BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez

 wild for the night (hounéo)

wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Mar 19 Jan - 23:13

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
la nuit qui enveloppe. qui recouvre. qui engloutit. qui recouvre les buildings. qui engloutit l'agitation de la journée. de la lumière. houna qui rentre. houna qui marche rapidement, dans la pénombre qui tombe. dans la nuit qui recouvre. houna avec le crâne qui hurle. la migraine violente et sauvage. houna qui gronde, dans le rue bondée. houna qui s'écroule, sur le canapé, déjà trop usé. usé, comme houna. comme la brune, au corps abimé, par les substances trop violentes. par la vie, qui laisse des ecchymoses, des bleus. et houna, qui avale deux comprimés avec un fond de bouteille. whisky-aspirine. la grimace. le souffle. elle est censée devenir intelligente, diplômée, renommée. sauf que personne n'lui a demandé. à la jolie brune. à la sauvage, à la chevelure libre et au visage moqueur. alors elle fait avec. elle se force. à s'lever, tout les matins. gueule de bois permanente. sarcasme trop violent, trop présent. houna détestable. houna déchirée. houna qui compense, le soir, comme souvent. la brune qui met de la musique à fond dans l'appart, qui se lève. qui laisse les basses remplir l'espace. ça aussi, ça lui donne envie de continuer. de pas trop merder. pas trop. elle se traine vers la douche, trop grande pour elle, elle et son petit corps frêle. amaigri par la dope. le jet chaud, qui fait soupirer la belle brune. qui laisse son corps, son esprit divaguer. qui chante, le refrain d'une chanson trop connue de muse. elle oublie le monde. elle oublie tout. sa vie bordel. son corps bordel. tout. pendant longtemps, elle oublie, la belle. puis quand elle sort, peignoir immaculé sur les épaules, il fait nuit. part de pizza froide qu'elle avale entre deux lattes, d'un joint trop chargé. qui irrite sa gorge. qui détruit plus ce qu'il reste de ses poumons. c'est comme ça, qu'elle vit. en se détruisant. en se demandant c'qui finira par la tuer. et dans le fond, c'est pas ce qui compte. ce qui compte, c'est de vivre. de vivre tellement qu'on oubliera la peur, de crever, tout seul. et c'est ça, qu'elle fait le mieux. faire un fuck à tout le monde et vivre. alors houna, elle réfléchit pas plus. houna, elle avale un petit cachet coloré. bien connu de son corps. de son cerveau. y'a son corps nu qui se balade dans l'appart. le temps d'enfiler une nouvelle tenue. de soirée. osée. provocante. provocatrice. aguicheuse. trop, sûrement. avec le maquillage discret, de ses yeux cacao. de sa bouche déjà carmin. qui l'devient plus. et c'est bientôt, le claquement de ses talons contre l'asphalte qui résonne dans la rue pleine de monde. de jeunes. de gens qui vont sortir, s'amuser, tout oublier. c'est déjà, la nuit bien avancée. 23h, peut-être plus. houna, les pupilles presque invisibles. houna, la vision floue. houna, comme d'habitude, un pied dans une autre réalité. qui marche, la tête haute. avec prestance, sur ses jambes, longues, qui chancellent parfois. houna qui se dirige, vers cette boite, avec la musique, qu'elle entend déjà. qui l’absorbe. qui l’appelle, comme un souffle invisible. comme guidée, vers les corps qui se mêlent. vers la musique qui pulse. vers l'alcool versé, les baisers échangés. houna qui pénètre, dans cette ambiance de fête. avec son corps, qui ne lui apparient plus. qui se cambre, aux regards qui flambent, quand elle passe. avec son sourire enjôleur. avec ses hanches qui ondulent. houna, elle est pas si défoncée. pas tellement. c'est simplement, que houna, elle joue. encore. jusqu'à s'brûler et brûler avec. et c'est houna qui danse, jusqu’à en perdre haleine. jusqu'à finir, le sourire aux lèvres, au milieu de cette foule ivre de joie, ivre d'insouciance. et elle, avec son corps en coton, avec ses yeux à peine rouge. avec son visage si différent. comme libéré, du poids d'la vie. et c'est lui, qu'elle aperçoit, dans la foule bruissante. lui, qu'elle ne pensait pas trouver ici. elle se fraye un chemin, vers lui, le petit brun, qu'elle pensait trop innocent. trop gamin. qu'elle ne supportait pas vraiment. pas franchement. elle pourrait être méchante, c'est bien elle, houna la détestable. houna la sarcastique, qui blesse pour s'amuser. - timéo ? qu'est-ce tu fous là. c'est pour les adultes, ce genre d'endroits. y'a un grand sourire plaqué sur son visage. avec son ton moqueur. ses yeux rieurs. ouais, elle se fout de lui. mais ils ont le même âge. sauf qu'elle fait facilement 3 ans de plus. lui, pas vraiment. puis de toute façon, sa fausse carte d'identité certifie totalement sa majorité. une sale gosse, houna, t'es qu'une sale gosse.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Mer 20 Jan - 21:32

wild for the night (hounéo) Giphy

Toujours se méfier des apparences de l'eau qui dort ou de tout autre truc que des philosophes pas plus malins que vous et moi ont décrété être digne de devenir des proverbes. Pourquoi se méfier ? Parce que l'on montre exactement ce que l'on veut de nous et surtout, on cache ce qui nous arrange. Avec le temps, l’expérience, les bonnes et mauvaises expériences d’ailleurs, je pense pouvoir dire sans prétention que je suis passé maitre dans ce domaine. Jouer les Bisounours, être un gentil, être un amour sur pattes, c’est tellement plus facile, tellement naturel pour les gens. Et ils y croient tous. Ils me voient tous comme l’être inoffensif et innocent que je veux bien leur montrer. Parce qu’au fond, je suis aussi un peu comme ça, je ne vais pas le nier ou le cacher. Mais je ne suis pas totalement comme ça. Je ne suis pas totalement un nounours, un distributeur de câlins. J’ai mes vices, j’ai mes envies inavouables, mes fantasmes inconnus du monde qui m’entourent. Pourquoi le cacher ? Par pudeur, par peur du jugement, par tranquillité. Tout cacher est bien plus simple. Mais parfois, à certains moments, avec certaines personnes, il faut que ça sorte. Il faut redevenir et être totalement l’homme que l’on est. Et avec eux, juste avec eux, je peux. Ils ne sont ni ma famille, ni des amis proches, ni des membres du groupe. Juste des connaissances, des têtes souvent croisées en soirée. Des mecs qui m’ont fait fumer, des filles qui m’ont fait boire. Des jeunes qui m’ont fait m’amuser et me lâcher comme  aucune personne n’a réussi à le faire un jour. Pourtant, eux, ils y arrivent. A tous les coups.

C’est donc en leur compagnie que je suis ce soir. Peut-importe leur âge, leur prénom, leurs études ou centres d’intérêt. Je sais juste que ce sont des gens que Maël n’aimerait pas, qu’Isaac me défendrait d’approcher, dont Mila m’éloignerait. Des gens qui ne plairaient pas à ces personnes qui veillent sur moi. Et c’est exactement la raison pour laquelle je les fréquente. Pour être moi. Juste moi. Pas le petit ange, le petit frère. Pas Timtim. Jenkins. Timéo Jenkins. Pas un diminutif qui fait s’envoler toute trace de virilité. Et l’alcool fait son effet. Et les fumées emmagasinées aussi. La musique résonne dans mes tympans, me fait bouger, me fait sentir mon cœur battre plus fort, plus vite. Comme s’il voulait sortir de ma poitrine. Ma tête tourne. Ca semble se battre à l’intérieur. Ca semble se battre dans mon estomac aussi. Entre la vodka et le whisky. Mais j’aime ça. J’aime avec les bouclettes en bataille, j’aime sentir la chaleur dans cette chemise qui me colle à la peau, j’aime ressentir la présence des gens tout autour de moi. Des jeunes, des moins jeunes, des femmes, des hommes, qui ne me jugent pas. Qui ne me connaissent pas. Jusqu’à ce moment. Jusqu’au moment où j’entends cette voix. Ou j’aperçois ce visage. Ce regard. Cet air dédaigneux et ces paroles qui suivent. Merde. Tais toi. Tais toi, Houna. Retourne derrière ton piano, martyrise moi, juge moi, mais là-bas. C’est pas ton territoire ici, tais toi. Mon regard se fait noir quand il se pose sur elle mais la menace n’est pas la bonne solution. La faire changer d’avis me semble bien plus intelligent. Sur le moment en tout cas. Sans y réfléchir plus d’une seconde, je passe mon bras sans son dos, et l’attire brusquement contre moi. L’gamin il reste plus grand que toi ma belle, au cas où tu l’ais oublié. « Tu veux voir si j’suis un adulte ? C’toi qui risque de te sentir enfant si on passe la soirée ensemble, Houna. » Ca me parait clair, non ? Elle veut jouer, elle veut provoquer ? Je sais jouer aussi. Je ne le montre pas mais je sais faire. Et elle risque de me découvrir. Sans lui laisser plus le temps de réagir, je la garde contre moi, attrape son verre pour en boire quelques gorgées, le lui repose entre les doigts et danse, chamboule mes sens, me laisse porter au rythme de la musique, avec elle, contre elle, proche d’elle. «  Peur de pas être à la hauteur ? » Le ton est lancé, la soirée peut commencer.

