chez lui, il préférait y aller en voiture, ce qui lui éviterait sûrement d’avoir des piques de glaces à la place des cheveux le temps de repartir jusque chez lui.

C’était vraiment une bonne chose que la piscine soit ouverte jusque si tard, mais Eliott n’aurait pas aimé être à la place de la personne en charge de laisser aller et venir les étudiants dans le bâtiment. Quel boulot de merde. D’ailleurs, la femme qui était au guichet passait son temps à jouer à des jeux plus abrutissant que les autres sur son portable. « Bonsoir. » dit-il poliment. C’est à peine si elle releva la tête de son écran en lui donnant une clef de casier, l’invitant à entrer. A quoi bon être poli dans ce cas ? Il la saisit sans plus de politesse et alla installer ses affaires dans un de ces grands casiers jaunes. Il n’avait jamais été très pudique, peut-être grâce à ses atouts masculins. Il n’était pas excessivement musclé, mais avait juste ce qu’il fallait. Pour un nageur aguerri, il n’avait pas les épaules extrêmement carrées. Ce qui était mieux ainsi, car il n’avait jamais aimé cet aspect-là de la natation. Il prit sa douche d’avant baignade, prit soin de déposer sa serviette sur la rambarde des gradins et s’élança dans le bassin en un plongeon parfaitement exécuté. Sous l’eau, des petites bulles roulaient comme des caresses le long de son corps alors qu’il s’enfonçait un peu plus dans les profondeurs du bassin. De retour à la surface après quelques secondes, il expira longuement, comme pour savourer sa renaissance. Il se sentait dans son élément. Il aurait pu rester là des heures entières, et qu’importaient ses doigts fripés. Mais Eliott n’était pas venu là pour rester statique. Il commença ses longueurs d’abord sur le ventre, puis sur le dos. Comme un poisson dans son milieu naturel. Une sirène au masculin. Mais quelque chose allait bientôt casser son entrain. Iceberg à l’horizon Cap’taine ! Mais le choc fut inévitable, le Titanic avait été touché par ce putain d’iceberg planté juste là. D’ailleurs, qu’est-ce qu’il foutait là ? Tout s’était passé très vite, mais surtout, Eliott n’avait pas vraiment compris ce qu’il s’était passé en réalité. Pas avant qu’il ne voit la fureur mélangé à la panique dans ces prunelles foncées. Il venait de percuter quelqu’un. Une personne qui était sans doute venu nager tranquillement, tout comme lui. Pensant qu’à cette heure-ci, elle serait seule. Grave erreur.

avatar
"I'm over here doing what I like" - Ivy Club
Messages : 1518
Age : 25
Célébrité : La sublime Daisy Ridley.
Pseudo internet : Jane.
Arrivé le : 21/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :




lorenzo ✲ c'est le seul frère de la fratrie, celui qui a dû supporter les caprices sœurs aînées et de la plus jeune que je suis. c'est celui avec qui je pourrais partir en guerre contre les deux grandes sœurs, et surtout celui avec qui je me chamaille le moins. parce que les buchanan, ça consiste à la bataille constante et incessante entre les membres de la fratrie pour atteindre la première place dans le cœur de papa et maman. mais avec lui, c'est différent.


ziajillcalliopegemma ✲ c'est un peu la fille que je ne peux pas encadrer. bordel, elle me fout les nerfs avec une simple œillade. c'est celle qui se rapproche un peu trop de gale, celle qui entretient une relation bizarre avec mon frère. j'ai l'impression qu'elle a tout bonnement mis la main sur les personnes qui me sont le plus chères. opera ✲ la confidente, celle à qui je peux tout dire sans avoir de quelconques appréhensions. elle me ressemble quelque peu pour ne pas dire totalement, et je m'entends un peu trop bien avec elle ce qui n'est pas pour me déplaire. constance