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Mer 20 Jan - 23:03

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
elle sait même pas pourquoi. elle vient le voir, lui parler. alors qu'elle le connaît pas, pas trop. qu'elle ne l'aime pas, pas trop. peut-être qu'elle est un peu défoncée pour faire la différence. peut-être qu'il y'a quelque chose, chez lui, qui l'attire, ce soir. peut-être le fait qu'il ne semble pas être le même, ce soir. peut-être que ce soir, il est différent. bourré, par exemple. et ça, faut bien dire, qu'elle ne s'y attendait pas, houna. à l'voir, lui lancer un regard noir. à voir, ses yeux avec d'la colère. sourire mesquin, sourire malsain. sur les lèvres de la brune, parce qu'elle aime bien la confrontation, trop pour que se soit vraiment sain, en fait. mais de toute façon, houna, elle est pas nette. pas claire. dangereuse. sauvage. et normalement, faut pas trop s'en approcher, sinon ça laisse des marques. des traces. houna, elle fait mal, elle le sait. mais l'pire, c'est qu'elle aime ça. briser tout le monde. alors pourquoi pas lui, avec ses bouclettes en bataille et son sourire vague. flouté par l'alcool. peut-être autre chose. elle sait pas, mais elle se marre, la sale gosse. avec son verre à la main, elle sait plus trop c'qui à dedans, d'ailleurs. houna, elle est un peu ailleurs, elle aussi. et c'est lui, le gamin, qui fait sortir la brune de sa torpeur. qui réveille son corps imbibé par des substances louches. qui fait briller ses pupilles. qui fait sourire la belle. qui éclaire un bout d'elle, un bout d'son âme, peut-être. c'est brusquement, qu'elle termine collée contre le torse de timéo. avant même de s'rendre compte de ce qu'il s'est passé. elle est contre lui. contre la chaleur environnante de sa peau. collée, avec sa main posée dans son dos. dos nu. dos dépourvu de tissu. sourire qui s'agrandit. ah ouais, t'es comme ça, Jenkins. alors c'est ça, c'est pas un gamin, que t'es. ou, peut-être c'est juste l'alcool qui parle. mais elle s'en tape, houna. houna elle veut jouer et s'y perdre. houna elle veut danser, jusque dans les méandres d'la nuit. houna, elle veut peut-être même passer la soirée avec lui. parce qu'il semble pas si chiant. parce qu'il la provoque et que ça fait sourire la brune. c'est elle, qui risque de passer pour une gamine. y'a pas de chances. mais après tout, pourquoi pas, s'il veut essayer de jouer avec elle. alors, elle s'recule pas, houna. elle garde, son corps collé au sien. la chaleur de son torse, avec sa poitrine appuyée. avec ses yeux se perdant, malicieusement dans les siens. avec la peau d'son dos, qui frémit, au contact d'sa main. non, définitivement, il n'sait pas dans quoi il s'engage. mais il n'lui laisse pas le temps dire qu'elle relève le challenge, qu'il porte son verre à ses lèvres. son verre. qu'il vient de prendre d'entre ses mains. Jenkins, t'es fourré dans un beau merdier. sourire carnassier, sur les lèvres carmin. lueur sauvage, dans les yeux bruns. elle termine cul-sec son verre, qu'il lui rend gracieusement avant de s'enfoncer, allégrement dans la foule. son corps qui s'colle plus au sien. sa main qui s'pose contre son bras, l'autre dans sa nuque. la musique, qui porte les corps. qui font divaguer les âmes trop alcoolisée. - j'refuse jamais ce genre d'invitation. surtout si j'peux te prouver que tu fais pas le poids. qu'elle lui glisse, dans le creux de l'oreille, sa bouche, qui effleure son oreille. son corps, qui effleure le sien. ses yeux, qui s'perdent dans les siens. houna qui danse, contre lui, qui de ses mains contre son corps, provoque. houna, les yeux rouges. houna les gestes vodka. le visage tequila. et ils dansent, longtemps. et elle provoque, encore. et elle colle son dos contre son torse, et elle glisse le long de ce dernier. et elle ondule des hanches. et houna, elle se fait louve. elle se fait sauvage. la musique qui tape son corps, ses tympans. l'alcool qui fait battre son coeur, qui fait tanguer ses jambes. timéo qui fait naître des sourires, qui rend provoquant. la main chaude de houna, qui attrape quelques uns de ses doigts, qui l’emmène, à travers la foule. sourire aux lèvres, crinière brune qui flotte. qui caresse son dos découvert. le bar, bondé. le bar, ce bar, qu'elle connait bien. le barman, ce barman, qu'elle connait bien. - deux shots de téquila st'plait. billet qu'elle fait glisser. décolleté qu'elle laisse trop visible, pour les yeux indiscrets. elle sait trop en jouer, houna, de tout ça. de son corps. de ses yeux. de sa violence, de ses mots. c'est permanent, le désir, de jouer. et ce soir, c'est avec timéo, qu'elle veut jouer. elle sait pas pourquoi, mais c'est avec lui. lui, et ses boucles en désordres. avec sa chemise qui lui colle au torse. lui, son parfum presque envoutant. lui, sa gueule de gamin. - on va voir si t'es à la hauteur jenkins. sourire amusé sur les lèvres. ses dents qui mordent dans l'citron. sa gorge qui accueille tant bien que mal la tequila. et c'est,  les pupilles qui dansent. houna qui se sent un peu ivre. un peu défoncée. houna qui aime trop ça, pour s'arrêter. pour rester sage. pour ne pas verser un peu de sel sur l'dos de la main du jeune homme. pour ne pas y passer sa langue. pour ne pas relever ses yeux, provocateurs, vers les siens. elle est incorrigiblement provocatrice. insupportablement.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Lun 25 Jan - 20:51

wild for the night (hounéo) Giphy

Je me sens différent, je me sens homme, je me sens vivant. Ce soir, je ne suis pas le gamin qu'ils connaissent tous, qu'il voit tous. Je ne suis pas le bisounours, je ne suis pas la mascotte de l'équipe de foot, je ne suis pas le p'tit bouclé du groupe de musique. Je suis juste moi, juste un jeune homme alcoolisé sur une piste de danse, qui vit et profite sans se soucier des regards ou de quoi que ce soit d'autre. Je suis la personne que je ne m'autorise que très peu à être, parce que je veux garder cette image de gamin, de personnage à protéger, d'âme fragile, gentille, sensible. C'est une partie de moi, je ne peux pas le nier mais ce n'est pas tout. Je ne suis pas juste ce mec là. Et ce soir, avec Houna au plus proche de moi, je peux le prouver. A qui ? A moi-même, ça serait déjà un grand en avant. Je l'attire donc contre moi, ma main se glissant sans aucune gêne ou pudeur dans son dos. Si Anwar me voyait, si Isaac me voyait. Ils se demanderaient bien ce qui a pu arriver à leur petit frère. A croire que j'ai lu le guide du fétard pour les nuls dans la journée. Au fond, je me laisse juste aller et ça fait du bien. Ca fait encore plus de bien quand je remarque et comprends qu'elle rentre dans mon jeu. Elle me laisse faire mais elle en rajoute aussi. Elle me murmure des mots à l'oreille, me dit qu'elle ne refuse jamais un jeu et encore moins quand elle peut me prouver que je ne suis pas à la hauteur. Elle me provoque, elle me cherche et c'est tellement rare qu'une jeune fille agisse ainsi avec moi que ça me plait inévitablement. Je préfère d'ailleurs ne pas répondre et laisser mon corps, mes gestes, mon attitude sur la musique s'exprimer pour moi. La musique, c'est mon élément. Et même si l'ambiance ce soir n'est pas vraiment à la guitare acoustique, je reste dans mon monde.
Mais elle ne perd pas de temps et après quelques minutes à se lancer des regards dignes d'un défi pour savoir qui allait être le plus provocateur des deux, elle m'attrape la main pour m'emmener avec elle je ne sais où. En temps normal, je me serai posé des milliards de questions, je me serai fait des films d'un autre monde. Mais pas ce soir. Ce soir, je me laisse vivre, je l'ai dit. Et quoi qu'elle fasse, n'importe où qu'elle m'attire, je la suivrais. Une chance pour moi, notre destination finale n'est que le bar. Enfin une chance... Je ne me serai sans doute pas plaint si elle m'avait embarqué ailleurs. Deux shots de tequila. Ok, elle joue pas ça. Pas de problème. J'ai une bouille d'ange, je le sais, mais les cuites je connais, les gueules de bois aussi, et les trous noirs de lendemain de soirées également. Je n'ai que la bouille de l'ange, méfiez vous vraiment. " Tu crois sincèrement m'achever avec ça ? J'te croyais plus dangereuse comme fille ! " Lançais-je en m'approchant d'elle, m'accoudant sur le côté du bar, de manière à être tourné vers la demoiselle. J'ai quand même de la chance avec mes bouclettes de pouvoir passer la soirée avec une femme comme elle. Oui, un minimoys ça sait aussi reconnaître les jolies créatures. Le citron, le sel, la tequila. Enfin, si on reprend dans l'ordre, ça donne autre chose. Coup de langue sur le dos de ma main, cul sec du shot et mordage de citron. Tout ça sans lâcher des yeux la demoiselle. Tout ça sans baisser le regard. Tout ça en l'admirant, en la regardant faire et en entendant de plus belle la musique résonner entre mes tympans. " Deux autres s'il te plait " Demandais-je alors en reposant mon verre sur le comptoir, détournant quelques instants les yeux pour capter l'attention du barman mais très vite, mon regard se replonge dans celui d'Houna. " Tu m'suis, évidemment ? " Ce n'est pas vraiment une question, c'est plus un défi qu'elle est dans l'obligation d'accepter pour honorer sa réputation. Bien sur, je ne la forcerai pas à boire mais je sais qu'elle le fera. Je ne la connais pas tant que ça mais je ne l'imagine pas tourner les talons si vite. Et c'est ainsi que nous nous retrouvons à deux, puis à trois, petits cocktails. Et ça monte. Et ça commence à se faire sentir. Et ça commence à pétiller là-haut. Et elle est encore plus jolie que trois verres auparavant, c'est fou ! Ma main vient alors retrouver sa place fétiche sur la hanche de la demoiselle alors que je me rapproche d'elle pour venir de nouveau lui murmurer quelques mots : " Tu sais pas de quoi j'suis capable Houna..." Phrase qui en soit ne veut rien dire. Phrase qui suppose tout mais qui ne dit rien. Phrase du mec qui sent la tequila lui remplir le cerveau et qui se sent par la même occasion pousser des ailes. Allez savoir dans quel état on va retrouver le bisounours dans quelques heures...

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Mar 26 Jan - 22:39

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
c'est houna, encore dehors, ce soir. encore, comme toujours. encore bourrée. déjà bien trop défoncée, par le petit cachet rosé, avalé dans la soirée. c'est déjà la brune, trop loin de tout ce monde. bruyant. tout ce monde, ancré dans la réalité alors qu'elle se perd sereinement dans la brume de ses substances louches. tout ça, cette brume, lui masque la réalité, au goût âcre dans sa bouche. ça efface tout ce qui comptait encore. ça lui permet de voir vraiment, les gens qui dansent. ça lui permet de voir que de toute façon, personne ne compte. que tout le monde joue, que tout le monde manipule. elle la première, peut-être. elle oublie, qu'elle est seule, dans sa merde. que personne ne lui tend la main et qu'elle, elle ne tend la main à personne. la lsd, ça efface les problèmes. ça ne montre que ce qu'on veut bien voir. et ce soir, houna, tout c'qu'elle voit, c'est timéo. le petit brun, qu'elle ne pensait pas supporter. qu'elle trouvait ridiculement coincé. qu'elle ne supportait que vaguement. sauf que ce soir, c'est lui qui l'attire. lui, qui semble différent. lui, qui semble attirant. dans l'fond, elle le connait. dans l'fond, il est surprenant. quand il l'attire contre lui. quand il plante ses yeux dans les siens. quand il devient le gars provocateur, qu'elle ne pensait. quand il devient le type de gars qui attire houna. alors c'est trop tentant, de ne pas jouer. de ne pas provoquer. et elle, la gamine déjà bien trop défoncée, elle peut pas s'en empêcher. de jouer, avec le brun. pas si petit. pas si coincé. finalement, même lui, porte un masque. comme elle, sauf que l'sien, il est trop solidement accroché. trop pour qu'elle puisse l'enlever. trop, pour que le reste soit visible. alors, avec lui, ce soir, elle va être cette fille-là. elle va jouer, trop, surement. peut-être, qu'il finira par regretter. mais c'est trop tard pour houna, trop tard pour y penser. parce que son corps collé au sien, qui s'y frotte au rythme de la musique, qui résonne, qui fait tanguer ses tympans. parce que sa main attrape la sienne, parce qu'ils fendent la foule, parce qu'elle compte bien tester sa résistance. parce qu'elle veut voir, quel est le vrai masque. quel est le vrai timéo. alors elle provoque. téquila qui glisse dans sa gorge. geste sensuel, de sa langue qui récupère le peu de sel, sur le dos de sa main. son regard, perçant, qu'elle sent. sourire, sur son visage. les canines qui brillent, le rire, qui résonne quand elle l'entend parler. non, elle compte pas l'achever comme ça. oui, elle est dangereuse. mais tu veux pas voir ça, bisounours. tu veux pas faire ça, pas avec houna. parce qu'elle va prendre le mieux, avant même que tu t'en rende compte. et tu vas souffrir. tu veux pas voir la fille dangereuse. mais c'est peut-être trop tard. parce qu'avec ses bouclettes, parce qu'avec son sourire de gamin, il l'attire. trop. trop pour son bien. évidemment qu'jte suis. on verra si tu mérites la fille dangereuse. qu'elle dit, sourire avec trop de sous-entendus. sourire dangereux. sourire bien vite, teinté de téquila. parce qu'évidemment, elle va le suivre. encore, quand deux nouveaux shooters arrivent. encore, quand deux de plus viennent. et encore deux. et houna, qui tangue, sur ses grandes jambes. et houna, bancale, en face de lui. avec ses yeux qui brillent, avec son sourire alcoolisé, qui veut dire trop de choses. s'il savait, il se tirerait. mais il ne sait pas, alors il s'approche. alors, il pose, sa main contre sa hanche, et, malgré elle, houna elle frémit au contact tiède de sa peau contre la sienne. et peut-être contre elle aussi, son corps veut plus, son corps se cambre, à peine, contre le sien. c'est presque électrique, sa bouche, qui provoque, encore. ses mots qui n'en disent pas assez, qui poussent à vouloir en savoir plus. et houna, trop curieuse. et houna, trop joueuse. ça fait beaucoup de mots, pas beaucoup de gestes. montre moi de quoi t'es capable. sa main, qui glisse, le long de son torse. sa main, qui caresse, la naissance de son cou. il devrait se tirer, pendant qu'il le peut encore. il devrait fuir, houna la dangereuse. mais elle a déjà une idée, la jolie brune. déjà, quelque chose vient de germer dans son esprit. houna, qui déjà, à nouveau, l'entraine dans la foule. sauf que cette fois, c'est pour trouver un endroit plus calme. à l'écart de la foule bruissante, de la foule ivre. ivre, comme houna, qui tangue sur ses jambes. avec ses pupilles qui dansent, son sourire flou. son corps guidé par les substances louches. et c'est finalement, contre un mur, qu'elle le pousse doucement. c'est finalement, son corps qui se colle lentement au sien. c'est finalement, son visage, trop proche du sien. son haleine chaude, son parfum, qui heurte le visage de la brune. c'est ses yeux qui se perdent dans les siens. et ce moment, hors du temps, se prolonge. encore. parce que houna, elle se lasse pas, de cette proximité. de la chaleur. de ses yeux, qui l'absorbent. de sa main, qui glisse le long de sa joue chaude. de son pouce qui caresse doucement sa pommette, qui termine au milieu de ses boucles brunes. et puis, du creux de sa main, elle tire finalement deux cachets colorés, substance trop connue de son corps trop abimé. et, sourire provoquant sur ses lèvres, pupilles brûlantes, elle fait glisser l'un d'eux sur sa lèvre. elle veut voir, après tout, jusqu'où il va jouer. tu veux faire le gars dangereux avec la fille dangereuse ? sourire presque doux. parce qu'elle va pas le forcer. mais elle est presque certaine, que ce comprimé, il va le prendre. parce que se soir, il semble être différent. et houna, aussi, elle se sent différente. trop attirée par lui. trop ivre. le corps trop anesthésié par la lsd, pour se retenir, de prendre le deuxième cachet. et houna, sourire aux lèvres, elle s'approche de lui. houna, à nouveau elle place sa main contre sa joue. houna elle colle son corps au sien, encore. houna, elle laisse sa main se perdre dans sa crinière brune. et houna, elle finit par coller, sensuellement, ses lèvres aux siennes. après tout, ce cachet, il n'est pas obligé de le prendre. il lui suffit de se reculer. de mettre fin au baiser, qui a pour but de lui glisser, en douceur entre les lèvres, le comprimé. sauf que c'est pas le seul but. la vérité, c'est que houna, elle en avait envie. terriblement envie.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Mar 26 Jan - 23:53

wild for the night (hounéo) Giphy

Evidemment qu'jte suis. On verra si tu mérites la fille dangereuse. Et c'est la grande question du soir. La grande question qu'elle se pose, mais aussi la grande question que je me pose. Est-ce que je mérite cette fille dangereuse, sauvage, volage et audacieuse ? Est-ce que je la mérite ou plutôt est-ce que je vais être capable de l'assumer ? Moi, le nounours, le minimoys, le p'tit ange, le gosse. Est-ce que je vais avoir les épaules pour gérer une fille comme Houna ? Parce que c'est bien beau d'être entreprenant, déjanté, de se lâcher sur la musique et de se sentir pousser des ailes comme si je m'étais enfilé un litre de Redbull. Mais est-ce que c'est suffisant, au fond ? Elle a de l'expérience, elle a du répondant, elle sait ce qu'elle veut et ce qu'elle fait. Elle n'a que 20 ans, tout comme moi mais nos vécus sont différents, je peux en mettre ma main à couper même sans connaître son histoire. Alors comment vais-je gérer ? C'est là toute la question. Mais pour l'instant, avec la musique électro qui résonne dans ma tête, la tequila qui fait vibrer mon estomac et ma peau qui semble se réchauffer à vue d'œil, je ne suis ni en mesure de résister, ni de faire demi-tour. Je suis avec elle, bien avec elle, mes mains bien sur elle, mon regard dans le sien et je dois tout simplement assumer.  Continuer. Avancer et me laisser aller. Advienne que pourra comme disaient nos potes les romains.

Mais elle me coupe. Ou plutôt elle se rapproche. Elle m'empêche de répondre, m'assommant avec sa prestance et sa confiance en elle. Sa main se glisse sur moi,  un frisson me parcourt, une tension électrique me traverse de part en part. Tu parles beaucoup mais t'agis pas franchement, Jenkins. Voilà ce qu'elle veut me dire, voilà ce qu'elle veut me faire comprendre, voilà ce que ses mots et ses gestes me sous-entendent. Elle veut que je fasse mes preuves, que j'agisse, que j'me bouge quoi. Sois un homme bordel Tim, pour une fois ! Mais encore une fois, j'ai à peine le temps de réaliser ce qu'il m'arrive et de me rendre compte que pour une fois je suis réellement entre les mains d'une femme, qu'elle attrape cette fameuse main pour m'attirer avec elle dans un coin plus retiré, plus sombre, de la boite de nuit. Elle me plaque contre le mur, elle m'empêche de réagir, de bouger. Mais après tout, est-ce que j'ai envie de bouger ? Pas le moins du monde. Au contraire. C'est ça que j'attendais de cette soirée. Exactement ça. Et elle me l'apporte Houna. Elle me le sert sur un plateau. Mon regard profond vient se perdre dans le sien. Mon regard titubant, mon cœur s'accélérant, mes mains lascives qui viennent de nouveau se poser sur les hanches de la jeune fille. Je ne contrôle plus totalement mes gestes. Ou plutôt, mes gestes agissent sans passer par la boucle de réflexion. Je pense, j'ai envie, donc je fais. Je ne réfléchis plus. Mon corps parle à ma place. Mes mains l'attirent vers moi, son parfum empli mon odorat, mes dents mordillent mes lèvres alors que je sens son bassin frôler le mien. La tension, la fameuse tension, elle est là. Et elle me sort ses p'tits cachets, ses p'tits distributeurs de rêve, de plaisir, de paradis artificiels. J'en ai déjà pris. Quelques fois. Pas souvent. Un ou deux fois peut-être. Avec des amis. Avec des connaissances plutôt. Au début de l'université, quand tu veux faire l'mec cool qui se sent grand. J'avais plané. J'avais volé. Et puis j'avais atterri. Un atterrissage assez mémorable, pas vraiment en douceur. Mais ce soir, elle est là, Houna. Elle est là, avec ses yeux plantés sur moi, avec son corps qui ondule surement sans s'en rendre compte au rythme de la musique contre le mien. Elle est là, avec ses doigts de fée et elle vient déposer l'objet de délit, l'objet du désir, sur mes lèvres.

Alors, tu veux faire le dangereux, Timéo ? Tu veux faire faux bond à ta réputation de bisounours ? A ton prénom d'ange ? A ta gueule de mignon ? Tu veux leur faire faux bond à tous ces gens qui attendent que tu te tires en pleurant ? Oui, tu le veux. Tu le veux totalement. Tu le veux tellement qu'au moment où tu vois le visage fin et doux de la jolie brune se rapprocher de toi, tu laisses glisser tes mains jusque sur ses fesses pour l'attirer fermement contre toi et prolonger ce baiser qu'elle t'offre. Prolonger ce baiser, ça veut aussi dire attraper ce petit cachet, lui faire faire un voyage dans ta bouche avant de le laisser rejoindre l'agrume, le sel et la tequila au fin fond de ton gosier. T'en avais envie. Ou peut-être besoin. Besoin de vivre, de profiter, de faire ce qu'on attend pas de toi. Et envie. Envie de glisser ta langue à la rencontre de la sienne. Envie de te sentir vivant. Envie de te laisser emporter par les pouvoirs magiques du p'tit bonbon et de te laisser aller dans ses bras. De l'embrasser, encore. D'agripper sa chevelure brune d'une main. De la tenir contre toi. De sentir son cœur résonner contre ta poitrine. T'en avais juste besoin, toi, l'gamin. " Et toi ? T'es prête à rester la fille dangereuse toute la nuit ? " Toute la nuit. Parce que j'vais pas te lâcher. Parce que j'vais pas te quitter des yeux. Parce que j'vais pas abandonner l'occasion de ressentir ce que tu m'fais ressentir, p'tite brune. Et sans vraiment te laisser le choix, c'est moi qui prends les commandes, moi qui te plaque contre le mur sur lequel tu m'avais lancé quelques secondes plus tôt. Moi qui viens me coller à toi, qui viens ressentir ta présence, ta chaleur, ton odeur. Moi qui viens maltraiter ton cou de mes lèvres de gosse qui prend un coup d'maturité ce soir. Mes mains divaguent toujours. Te serrent. Te gardent. T'es à moi, ce soir. Peut-être juste ce soir. Surement juste ce soir. Mais j'veux savoir ce que ça fait, de t'avoir, un soir. Mes bouclettes en vrac, tes griffes sur moi, mon torse transpirant, ta respiration forte. C'est ça, le désir ? La passion ? Ca ressemble à ça ? Vraiment ? Ouep, tu grandis, p'tit gars. " Suis-moi... " Suis-moi, parce que je suffoque ici. Parce que ta merde me fait tourner la tête, me monte au cerveau plus vite que prévu. Parce que j'ai besoin d'sortir, de respirer, de prendre un bol d'air frais dans la figure. J'attrape tes doigts, ta main ou que sais-je et t'attire avec moi à l'extérieur de la pièce, de la salle. De l'air. Enfin. Et mon dos qui s'écrase contre le mur, ma tête fait de même. Ca tourne. Ca chauffe. Ca se bouscule. Et j'te vois. Encore et encore. Toujours toi. Toi et ton regard de braise et tes allures de lionne. " Bordel, c'est bon c'truc là... " Laissais-je alors échapper d'entre mes lèvres, en essayant de poser mon regard sur elle. Sur Houna. Mais ça tourne. Vraiment. Et mon teint doit paraître encore plus blanc que d'habitude. Et j'dois pas être beau à voir. Mais à l'intérieur, j'suis bien. Peut-être trop bien pour m'rendre compte que j'suis mal.