aël ✲ c'est le fiancé. on s'est connu il y a près de quatre ans, et ça fait un an et demi qu'on vit ensemble. puis depuis mi-décembre que je suis finalement partie de l'appartement pour aller chez lorenzo. pourquoi ? parce qu'on se détruit aussi bien physiquement que mentalement. j'ai besoin de cette pause même si ça me tue à petit feu, d'être loin de lui. je sais pas si on va survivre à tout ça, nous. à cette relation. gale ✲ lui, il est primordial dans ma vie. un pilier, une base solide. c'est certainement la personne avec qui je m'entends le mieux malgré nos quelques divergences. la personne avec qui je suis la plus tactile (après le fiancé), avec qui je n'ai honte de rien. ou presque. gale, je l'aime plus que tout au monde. mais ça, c'est dur à avouer quand on est fiancé. c'est peut-être même un frein, cette bague au doigt. parce que parfois (pour ne pas dire souvent), je me dis que gale, il est quand même mieux. le meilleur de tous. et un jour, je vais chuter. je vais perdre prise et je ne vais plus vouloir résister. miranda ✲ un bout de femme qui me serait insupportable de perdre. une meilleure amie que j'ai rencontré quand elle a posé ses valises dans l'agglomération. c'est la voisine de pallier, celle qui doit m'entendre gueuler quand je me dispute avec mon fiancé. celle qui est douce et chaleureuse, à qui je ne dis malheureusement pas tout. parce que j'appréhende son regard, sa façon de me voir et que je ne veux pas la décevoir. meadow


nathaniel ✲ des années que je le fréquente. les parents se sont connus, bons amis, peut-être dans l'hypocrisie, on ne sait pas trop. puis les parents de nate ont voulu divorcer, et lui, il a voulu donner des crasses à mon paternel pour qu'il les publie. il était à côté de ses pompes, et moi j'étais là, à lui tendre la main, à lui donner mon épaule s'il en avait besoin. et encore aujourd'hui, je garde un œil sur lui, protectrice que je suis. tommy ✲ lui, il l'a contacté via les courriers du cœur. des problèmes, des tracas qui le tourmentaient, sur l'amour, l'approche de la gent féminine. pas simple d'aider à travers des écrits quand on ne connaît pas bien la personne, qu'on ne l'a jamais vu. alors j'ai cherché. puis je l'ai trouvé. mignon, charmant, il a toute ses chances avec les femmes, faut juste lui apprendre. timéo ✲ pauvre gosse à qui j'ai bousillé sa soirée avec ses colocataires. belle villa dans laquelle je me suis introduite quand je me faisais pourchasser par des malfrats (encore). j'ai fracassé sa porte d'entrée, puis je me suis immiscée dans le salon alors qu'il pensait avoir à faire à une fan en chaleur. gabriel ✲ elle lui a demandé de l'aide parce qu'elle avait du retard dans ses matières de psychologie, son choix mineur. elle avait peur, de faire appel à lui. elle n'aime pas demander de l'aide, anakin. alors elle se courba, elle supplia presque en lui donnant toutes les raisons possibles et inimaginables. puis ils se sont bien entendus, dans la finalité. il est sympa, il est drôle, c'est de la bonne compagnie et elle ne se plaint pas de sa présence. charlieoz


isaaceliottleo


looks like crazy (timéo) bas les masques (tommy) white like a diamond (cercle des héritières) don't try me, i bet i'll win (nate) drink me, drown your sorrows (gale) winter solstice (everyone) taste of my fists (isaac) like a fish without fins to swim (eliott)


lovers that went wrong (aël) the benefits of alcohol (ezekiel) break the silence (jorden)
(#) Mer 13 Jan - 22:58