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Jeu 28 Jan - 21:49

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
c'est de ça, dont elle avait besoin. c'était plus qu'une envie, c'était un besoin, de se noyer encore, à nouveau, dans les bras. sauf qu'elle ne voulait pas n'importe quels bras, ce soir, contre toute attente, elle voulait les siens. elle le voulait, finalement, lui, le petit brun. pas si petit que ça, finalement. pas si coincé, finalement. pas si innocent. c'est peut-être ça, qui lui plait le plus, chez lui, ce soir. parce que demain, tout sera comme avant, probablement. il redeviendra le gars, qu'elle ne connait, qu'elle n'aime pas vraiment. peut-être, que c'est juste pour ce soir. mais qu'importe, c'est mieux que rien. c'est mieux que ce qu'elle avait imaginé, houna. mieux qu'elle ne pensait. quand elle l'embrasse, quand elle le pousse contre ce mur. quand dans ses yeux, ça brille d'une lueur presque malsaine. presque envieuse. les flammes du désir, quelque chose qui y ressemble. trop ivre. le corps trop détruit par la dope. les gestes flous, les gestes instinctifs. les gestes trop connus. trop maitrisés, par ses doigts, désunis par l'tabac. houna, la fille dangereuse, la fille qu'il semble vouloir, finalement. contre toute attente. et, alors qu'elle s'attendait à ce qu'il recule, qu'il se tire, qu'il s'en aille loin d'la sauvage. loin de la fille pas bien, pas fréquentable, il n'en fait rien. c'est doux, c'est sucré, le goût de la surprise. y'a son coeur qui bat fort, y'a son sang qui bat, fort, dans ses tempes. qui fait tourner sa tête. qui fait naître, des sourires affamés. qui fait scintiller, les canines, dans l'noir. dans le bruit sourd de la musique, qui fait résonner, plus encore, tout le monde. elle est surprise, par ses mains, qui viennent se poser contre ses hanches. ses mains chaudes, larges. qui font frémir houna, alors qu'elle l'embrasse, qu'elle vient lui glisser, le regard sauvage, le fameux cachet. qu'il prend. nouvelle surprise. et si, finalement, il n'était pas le gars qu'elle pensait. le bisounours, incapable de se défendre, incapable de vivre. peut-être pas, finalement, qu'il est ce gars-là. son parfum, à c'gars-là, vient caresser ses narines, vient retourner ses sens. qui perturbe tout son corps. ses mimiques, qui ne font qu'accentuer, l'envie qui croit dans les yeux bruns. son bassin, qui s'colle au sien. sa bouche, qui s'colle à la sienne. sa main, qui échoue contre sa joue. sa main qui caresse sa pommette, qui s'enfonce dans sa chevelure bordélique alors que son corps plonge. corps, gestes, cerveau, décisions. c'est la lsd, qui porte houna. plus que ça, plus la raison. plus que la dope. encore ce soir, y'a plus rien qui compte. mis à part, peut-être, lui. lui, eux, le baiser qu'il prolonge. ses mains qui capturent son corps, ses mains qui découvrent. houna, ça la fait sourire, parce que dans l'fond, elle s'attendait pas à ça. mais c'est encore meilleur. meilleur que le voyou du coin. meilleur que le premier connard. parce que c'est timéo, le gentil, qui serre le corps fin, d'la brune contre le sien, d'ses mains désormais trop joueuses. houna, elle ne peut que aimer ça. parce que le vice, parce que la drogue, c'est son empire. parce qu'elle y règne en maître et qu'il n'est rien qu'un nouvel adepte. et ça fait sourire houna, qui l'embrasse. qui lui rend ce baiser, avec toute cette ardeur, cette passion, cette frénésie, de louve, de feu, de flamme. houna, qui s'accroche plus fort à lui. et cette question, qu'il lui pose. et son corps, qu'elle sent flottant. sa vision, trouble. le sol, qui tangue doucement. son cerveau, incapable de penser. lui, qu'elle trouve trop beau, pour que se soit normal. la fille dangereuse, est-ce qu'elle va l'être toute la nuit, c'est pas la vrai question à poser. faut lui d'mander, si lui, sera capable de supporter cette fille-là, sans trembler, sans faillir. plus que tu n'penses. et pas que pour la nuit... sourire amusé. sourire carnassier. sourire de la fille trop ivre pour vraiment parler. trop défoncée pour répondre quelque chose de censé, mais tout l'monde s'en tape, de toute façon. parce que houna, c'est la fille trop sauvage. trop dangereuse. tout le temps. alors oui, cette fille là, elle va l'être toute la nuit. elle est surprise, la brune, la sauvage, la dangereuse, quand c'est lui, qui la plaque contre c'fameux mur. y'a un sourire un coin, qui nait, sur ses lippes rouges. et elle se laisse faire, étrangement. elle le laisse, imposer son corps, sa présence. de ses mains, contre son torse, elle l'incite à plus. elle veut plus, toujours plus. de ses lèvres sur sa bouche. de ses lèvres, de ses dents, contre son cou. et elle se laisse faire, encore. houna la sauvage, qui laisse le brun faire comme bon lui semble, c'pas son genre. mais ce soir, peut-être que si. peut-être que ce soir, c'est différent pour elle aussi. son corps est collé au sien. ses mains, s'accroche à sa nuque. ses dents, s'accrochent à ses lèvres. sa langue, à la sienne. c'est passionnel, pendant quelques secondes. pendant c'baiser, qui submerge houna, dans les bras du brun. avec sa main, ses mains. sa bouche, sa langue. sa tête qui tourne. le sol qui tangue. la musique, qui frappe son cerveau. le sang, qui pulse. le cœur, qui bat vite, toujours plus. il recule, finalement. titube presque, en arrière. quand il attrape, vaguement sa main, pour l’emmener, plus loin. qu'il dit, de sa voix, qui traine. de sa voix chaude, de sa voix lascive. houna sait, qu'il est déjà bien haut. qu'il est pas habitué, et elle, la louve, trop dangereuse, elle sourit. elle rit, même, doucement. une nouvelle proie, à portée de ses crocs, qui est tombé, dans l'piège, de la fille dangereuse. comme si houna, c'était qu'une fille comme ça, un appât, à détruire tout c'qui a de bon. mais pas tant que ça, du moins, pas tant que ça, se soir. ils s'écartent loin de tout. loin de la foule. loin de la musique. et pourtant, sous les pieds de houna, ça bouge aussi. les murs, le sol, le plafond. tout plus coloré. lui, plus beau. lui plus attirant. lui, qui s'écrase contre le mur. lui, trop défoncée, déjà. elle, démarche louve. elle démarche sauvage, qui s'approche. elle va pas le laisser dans sa merde, pas ce soir. pas lui. sans vraiment savoir pourquoi non plus, elle fait ça, elle s'approche. il est blanc. il respire vite. il semble planer, trop haut. et houna, elle aussi, elle plane. si bien, que c'est difficilement, qu'elle s'approche. qu'elle colle son corps au sien, encore. qu'elle vient poser, presque doucement, ses deux mains contre ses joues. qu'elle sourit. c'est rare qu'on lui dise que la lsd n'soit pas bonne. calme-toi. respire. détend-toi. qu'elle souffle doucement, le visage trop proche du sien. son haleine alcoolisée, qu'elle souffle doucement. son regard, qui capture l'sien. et elle l'embrasse. sans retenue. sans s'retenir. avec la force de la drogue. avec l'désir de la vodka. avec la passion de la téquila. avec ses mains, qui s'accrochent à son corps. avec ses doigts, qui caressent, avidement. elle sent son corps, tanguer. même avec ses yeux fermés, ça tangue. avec son corps qui chavire. avec son cœur, qui bat fort. viens, on va danser. j'suis là, petit brun. tu vas pas t'enfoncer dans les méandres d'la drogue. tu vas pas t'y perde. où jvais m'y perdre avec toi. tu vas pas t'écrouler, parce que ce soir, c'est pas juste toi, qui danse, au son dla musique, trop forte. c'est moi, c'est toi. c'est mon corps, collé au tien. ma bouche, liée à la tienne. c'est la violence, la passion des étreintes éphémères. et peut-être, que c'est pas juste un nouveau gars, qui vient de tomber dans les mailles de son filet. peut-être, que ce soir, ça aussi c'est différent. peut-être, qu'il est différent.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Sam 30 Jan - 23:56

wild for the night (hounéo) Giphy

Cette soirée ne sera pas comme toutes les autres, c'est sur, c'est un fait. Cette soirée est depuis le début partie pour être différente. Mon état d'esprit était différent. Mes envies étaient différentes. Mes buts étaient différents. Je ne savais juste pas comment les concrétiser, comment les faire devenir réels, comment réaliser mes rêves du soir d'un gamin pas assez confiant pour se jeter tout seul dans la gueule du loup. Et elle est arrivée. Elle m'a sorti de mon trou, de mes envies frustrées, de mes pulsions incomprises. Elle m'a sorti et m'a tiré avec elle dans son monde sombre. Attiré avec elle. Enfoui avec elle dans tous les vices qu'elle peut porter sur son visage. Elle aussi, elle semblait avoir envie de les partager. Je n'étais surement pas la première cible, je ne serai surement pas la dernière et elle trouvera mille fois mieux. Mais elle m'aura fait du bien. Elle aura fait un vif passage dans ma vie et elle m'aura apporté quelque chose. Je vous dirai demain matin si c'était du positif ou pas. Si c'était bénéfique pour moi ou pas. Si je m'en suis senti grandi ou au contraire encore plus idiot. Je n'ai pour l'instant pas le recul pour juger de tout ça et surtout, c'est le dernier de mes soucis. Ce soir, je veux vivre, je veux profiter, je veux me sentir vivant, me sentir en danger, sentir mon cœur battre plus fort qu'à la normale, sentir mon torse transpirer, sentir mes poils se hérisser. Je veux ressentir quelque chose de fort et pas juste un enthousiasme idiot de Bisounours, merde.

Mais bien sur, histoire de ne pas rester crédible longtemps, le Bisounours, il flanche. Il embrasse la fille, il la serre contre lui, il la plaque contre le mur, il lui fait ressentir toutes ses pulsions, toutes ses envies, tout ce qu'il ressent ce soir là. Il prend le p'tit cachet, le p'tit produit miracle et il revit. Il sent son cœur qui s'accélère, sa tête qui tourne, ses neurones qui s'emmêlent. Il ne se contrôle plus, ses besoins prennent le dessus sur sa raison. Mais ça ne dure pas. Elle le provoque. Elle me provoque, Houna. Elle me cherche. Je soutiens que je tiendrai toute la nuit mais c'est évident que je ne tiendrai pas. Et elle me dit que c'est bien plus que la nuit qu'il faudra tenir, supporter, faire face au danger incarné qu'elle est. Elle est sauvage, elle est dangereuse, elle est brute, Houna. Une pierre brute. Celle qui n'a jamais été cassé, celle qui résiste à tout, celle qui fait mal quand on se  la prend sur le coin de la figure. C'est ça Houna; C'est le diamant brute. Précieux et rare. Convoité par les pires d'entre nous. Gardé par les pires d'entre nous. Et refusé aux p'tits gars comme moi. Pourtant, ce soir, je l'ai entre les mains, ce diamant. Je l'ai entre les mains, tout simplement. Je dois en prendre soin mais je dois avant tout savoir comment le prendre, savoir comment le tenir. Et c'est là que je flanche. C'est là que mes jambes de gosse ne tiennent plus. C'est là que ma respiration se bloque. C'est là qu'il me faut de l'air. C'est là que je sors, comme un lâche et l'attire avec moi. Mais là, elle a la réaction que je n'attendais pas. Elle est la fille que je ne soupçonnais pas. Elle est douce, elle est compatissante, elle est présente. En fait, c'est ça. Elle est surtout présente. Ses mains sur moi, son corps contre moi, ses yeux dans les miens et bientôt ses lèvres de nouveau sur les miennes. Je ne trouve pas exactement la force de lui répondre, la force de prolonger mais le cœur y est, les envies y sont. Calme toi et respire. Voilà ce qu'elle me conseille, ce qu'elle me dit. Elle me veut sur mes deux pieds ce soir, Houna. Et elle ne me lâche pas. Elle refout un coup de pression à mon organisme et me remet sur pattes en quelques mots. Cet impact qu'elle a sur moi comme personne n'a. C'est ça aussi, que j'aime.

Alors je la suis, sans comprendre, sans rechigner, sans répondre. Juste parce que c'est cette brune, cette louve, qui m'attire avec elle. Je suis, tout simplement. Et je rapproche son corps du bien, j'attrape sa chaleur, je la kidnappe, je la garde pour moi. Sa chaleur, son corps, sa bouche qui vient envahir la mienne avec toute la passion dont elle sait faire preuve. Mes mains viennent alors se fixer fermement sur les tempes de la demoiselle, la bloquant, la tenant, me laissant libre champs pour l'embrasser. Parce que j'en ai envie. Vraiment. Peut-être même besoin. De l'embrasser. De la serrer contre moi. De danser avec elle. De sentir ses courbes se mouvoir sur mon corps. Mon corps qualifié d'enfantin, de mignon, d'immature, de pas fini, de ridicule. Mon corps qui est simplement mon corps ce soir. Elle se fiche de ces on-dit, elle se fiche de ce que les gens peuvent penser, elle se fiche de quoi j'ai l'air. Elle profite, tout comme moi et ça me fait un bien venu d'un autre monde. Oui j'me sens prêt à tenir toute la nuit... " La voilà la réponse que je lui murmure en l'attrapant avec fougue, presque trop de fougue, attirant son oreille auprès de mes lèvres. Je suis prêt parce que je le veux et je ne veux surtout pas la lâcher. Surtout pas te lâcher, Houna. Et je m'emballe. Et je sens les envies monter. Et je sens mon p'tit cachet faire effet. Et je sens que ça bouge, que ça tremble, que ça vit, tout simplement. Et je la plaque contre le mur, bar, coin de mur ou que sais-je d'ailleurs. Je la plaque, simplement. Pour la tenir. Pour me tenir. Pour prendre appui. Parce que je ne tiens tout simplement pas sur mes pieds. Je ne tiens pas mais je veux néanmoins être contre elle. la sentir contre moi. Glisser mes mains sur ses hanches, sur sa taille, frôler du bout des doigts sa peau découverte à certains endroits. Toucher ce corps que je ne rêve que de découvrir à cet instant précis. Parce qu'à cet instant précis, je ne suis ni un ado, ni un enfant, je suis un homme. Juste un homme qui se sent comme un homme. Un homme qui est avec une femme. Une vraie femme. Avec toutes les pensées et les pulsions que ce beau petit duo peut engendrer...

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Mar 2 Fév - 21:56

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
et si, ce soir, c'était différent. la réalité, c'est que ça semble différent. lui, avec sa tête d'enfant, avec son corps d'ado. qui l'attire, comme un aimant, étrangement. lui, qui la surprend, houna. houna, qui veut pas partir. qui veut pas en finir avec cette soirée. houna, heureuse comme ça. qui sent son corps, étrangement porté. par l'alcool. parle le petit cachet, qu'elle a fait glisser dans sa gorge. le même cachet qu'il a fait glisser de la même manière. houna qui se sent bien avec lui, ce soir. qui se laisse porter, au rythme de la musique, étourdissante. en rythme avec les basses, puissantes qui font danser son corps mince. qui fait épouser ses formes contre son corps. contre lui. qui semble déjà, flotter bien haut. qu'elle sent fébrile. qu'elle sent planer. c'est agréable, ce contact chaud de le leurs corps. ce contact unique, de sa bouche contre la sienne. de leurs corps, de leur langues qui luttent. qui jouent. qui dansent. avec ses mains, qui parcourent, avidement son corps. portées par l'engouement de la soirée. de l'alcool, qui s'déverse sans fin dans ses veines. de la lsd, qui fait danser son cœur, qui fait chavirer son âme. qui fait sourire houna sans raison. qui fait divaguer ses mains, sans but, sauf celui de provoquer, peut-être. sauf celui, d'aguicher, d'aiguiser ce qu'elle sent naître, quand sa bouche caresse la sienne. quand leur langues s'entrechoquent. désir. passion. au rythme de la musique trop forte. en accord avec leurs corps dévastés par l'alcool et la drogue. le sien, en tout cas. car elle sait bien, houna, qu'il est pas ce genre de gars. ce gars qui boit, qui fume. sauf ce soir, peut-être, il peut dire être ce type là. mais dans l'fond, c'est ce qui l'attire. inévitablement. l'attrait de la chasse, du jeu. de le pousser, de le repousser, toujours plus loin de ses limites. de le faire glisser dans les mailles de son filet. et c'est peut-être plus que ça, aussi. c'est peut-être simplement l'envie, sourde et sauvage, de s'abandonner au petit brun. à l'étudiant, qu'elle méprise d'habitude. c'est peut-être aussi simple, clair, limpide. sauf que houna, c'est pas le genre de fille qui est attirée par ce genre de gars. alors elle va pas avouer. assumer. elle va mettre ça sur le compte de la drogue. de l'alcool. de n'importe quoi. de n'importe qui. plutôt que d'accepter. la louve trop bornée. surtout trop bourrée. peut-être bien autant que lui et dans l'fond, c'est ça qui est bien. les barrières, l'bon sens, la raison, tous écroulés sous l'poids de l'ivresse. et houa qui l'embrasse, qui lui dit de respirer. de se calmer. parce qu'il est blanc comme un cul, que son organisme réagit au petit comprimé. et lui, il est pas habitué. ça faire sourire houna. puis elle fait ce truc, qu'elle fait jamais, avec personne. le rassurer. lui dire de prendre sur lui. respirer. dans l'fond, elle sait pas pourquoi elle fait ça, ça lui ressemble pas. mais ce soir, puisque tout est différent, elle le fait. et il la suit, encore. et sa main dans la sienne. puis leurs corps parmi tous les autres. avec la musique qui pulse. et c'est lui, qui surprend la brune, une fois d'plus. quand il lui dit qu'il est près à tenir toute la nuit. avec elle. elle et lui, toute la nuit. ici, autre part, peut importe. sourire joueur sur les lèvres rouges. sourire aguicheur. regard moqueur. regard de braise, de flamme. de feu. regard qui en dit long, qui veut rien dire. qui étourdit les sens, qui brouille les regards. comme sa bouche, qui vient à la rencontre de la sienne. tout comme son corps qui pousse le sien, avec une virilité qu'elle ne soupçonnait pas. avec une force, une envie, qu'elle n'imaginait pas. son corps tangue. sous ses pieds, y'a l'sol qui bouge trop. dans ses yeux, c'est trop coloré. vision 3d. vision bordélique. cœur qui bat trop fort, trop vite. toujours trop. trop tout. avec son sourire, qu'on détache pas, d'ses lèvres pourpre. et son dos qui heurte un mur. et houna qui s'en tape, de toute façon. parce qu'elle pense pas à ça. mais plutôt à lui. à ses lèvres qui font danser les siennes. à ses mains qui font frémir sa peau tiède. et houna, elle répond. houna elle balance son corps sauvage. qui frôle, qui se colle. ses mains volages. qui agrippent, à son t-shirt, à son dos, à sa nuque. la baiser sauvage, puissant, violent. le baiser qui détruit, qui guérit. qui rend aussi accro que toute les merdes qu'elle a déjà prise. qui donne envie de tellement plus. qui donne envie de toute foutre en l'air, de faire revenir la fille sauvage, plus que tout. et houna, elle l'embrasse. à en perdre haleine. à perdre la raison, ce qui en reste. à tout perdre, à s'perdre. les mains qui s'glissent contre la peau chaude. contre l'bas de son dos. sa main qui se perd dans sa chevelure brune. sa bouche qui s'bat, avec passion, contre la sienne. c'est violent. c'est puissant. passion, désir, pulsions. on va voir si c'est vrai alors.. elle dit, houna, le regard de braise. le baiser qui prend fin. le souffle court. les souffles qui se mélangent. les yeux qui se perdent, qui se croisent. qui provoquent. qui jouent. houna qui entraine timéo. peut-être l'inverse. dans la foule déchainée. avec son corps qui bouge tout seul. son corps guidé par la lsd. ses yeux rouges. sa vision floue, colorée. tout qui s'déforme. le sol qui tremble. les bras levés. le contact, la proximité. les corps qui se frôlent. la bouche qui frôle à nouveau la sienne. le regard joueur, le regard de louve. de sauvage. les heures qui s'enchainent. les heures à danser. les verres, à nouveaux enchainés. les baisers, à nouveaux échangés. les caressent, les souffles, les murmures. le jeu, qui n'cesse. la nuit qui avance, qui s'meurt lentement. 1h. 2h. 3h. 4h. ça passe vite, trop vite. avec son corps qui n'cesse de danser. de provoquer. avec ses yeux, ses prunelles qui dansent, elles aussi. avec ses lèvres, qui attirent trop souvent les siennes. le désir, l'adrénaline. la volonté de plus. le désir. houna, qui tangue toujours plus. houna, le corps coton. le coeur volage, tout autant qu'ses mains. on pourrait terminer tout ça autre part... on. nous. terminer. quelque chose. chose. autre part. loin des gens ivres. loin de la foule, de la musique. loin du monde. le message est passé, le message semble clair, limpide. mais pour s'faire comprendre, pour lui faire comprendre. elle l'embrasse. encore. toujours. passion, désir, pulsions. toujours l'même putain d'schéma.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Jeu 4 Fév - 23:43

wild for the night (hounéo) Giphy

On va voir si c'est vrai alors.. De la provocation dans les mots. De la provocation dans le ton de sa voix. De la provocation dans le regard, dans ses gestes, dans son attitude. Son corps entier semble m'appeler, me chercher, me pousser à me rapprocher, encore et toujours plus. Comme des aimants qui s'attirent. Comme des amants qui se désirent. C'est inévitable. Je ne suis pas comme ça d'habitude, jamais. Elle si. Moi non. Et pourtant, je n'ai pas besoin de me forcer ce soir, je n'ai pas l'impression de jouer un rôle, d'être quelqu'un d'autre. Je suis juste moi, une autre partie de moi, une autre facette de ma personnalité qui n'ose jamais sortir et reste tapie dans l'ombre de ma carapace de bisounours. Houna, sans le savoir, elle brise en mille morceaux cette carapace et ça fait du bien. Parce que je sais qu'elle reviendra demain matin, cette carapace. Dès qu'elle aura détourné son regard et son attention de ma petite personne. Dès qu'elle sera retourné à sa vie et à ses occupations, Houna. Plus rien ne sera pareil. Je dois profiter, au maximum. Parce que je ne suis pas un spécialiste de ce genre de relation, bien au contraire. Je ne sais donc pas ce qu'elle attend de moi, ce qu'elle a dans la tête, ce qu'elle veut ce soir et voudra demain. Elle m'attire sur la piste, elle m'embrasse, elle danse contre moi. Nos corps bougent, se découvrent, s'apprivoisent, finissent même par se connaître. Des verres défilent entre deux danses, des respirations saccadées se laissent entendre entre deux baisers fougueux. Tout est là. La tension, l'envie, le désir, le cœur qui s'accélère et les jambes qui tremblent. Le corps qui sue et les mains moites. La chaleur enivrante de la boite de nuit, la chaleur qu'elle me transmet aussi, Houna. J'ai chaud. Terriblement. Mais j'aime ça. J'aime cette sensation. J'aime me sentir vivant de cette façon. Balader mes mains, mes doigts, sur son corps. Mon souffle dans son  cou. Mes lèvres sur les siennes. Et la musique qui nous porte. Encore plus loin. Encore plus longtemps. Les heures défilent mais je serai tout bonnement incapable de donner une approximation de ce qu'affiche l'horloge. Comme coupés du monde, dans notre bulle. Je n'ai plus aucune notion du monde extérieur, des gens que j'ai pu croisé, des amis qui ont pu me voir ainsi, des mecs du groupe qui passaient peut-être par là. Je ne pense à personne, je ne vois personne. Personne, à part Houna. Houna Miller et uniquement elle, ce soir.