LIKE A FISH WITHOUT FINS TO SWIM

Longtemps qu'elle n'avait pas ressenti la sensations sur son épiderme. Eau qui glissait, qui frôlait la peau avec une telle facilité alors que les membres tendaient à se contracter à chaque mouvement qu'elle effectuait. Elle se laissait emporter par le rythme calme d'une piscine aux alentours des plus tranquilles, atmosphère sereine qui apaisait et qui ne la mettait pas dans tous ses états. Elle était consciente du fait qu'elle était plus à l'aise quand elle était seule que lorsqu'il y avait du monde autour qui la regardaient. Ce n'était malheureusement pas un secret. Fait qu'elle n'avait aucunement tenté de dissimuler sous des simulacres et des fabulations répétées qui n'auraient été qu'articulées que dans le seul but de convaincre sa propre personne, elle savait qu'elle ne pouvait tromper personne sur ses incapacités. Certains essayaient de la comprendre, d'autres trouvaient tout de même cela bien plus aisé de la pointer du doigt en ricanant comme des dindes que l'on avait envie d'égorger et de fourrer aux patates pour Thanksgiving. En y repensant, on ne savait pas pourquoi elle avait cette appréhension dès lors qu'elle croisait ces grandes mares, ces étangs, ces lacs, mers et océans. On lui avait demandé et elle s'était contentée de hausser les épaules en tirant une moue que l'on ne pourrait reproduire et qu'elle était la seule à esquisser sur son faciès. Creusant inlassablement dans des souvenirs, des mémoires altérées par des images soigneusement remplacées, elle n'arrivait pas à mettre la main sur l'événement qui l'avait marqué au point d'être effrayé par l'une des créations de la Nature en elle-même. Et peut-être était-ce mieux de ne pas se rappeler d'un passé qui l'aurait à tel point traumatisé qu'elle en restait tétanisé quand elle sentait la pression monter, pétrifiée dans un piège qui se refermait sous sa propre silhouette dès lors qu'elle s'immergeait dans les piètres profondeurs. Anakin secoua doucement la tête de droite à gauche alors que ses iris sombres scrutaient un plafond des plus banals qu'elle avait analysé durant la poignée de minutes où elle avait décidé de simplement rester là, stagnant sur le dos, à ne même pas bouger les bras ou les pieds, comme figée dans une marée endormie qui ne prit qu'un instant pour être perturbée par une houle qu'elle n'avait pas pensé voir venir. Pas ici. Pas à la piscine, entre quatre murs. Pas à cette heure-ci. Sensation de panique. Des fourmillements sur chaque parcelle du corps féminin qui n'avait absolument pas compris l'enchaînement des événements. « Puta- ! » Bloup bloup bloup. Percutée de plein fouet. Par qui ? Par quoi ? Elle s'était retrouvée sur le ventre, puis finalement droite comme un piquet dans ce milieu de bassin dont les bords lui semblaient être à des kilomètres quant bien même elle tendait les bras et qu'elle barbotait comme un animal que l'on venait de lancer sans prévenir, puis finalement elle se tournait, se retournait, les bras en l'air puis finalement le long de sa silhouette, avant de les remettre dans l'air en les gigotant comme si ça allait aider. Elle avait les yeux écarquillés, mâchoire serrée et contractée à son maximum, les dents prêtes à grincer sous la retenue. Panique à bord. Elle aurait pu rejoindre les différentes rives. Si lointaines, comme si elles s'éloignaient à chaque fois qu'elle jetait un œil aux endroits où elle pouvait se tenir pour ne pas sombrer. Plus elle réfléchissait plus le cœur battait. Encore. Et encore. Si vite. Les battements arrachaient le poitrail, ça tambourinait si fort au niveau de sa poitrine qu'elle avait l'impression que son palpitant ne demandait qu'à percer la chair et crever peau pour trouver la sortie et échapper à l'imagination d'une femme dont la créativité ne laissait placer qu'aux pires scénarios. Putain. C'était le seul mot qui résonnait dans le crâne de la femme aux gestes brusques, celle qui ne faisait pas attention à ce qui semblait être un homme la toisant, la dévisageant alors qu'elle n'avait que la crainte dans les mouvements, dans le fond des yeux. Alors ce fut sans plus attendre que les paumes vinrent se poser sur les épaules de l'inconnu. C'était l'instinct. Elle le scrutait, prunelles figées qui ne laissaient transparaître qu'une anxiété qu'elle caractérisait par des traits tirés, grimace qui soulignait peut-être même un brin de colère qu'elle avait du mal à exprimer. Irritation coincée dans le fond d'une gorge nouée. Elle se tenait fermement, quitte à y planter les ongles dans une peau qui selon elle l'aurait mérité, traces qui resteront sur cet homme qui lui faisait froncer les sourcils. « T'aurai pas pu faire attention ? » Au diable le vouvoiement ou une quelconque formule de politesse. « T'as des yeux c'est pour voir, bordel, t'as pas vu que y avait quelqu'un sur ton chemin ? » Elle voulait paraître assurée, mais la voix tremblante et le menton qui peinait à se relever la trahissaient.

_________________

cause we're young and we're reckless, we'll take this way too far. it'll leave you breathless or with a nasty scar. got a long list of ex-lovers, they'll tell you i'm insane. but i got a blank space baby and i'll write your name. ••• BLANK SPACE.
Voir le profil de l'utilisateur http://theothersidenew.forumactif.org/t137-briseuse-de-coeur-a-l http://otherside.forumactif.org/t391-daydream http://otherside.forumactif.org/t400-it-will-go-on http://otherside.forumactif.org/t402-anakin-buchanan-609-235-5124 http://otherside.forumactif.org/t403-anakin-buchanan-don-t-be-afraid
Contenu sponsorisé
(#)

 Sujets similaires
-
» (11/10, 16h50) SWIM GOOD, W/ MADS.
» Never forget that only dead fish swim with the stream. ||Milan
» Il y a toujours un moyen pour arriver à ses fins
» Fish Mooney
» Sites correcteur d'orthographe

 :: Denunzio