Et puis y'a la phrase qui change tout. La phrase qui fait évoluer la soirée. La phrase surement prévisible pour les trois quarts des jeunes hommes de mon âge mais pas pour moi. La phrase que je n'ai pas entendu souvent. La phrase que j'ai encore plus rarement entendu dans ce contexte. Une fille, terriblement jolie, attirante, sexy, m'embrasse et danse avec moi, et uniquement moi, pendant des heures puis me propose de finir la soirée ailleurs. Se fout-elle de moi ? Remplit-elle le gage d'un ami pour passer la soirée à mes cotés de cette façon ? Pourquoi moi ? Je les vois pourtant, ces regards, ces mecs, ces mains, qui se sont approchés d'elle ou ont louchés sur sa plastique de rêve toute la nuit. Alors pourquoi moi ? Pourquoi tombe-t-elle dans mes bras ? C'est une très bonne question que j'aurai tout le temps de me poser une fois qu'elle ne sera plus là. Pour l'instant, c'est d'elle dont je dois m'occuper et pas de mes états d'âme. Grandis Jenkins, grandis. C'est le soir où jamais. " Viens ... " Lui lançais-je en hochant positivement de la tête,  en attrapant sa main, entrelaçant nos doigts et l'attirant avec moi à l'extérieur de ce sauna moderne. Parce que c'est un véritable sauna cet endroit. Arrivé à l'air frais, retrouvant peu à peu cette température corporelle normale, je vole un nouveau baiser envieux à Houna, jouant de mes dents sur ses lèvres au passage en murmurant : " J'ai ma voiture garée un peu plus loin, je t'amène exactement où tu veux... " Tant qu'elle reste avec moi, tant que je reste avec elle. Où elle veut, quand elle veut, je ne serai pas difficile là dessus. Et c'est donc avec un équilibre assez approximatif que je l'attire avec moi jusqu'à la voiture, garée dans une ruelle, quelques centaines de mètres plus loin. Le trajet est entrecoupé de scènes passionnées au milieu d la rue, des baisers volés, des mains baladeuses, des corps qui se cherchent encore et toujours. Et en arrivant devant le fameux véhicule, je bloque symboliquement la demoiselle entre mes bras, le dos contre la portière et lui lâche quelques mots : " Ca serait quand même pas trop raisonnable de conduire maintenant par contre... " Mon regard perçant dans le sien, mon regard d'homme. Plus de gamin qui tienne, plus d'enfant, plus rien. Juste un homme. Un homme et une femme. Devant une voiture. Aussi alcoolisés et potentiellement drogués un que l'autre. Et l'envie qui est là, l'envie qui se fait sentir. Houna. Qu'est-ce qu'elle m'a fait ? Comment en suis-je arrivé à sous-entendre ce genre de propositions à une fille à cette heure ci de la nuit ? Faut-il que je vous fasse un dessin de ce que deux jeunes adultes peuvent faire dans une voiture sans jamais mettre le contact ? Mes yeux, mon regard, mes mains qui se faufilent sous son chemisier le lui font comprendre sans aucun mal alors que je glisse ma main dans ma poche pour en sortir la clé et déverrouiller le lieu du drame, du crime, du désir...

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Lun 22 Fév - 22:01

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
provocation, encore. toujours. elle n'vit que comme ça houna, elle sait pas faire autrement. depuis toujours, le regard charmeur, le sourire joueur. attirer n'importe qui dans ses filets, tant que ça marche. tant qu'elle a ce qu'elle veut. et ce soir, c'est lui, qu'elle veut. sans savoir pourquoi, ni comment. pourquoi lui, timéo, qu'elle ne pensait pas supporter. elle sait pas, tout c'qu'elle sait, c'est que c'est plus qu'une envie. c'est un besoin, puissant, qui fait tressaillir son corps, son coeur. qui fait battre fort, son sang dans ses tempes.. qui fait danser ses pieds au rythme de la musique qui résonne trop fort dans ses tympans. mais ça va, c'est agréable. probablement parce qu'elle est trop ivre. trop droguée. trop tout, comme d'habitude. mais elle est avec lui, alors dans un sens, tout est différent. il n'est pas, ce gars dragueur, ce gars qui enchaine les filles, qui enchaines les lits. c'est pas un crevard, un drogué. c'est un gars bien, elle en est persuadée, et pourtant, c'est plus fort qu'elle. elle l'entraine, elle le tire. vers l'illégalité. la drogue, glissée entre ses lèvres. un jeu qui commence, qui n'v a pas s'arrêter tout de suite, qui v'a peut-être même jamais s'arrêter. peut-être que c'est que pour ce soir, que demain, la magie de la nuit, de la drogue et de la musique électro sera achevée. enterrée. peut-être qu'il n'y aura plus rien de tout ça, après tout. peut-être qu'il est juste de passage dans sa vie, comme beauocup de choses. comme trop d'choses, d'ailleurs. mais elle s'en soucie pas, houna. en fait, elle s'en moque. elle veut juste profiter, rire et l'embrasser. surtout. mêler ses lèvres aux siennes, jouer d'sa langue contre la sienne. encore, sans relâche. apprécier son goût alcoolisé. vodka. téquila, plutôt. peut-être les deux. elle veut sentir, du bout d'ses doigts brûlant, sa peau humide. sa peau douce et parfumée. elle veut sentir sa peau glisser, frotter, cogner contre la sienne. contre ses os trop fragiles et son corps trop abimé. elle veut trop d'choses, surtout lui, en réalité. lui, avec qui elle danse, sans relâche. sur cette piste trop bondée, elle joue. d'son corps contre le sien, d'sa bouche contre sa peau. sa bouche, ses lèvres, sa mâchoire, son cou. ses doigts qui caressent, qui se perdent. les musiques qui défilent, l'heure qui tourne. les verres qui s'enchainent, qui glissent dans l'fond de sa gorge. qui réchauffe plus encore son corps déjà en surchauffe. son corps, avec trop d'envies. trop de désir. elle lui montre, lui fait sentir. de ses doigts qui s'agrippent, qui semble lui dire, que c'est toi, que j'veux, ce soir. toi. juste toi. et moi. pas les autres gars, pas tous les autres cons qui mattent mon cul. juste toi, parce que t'es un gars bien, et j'voudrais bien savoir, comment c'est d'coucher avec un gars bien. elle sait bien, la louve, que c'est pas un gars pour elle. qu'elle est certainement pas une fille pour elle, parce que c'est pas une bonne fréquentation houna. c'est pas le genre de fille qu'on présente à ses parents, ni à ses amis. c'est une droguée, provocatrice et malsaine. elle le sait, mais ce soir, elle veut pas être cette fille là. elle veut plus. être la fille qui enchaine les rails et les mecs. pour une fois, peut-être inconsciemment, elle veut juste être une fille bien. une fille assez bien pour un gars comme lui. un gars bien. alors elle lui dit, quand même. que cette soirée pourrait se terminer autre part. avec lui. eux. ensemble. parce que y'a cette envie dans sa gorge, dans son corps. qui pulse toujours plus fort, à chaque baiser. cette envie, d'se perdre dans ses bras. de sentir son buste écrasé contre le sien. se sentir son parfum, contre sa peau. et lui aussi, il doit ressentir cette envie. parce qu'il hoche d'la tête et houna sent ses doigts s'entourer autour des siens. pour la guider, dans la foule ivre, de musique, d'alcool et de chaleur. c'est l'air frais qui vient heurter son visage, le souffle court. l'air frais, qui apaise le sol qui tangue et le corps qui chavire. mais qui ne l'empêche pas de coller à nouveau ses lèvres aux siennes. son regard qui se fait braise quand les dents du brun jouent avec ses lèvres. son corps qui se tend vers l'sien, une vague de chaleur qui la percute, de plein fouet. de son corps frêle, elle pousse le sien. il l'attire. ils s'attirent. la passion violente de leurs baisers, volés dans la rue mal éclairée. et houna qui tangue, qui s'échoue contre ses lèvres, encore. toujours. les jambes qui n'tiennent plus vraiment. juste le sang qui cogne ses tempes et tout son corps, de feu, de braise. ses mains qui parcourent son torse, son dos. ses mains qui se perdent dans ses cheveux, et ses dents, qui mordent sauvagement sa peau, son cou. les doigts qui, avidement, caressent la peau chaude. houna, elle pense plus. plus, si ce n'est à lui. mais elle sourit, quand il lui dit que ça serait pas raisonnable de conduire. comme si cette soirée l'était. comme si houna était une fille raisonnable. mais elle s'en fout, c'est lui qu'elle veut. peut importe si c'est dans sa voiture. tant qu'il est là. tant qu'il sont ensemble. frisson, quand son dos se pose contre la tôle de la voiture. ses baisers se font plus intenses, plus violents. trop violents. sa langue, trop désireuse. houna qui perd pied. houna qui s'agrippe à lui. on peut toujours faire un autre truc, pas vraiment raisonnable... ouais, coucher ensemble, dans cette voiture. maintenant. elle le regarde, de ses yeux brûlants. de ses yeux perçants, provocateur. le souffle court. le corps en ébullition. elle laisse ses yeux se perdre dans les siens. son souffle qui croise le sien, son parfum qui chatouille ses narines, une fois de plus. elle frissonne, quand sa main se glisse sous son chemisier, contre sa peau claire. c'est ses dents qui mordent sa lèvre, en sentant le doux contact de sa main contre sa peau nue. et son visage qui s’enfouit dans son cou, dans sa nuque. ses doigts qui cherchent, fébrilement, la portière. qui l'ouvre, et sa main qui le repousse, si peu. son regard qui en dit pas assez, trop. ses doigts qui s'attardent le long de son visage, avant de faire glisser son haut par dessus ses épaules. à moitié dans la voiture. mais elle s'en tape, houna, elle est pas pudique. pas à cette heure là. pas dans cet état là. les yeux brûlants, pour lui. pour ce gars, qu'elle connait pas vraiment, dans l'fond.
et finalement, c'était bien. ça guérit, ça apaise, de coucher avec un mec bien. pas d'baiser avec n'importe qui. juste de coucher avec lui. et son beau sourire, ses yeux doux. le goût salé de sa peau, et le goût alcoolisé de ses lèvres. et houna, quand elle étouffe un dernier gémissement de plaisir contre sa peau humide, elle se dit, qu'elle devrait faire plus d'effort, qu'elle devrait chercher les gars bien. son corps nu, entremêlé au sien, à l'arrière de sa voiture. le coeur qui bat fort, encore, dans sa poitrine. ses jambes mêlées aux siennes. son ventre qui caressent le sien, à chaque respiration. mais surtout, ses prunelles brunes qui se perdent dans les siennes. sans relâche. le doux va et vient de son pouce contre sa pommette, c'est pas elle. c'est pas houna, la sauvage. la violente. la louve. c'est pas elle, mais pourtant, ça fait du bien. ça la gêne pas. ça n'lui fait pas mal. ça l'apaise, ça recolle les bouts d'son coeur, d'son âme. j'aime bien, n'pas être raisonnable, avec toi.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Mer 24 Fév - 21:43

wild for the night (hounéo) Giphy

Moi, Timéo Charly Jenkins, dans une ruelle, à moitié bourré, l'autre moitié drogué, avec une déesse de la nuit, prêt à passer à l'action sur la banquette arrière d'une voiture. Qui le croirait ? Qui m'aurait cru ? Qui me croirait même s'il le voyait de ses propres yeux ? Surement pas grand monde. Je ne suis qu'un gosse, qu'un gamin, qu'une mignonne petite chose qui pousse sa voix en s'accompagnant de sa guitare. Une statuette miniature avec des cheveux bouclés. Un petit frère à chouchouter. Un ami à faire boire pour rigoler. Une petite âme à rassurer et à aiguiller. Qui aurait parier que je finisse une soirée ainsi ? Personne. Pas même moi. Surtout pas moi. Au fond, peut-être que j'espérais que ça arrive. Peut-être que j'en rêvais. Fantasmais. Mais jamais je n'aurai imaginé ça possible. Cette fille. Cette louve. Cette lionne. Cette tigresse au regard de braise, aux courbes démoniaques, à l'allure hypnotique. C'est sur moi qu'elle a mis son grappin ce soir. C'est sur moi qu'elle a jeté son dévolu. C'est sur moi que son regard s'est arrêté et je dois bien avouer que  j'ai encore du mal à le réaliser. Pourtant, quand mes mains se posent sur elle, quand mes lèvres dévorent les siennes, quand mes vêtements se font ôter et quand son souffle parcourt ma peau bouillante, je dois bien me rendre à l'évidence, évidence agréable : je ne rêve pas. Je le fais. Vraiment. Et c'est magique. Vivant. Transportant. Enivrant. N'allez pas croire qu'elle vient de me voler une quelconque virginité, ce n'est pas le cas. J'ai connu des femmes. Plusieurs. J'ai été amoureux. Plusieurs fois. J'ai vécu des histoires charnelles, sensuelles, sexuelles. Mais là. Là c'est différent. Là c'est autre chose. Là il n'y a pas d'amour, il n'y a pas de relation établie, je ne lui dois rien, elle ne me doit rien, si ce n'est un partage commun de plaisir en ce soir de débauche. Un soir peut-être commun pour elle. Un soir, une soirée, une nuit, unique et hors du commun pour moi. Une nuit que je n'oublierai pas. Une nuit qui me changera surement sur le long terme. Une nuit qui me fera évoluer sans même que je m'en rende compte. Bordel, prends confiance en toi Timéo. Prends confiance en l'homme que tu peux être. Ne te laisse plus marcher dessus, ne reste pas l'gosse qu'on chaperonne en soirée. Ne reste pas le petit frère du monde entier. Ne reste pas l'mioche à la guitare. Sois un homme, deviens un homme et montre leur. A tous. Fais les taire un peu. Toute la clique de beaux gosses qui font tomber le monde entier. Toute la clique d'artistes soit disant plus doués que toi parce que plus charismatiques. Impose toi. T'as pu t'imposer face à la lionne, tu peux t'imposer face au monde entier. Réalise le. Enfin.

Plus tard. Je réaliserai plus tard. Parce que pour le moment, la seule et unique chose que je réalise c'est que mon rythme cardiaque frôle le maximum, que mon organe semble vouloir s'échapper de ma poitrine, que mon torse transpire contre sa peau, et que sa fameuse peau ne fait presque qu'un avec la mienne. Peau contre peau, poitrine contre poitrine, nos souffles rapides arrivent malgré tout à être en rythme. Un léger silence se fait. Un silence qui me fait réaliser, reprendre mes esprits. Un silence qui me fait apprécier le moment, le vivre jusqu'au bout. Intensément. Un silence que j'apprécie, moi qui déteste en temps normal ce genre de blanc ambiant. Mais cette fois-ci, ce blanc, il signifie beaucoup. Il signifie que même sans alcool, même sans drogue, même sans sexe, nous pouvons rester là, un contre l'autre, à apprécier le souffle de l'autre. Sans plus. Sans rien d'autre. Juste ça. Juste ce moment. Juste ce moment qui me fait un bien inouï. Un bien qui ne fait que s'accentuer quand elle fend ce silence pour ajouter quelques mots. Elle aime ne pas être raisonnable, avec moi. Je me doute qu'elle l'est souvent, elle, pas raisonnable. Ce n'est qu'un détail de plus de l'être avec moi ou avec un autre. Mais ce détail, elle le remarque, elle le note, elle s'en rend compte. Elle n'est pas avec n'importe qui ce soir, elle est avec moi. Et cette petite considération met un coup de plus à mon égo, à ma fierté masculine, à mon plaisir d'être avec elle. A mon besoin inconscient d'être flatté. Et les mots sortent, sans passer par la case cerveau, sans être réfléchis et retravaillés. Juste comme je les sens. Juste comme je les ressens. " Et moi j'aime comment je suis avec toi... Tu m'fais un bien d'fou Houna. Et je n'parle pas du bien physique hein... " Subtilité quand tu nous tiens, n'est-ce pas ? Tu n'as aucune maturité à ce niveau là Jenkins, tu m'fais presque de la peine, à moi, ta pauvre conscience. Mais je dois avouer que ça porte à sourire. En tout cas tu souris. Oui, je souris. Parce que je suis bien. Parce que même nu comme un ver contre elle, je me sens bien , à l'aise et prêt à jouer l'humour qui n'a rien à faire là. Juste parce que je suis bien avec elle. Mes doigts se glissent dans ses cheveux, les caressent, les frôlent, jouent avec, alors que je m'imprègne de leur odeur. Je tends l'autre bras pour attraper mon pull et le mettre sur le corps nu de la louve, le corps qu'elle ne doit pas partager, le corps que je veux protéger. Je suis doux, je suis moi, je suis juste Timéo, même si c'est bizarre de voir Timéo dans cette situation. Et puis les mots sortent, une fois de plus, alors que je garde précieusement son corps contre le mien : " On peut être accroc en une soirée, t'crois ? Parce que moi j'crois bien que je n'vais pas réussir à m'contenter d'un seul moment avec toi. " Parce que t'es hors sujet, parce que ton romantisme n'a rien à faire là, ta sensibilité non plus, tes états d'âme encore moi. Tu viens d'vivre un coup d'un soir mon grand, un truc sans lendemain, un truc fougueux et passionnel mais elle te snobera demain matin en salle de TD. Parce que ça compte pas. Parce que pour elle, ça compte pas. A moins que tu te trompes ? A moins que pour elle aussi ça soit différent ? A moins que tu m'laisses rêver encore quelques secondes avant d'me tirer violemment de mon rêve éveillé ? Aller, encore un peu...

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Ven 26 Fév - 13:12

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
la nuit c'est ton milieu. la nuit tu connais, tu maitrises. tu maitrises tellement d'choses. ou du moins, tu penses. tu penses te connaître, connaître tes limites. tu penses te maitriser. tu penses dans l'fond, que t'es meilleure que tout l'monde. meilleure que c'monde de sauvages. c'monde violent et noir. mais la vérité, c'est que tu maitrises pas grand chose, pas même ta chute, inévitable. violente, contre le sol. qui écorchera ton coeur et ton âme. ce qu'il en reste, du moins. mais c'qui est certain, houna, c'est tu sais pas gérer ce genre de situation. tu sais plus. les états d'âmes, les gestes doux, tu maitrises mal. parce voilà, ils ont couchés ensemble. entrainés par la drogue et le désir sournois. passion, désir, violence. les baisers passionnés. les étreintes empreintes de désir. la violence des corps qui se heurtent. tout ça, c'était puissant. c'était ce que voulait houna, dans l'fond. ce dont elle avait besoin et ce qu'elle voulait partager avec lui. lui, tellement différent d'elle. à croire qu'il vient d'un autre monde, qu'ils vivent dans une réalité différente. pour houna, la seule issue c'est frapper, avant qu'on ne la frappe. pour lui, ça semble marcher différemment, comme si la violence ne faisait qu'aggraver les choses; et, c'est probablement le cas. sauf que houna, elle connait que ça. c'est la seule manière qu'elle a trouvé pour protéger son âme, du reste du monde. et lui, ce petit brun à bouclettes, il est doux. étonnamment doux. c'est peut-être pour ça qu'elle peut pas le supporter. trop gentil. trop aimable . trop agréable. trop. trop tout. alors que houna, elle est rien. trop violente. trop méchante, peut-être. mais c'est tout. et pourtant, c'est avec lui qu'elle s'est retroyvée. c'est lui qu'elle a embrassé toute la soirée. lui, avec qui elle bu trop d'verres. lui, pas un autre. lui, qui est contre son corps, encore. lui, qui garde sa peau brûlante contre la sienne. elle, qui sent, sa respiration, au moins aussi rapide que la sienne. les souffles qui se croisent, les souffles qui se mélangent. son odeur qu'elle sent, qui l'enivre. houna, elle est juste trop bourrée. pas vraiment consciente de ce qu'elle fait non plus. houna, c'est une louve. le genre d'animal que tu peux pas mettre en cage. qui s'échappe quand tu l'touches et même quand tu l'frôles. c'est comme ça, c'est houna. mais elle, la louve elle est pas capable de gérer ce genre situation. qu'elle sent dériver vers un truc qu'elle aime pas. qu'elle est pas capable de gérer. lui, elle le sent doux. doux et léger contre sa poitrine. et quand ses yeux se plantent dans les siens, elle est perdue; elle comprend pas son regard, regard douceur. regard qui pourrait soigner la terre entière, peut-être même houna. elle sent, que la suite n'va faire que s'envenimer. elle le sent, et elle peut rien faire. parce que d'un côté, elle est partagée. perturbée. d'un côté, c'est agréable, ça répare. ça change. de pas coucher avec un gars qui s'en fout, qui veut juste tirer son coup. qui veut juste profiter de c'qu'elle à offrir. d'un gars qui s'en tape d'elle, dans l'fond. ça change, de se sentir exister. de se sentir vivante. mais ça la perturbe, houna. et elle aime pas ça. elle veut pas aimer ce genre de trucs, parce qu'on termine toujours par s'y perdre. on s'y noie et on arrive plus à remonter à la surface. elle veut pas devenir accro à quelqu'un. pas quelqu'un comme lui, pas quelqu'un de bien. non, c'est pas ce qu'elle veut. jamais. elle veut être libre, comme l'air. sauf qu'il parle. il dit ces mots, qui rentrent dans la peau d'houna comme des aiguilles. dans l'fond, c'est pas de sa faute. ils ne viennent pas du même monde. ils n'ont pas la même conception des choses, c'est certain. il lui fait un bien fou, mais tôt ou tard, se sera l'inverse. c'est forcé. c'est toujours comme ça qu'ça s'passe. alors il devrait s'éloigner, se tirer. faire comme tous les gars. c'est pour son bien, dans l'fond. elle sourit, doucement, quand il termine sa phrase, maladroitement. putain, il est pas croyable. il est unique, c'est pas possible d'être comme lui. ça fait pousser doucement houna, ouais lui aussi il lui fait du bien et pas que physiquement. mais il lui fait tellement de bien qu'elle va finir par lui faire du mal. mais pour l'instant, elle est captivée. par cet être, il semble pas abimé par la vie. il semble en un seul morceau, c'est tellement rare. ça fait frémir houna, qui passe son pouce sur les contours d'son visage. elle aimerait rester là, profiter, encore un peu. voir ce que ça fait, d'être bien, quelques heures. encore. mais elle peut pas, elle le sait. encore plus quand ses doigts se perdent dans sa crinière brune. encore plus quand il parle. l'coeur d'houna se serre, douloureusement. trop. il peut pas dire ça. il peut pas dire qu'il est accro. c'est interdit, il n'a pas l'droit. il peut pas dire qu'il veut plus. il ne peut pas. elle frémit houna. comme si elle sentait le piège se refermer sur elle. il doit pas s'attacher. pourquoi il le fait, putain, elle comprend pas. pourquoi il fait ça, pourquoi il est comme ça. ça devait pas s'passer comme ça. elle ouvre la bouche pour parler, mais il pose son pull sur son corps. dans un geste, un de plus qu'elle comprend pas. elle st pas habituée. mais ça peut pas se passer comme ça. elle doit y mettre fin, avant que se soit trop tard. qu'il pense qu'il y a plus. à contrecoeur. ouais, elle aimerait rester dans ses bras, contre toute attente. elle aimerait de la douceur, pour une fois. mais lui, c'est pas possible. il est trop fragile, elle va l'briser. à moins qu'il ne se brise tout seul contre le mur qu'elle est, houna. il va se faire mal. et, étrangement, elle veut pas l'voir souffrir. alors, doucement, plus ou moins, elle le repousse. elle lui rend son pull, sans un mot. l'regard sauvage, l'regard liberté. les prunelles brûlantes, qui veulent lui faire comprendre que c'est pas possible. qu'ils ne sont pas ça. elle attrape, regard sombre, ses vêtements. elle met fin à c'moment. à moitié rhabillée, y'a son coeur qui se serre. son cerveau qui lui hurle de se casser. ouais, mais nous, c'est pas viable, tu l'sais ça ? c'était bien, sur l'moment. mais ça va pas durer, ça peut pas. elle fait passer son chemisier par dessus ses épaules. le regard dur. il doit comprendre. eux, c'est pas possible. il ne peut pas s'autoriser cette douceur, pas avec elle. il ne peut pas l'apprivoiser, pire encore, il en doit pas essayer. il va la briser, et dans l'fond, houna elle est pas si solide. le silence, il est lourd. il fait mal. elle aime pas tellement faire ça. elle voulait pas l'faire. mais elle n'a pas vraiment l'choix. elle secoue doucement la tête, les prunelles feu. le corps lourd. la tête douloureuse. c'moment, tout ça, c'était sympa. mais laisse tomber, t'es pas un gars pour moi et j'suis pas une fille pour toi. c'est comme ça, pour son bien. parce que t'es un gars bien, qui mérite une fille bien. qui saura comment prendre soin d'toi. et houna, c'est pas cette fille là. ça le sera jamais.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Dim 28 Fév - 21:40

wild for the night (hounéo) Giphy

Je la regarde, tout simplement. Mes prunelles brunes dans les siennes sombres. Mes yeux ronds dans les siens plissés. Mon air heureux dans le sien, plus sauvage. Parce qu'avec moi, tout passe par le regard. Parce que je ne suis jamais plus expressif qu'avec mes yeux. Parce que je bafouille quand j'ouvre la bouche. Parce que mes joues rougissent vite. Parce que mon cœur palpite. Parce que je ne suis clairement en capacité de maitriser aucune de ses fonctions de mon organisme. Rien. Je ne suis plus moi même quand je suis en face de quelqu'un qui me plait, de quelqu'un qui m'attire, de quelqu'un qui est différent des autres pour moi. Je ne maitrise plus rien. Plus rien, à part mon regard. Mes yeux. Mon expressivité, mon ressenti, mes émotions, mes sentiments. Tout passe toujours par les yeux et je parviens généralement à me faire comprendre. C'est la même chose quand je chante, quand je choppe la guitare et pousse ma voix dessus. Les yeux rajoutent du ressenti, de l'émotion. C'pas moi, c'ma mère qui l'dit. Et une mère ça a toujours raison, non ? C'est super objectif, une mère, non ? Enfin bon, assez parlé de ma ma mère, vous avez compris l'idée. Tout passe par les yeux. Par les miens mais aussi par les siens. Parce qu'elle me fixe, me regarde, caresse mon visage du bout de ses doigts, me frôle, fait le contour des moindres courbes de mon visage. C'est doux. Juste doux. Tendre. Attentionné. Elle a beau ne pas accepter, ne pas assumer cette partie d'elle, elle est bien présente. Tu l'aimes pas cette fille, Houna.  Tu l'aimes pas cette partie de toi. Et pourtant, elle est là. Je sais , je vois, je sens que tu supportes pas de t'sentir humaine et pourtant là, maintenant, nue contre moi, t'es obligée de t'rendre à l'évidence. T'es juste bien dans mes bras. Bien avec moi. Sereine, calme, avec un rythme cardiaque normal, un sourire sur les lèvres après le sexe, et des yeux pétillants. Est-ce que tu t'es souvent senti aussi bien après, Houna ? Est-ce que tu as souvent ressenti ça ? Sois sincère. Sois honnête. Honnête avec toi même, au moins.

Mais non. Non. C'était trop beau, trop idéaliste, trop naïf, trop rêveur. Ca n'était pas possible que ça se passe comme dans mes rêves. Le coup de foudre, la fougue, la passion, le désir, la douceur, la complicité. Je ne pouvais pas avoir tout d'un coup, comme ça, c'était bien trop beau. Bien trop inimaginable. Bien trop bizarre. Bien trop romantique. Idiot Jenkins, idiot. Mais j'y ai cru. J'ai espéré. Jusqu'au moment où mon pull a touché sa peau, j'ai espéré. Et puis j'ai vu ses sourcils se froncer, ses pupilles se contracter, son regard me fuir. Elle a changé. A ce moment précis, elle a changé. A ce moment précis, elle a envoyé valser dans le sens propre mon pull et dans le sens figuré mes espoirs. Mes espoirs et ma capacité à parler. Parce que j'en suis tout simplement incapable. Parce que je ne sais pas quoi lui répondre. Parce que je ne veux pas lui répondre. Parce que je sens une boule se former dans ma gorge, une boule de nerfs qui noue mon estomac, une boule qui m'empêche de bouger, de respirer correctement, de parler. Parce que j'suis qu'un idiot, qu'un rêveur, mais j'y ai cru. Pourquoi ça serait pas l'gentil qui gagne pour une fois ? Pourquoi ça ne serait pas possible ? Pourquoi elle ne serait pas bien pour moi, elle et ses défauts, elle et ses parts d'ombre, elle et ses démons, elle, tout simplement ? Pourquoi ça ne serait pas faisable ? Pourquoi ne me laisse-t-elle pas vivre mon rêve encore un peu ? Parce que c'est tout simplement son rêve à elle qu'elle s'autorise pas. Être heureuse, se sentir protégée, se sentir entourée, ne plus être seule. Elle ne se l'autorise pas. Elle se punit. Pourquoi ? Je n'en ai pas la moindre idée. Mais je ne suis pas pour elle, elle n'est pas pour moi. Je mérite mieux elle mérite mieux. Ce ne sont que des excuses parce qu'elle ne trouve pas de meilleures raisons pour fuir cette voiture. Il n'y a pas de meilleures raisons houna, il n'y a pas de raison valable. Tu te les inventes ses raisons, tu m'fuis pour fuir l'attachement. J'suis un garçon doux, qui aime et qui prendra soin d'toi. Et ça, tu le supportes pas. Tu conçois même pas l'idée, alors tu fuis. Et pour l'instant, moi, tout c'que j'arrive à faire, c'est te fixer. te regarder dans les yeux, te regarder de haut en bas comme si j'te voyais pour la dernière fois. Je serre les poings sur la banquette, j'avale difficilement la salive, mes yeux brillants tentent de ne rester que brillants. Pétillants, étincelants. Pas tristes. Ne montre pas que t'es triste, Timéo.  " T'as pas trouvé mieux comme excuse pourrie pour t'en aller ? Tu sors la même à tous les mecs que tu drogues et avec qui tu couches dans une voiture ? Tu fais ça à chaque fois ? Hein ? Dis le moi, que j'sache... " Je veux savoir. Je veux savoir si j'suis le premier, si j'serai le dernier ou si y'en a eu un hier comme moi et qu'il y en aura un autre demain, qui s'fera avoir, qui s'fera droguer, qui s'fera frapper par la foudre puis jeter par la louve. Je veux savoir. Mais elle ne réagit pas vraiment. Pas de suite. Elle semble bloquer, refuser, nier. Un léger coup, ou plutôt effleurement du bout des doigts dans son dos en lançant quelques mots : " Hé... J'veux savoir. Dis moi et pars après, si tu veux. Mais dis moi. " Sois honnête, bordel. T'arrives pas à l'être avec moi mais sois le au moins avec toi. Aller Houna, je t'écoute. Je veux savoir. Affronte mon regard, ose moi l'dire. Ose dire au bisounours que tu t'es foutu de sa gueule, qu'il n'était qu'un challenge de plus, qu'une case en plus à cocher dans ton tableau d'chasse. Vas-y , dis le, j'veux l'entendre pour pouvoir aller bouffer tranquillement d'la glace au chocolat tout seul plus tard. Dis le moi ! Même si j'espère encore et toujours, au fond, que tu vas me dire tout le contraire...

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
wild for the night (hounéo) 1454767178-sholars
Houna Miller
Houna Miller
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 181
Age : 24
Célébrité : ratajkowski.
Pseudo internet : arctic.
Arrivé le : 11/01/2016
(#) Mer 2 Mar - 18:20

wild for the night.
TIMÉO&HOUNA
terminé. tout ça. eux. cet instant, cette passion. tout avait prit fin, ici. dans sa voiture, entre ses bras. contre son corps, à voler la chaleur de sa peau. à partager les feulements dans sa voix. mais maintenant, tout était terminé. elle n'avait plus d'raisons de rester ici. plus rien. mais pourtant, il restait sur sa langue, ce goût d'inachevé. comme si tout ceci, comme si eux, ce n'était pas finit. comme s'il restait une page blanche à compléter. un morceau d'histoire à noircir de l'encre de leurs soupirs, à rougir du sang de leur désir. elle est frustrée, la brune. elle n'est plus en terrain connu, quand elle voit cette lueur dans ses yeux. lueur qu'elle cherche à fuir, qu'elle rejette. plus que tout, comme un fléau. elle n'a jamais osé s'y confronter, à cette lueur. jamais, non que la fuite. mais elle sait, que ce genre de choses, ça soigne. ça guérit. ça pourrait la rendre comme avant, ça pourrait faire d'elle une fille bien. mais est-ce qu'elle veut vraiment être une fille bien. est-ce que c'est ce qu'elle veut devenir. mais lui, elle le comprend pas. dans l'fond, elle ne se comprend pas non plus. c'est juste que lui, il est doux. il devrait pas l'être, pas s'attacher à elle. ça va l'abimer, en dedans. ça va fissurer ses os, lui faire tellement de bien, peut-être, qu'il va en crever. alors il devrait pas chercher, à être comme ça. doux. gentil. il devrait pas perdre sa main dans ses cheveux, il va y perdre son corps, son cœur, son âme. poser son pull sur son corps, comme si c'était un trésor. quelque chose de rare. à protéger. houna, elle peut plus être protégée. peut-être bien parce qu'elle passe son temps à s'autodétruire. ouais, probablement. bombe à retardement. elle va lui exploser entre les doigts. alors elle doit détruire ses espoirs, ses rêves avant qu'il ne se fasse mal dessus. mais, peut-être bien, que houna elle n'en a pas vraiment envie. peut-être qu'elle aimerait essayer, juste pour voir, comment ça fait. vivre autre chose, avec quelqu'un. mettre un nom dans sa vie, dans son cœur. de ses doigts sur sa peau, qui caressent, elle aimerait ne pas le quitter, finalement. rester proche de lui, encore. juste un peu. faire durer la magie, la drogue. surtout. faire durer, avant qu'elle ne puisse plus tenir debout. avant que son instinct de survie lui rappelle, qu'elle est pas faite comme ça. pas faite pour ça, surtout. ouais. ça lui fait mal d'partir, de s'éloigner. mais dans l'fond, elle veut s'persuader que ça serait pire de rester. peut-être pas, après tout. peut-être que c'est la solution, peut-être que ça pourrait tout soigner. tout guérir. mais peut-être que c'est ça qui lui fait peur, justement. aller bien. être bien. protégée, aimée. mais elle peut pas laisser ça arriver, elle a trop peur. c'est juste son putain d'instinct de survie. elle le repousse, lui, sa douceur. elle le fuit, lui, son regard doux. elle veut pas d'ça. il devrait le savoir, eux, c'est toxique. c'est poison. ça va causer la douleur, la peine. il veut pas d'ça. elle le sait, parce qu'elle va le mordre. faire couler son sang et laisser des cicatrices. il en veut pas, de cette vie. alors elle lui dit, qu'eux, c'est pas possible. pas viable. trop douloureux. elle préfère lui faire mal comme ça, en partant. alors elle se rhabille, la louve. remet ses fringues. elle veut sortir, elle en a besoin. comme si l'air était poison. comme si lui, allait la briser. d'un souffle. d'un mot doux, de plus. d'un regard attendit, de plus. elle est pas si forte que ça, houna. elle est faible, abimée. et elle refuse de l'être plus. alors elle sort les crocs. avec ses mots qui lui font peut-être mal. avec ces mots qui le font peut-être souffrir. elle voit se tendre, elle le voit. elle serre les mâchoires, ouais c'est la vie.
ouais ça fait mal. c'est comme ça. c'est mieux pour tout, l'monde, elle se répète, comme un mantra. puis il parle. il veut savoir. si il est l'seul. si c'est le seul à tomber dans ses filets, si il est le seul à qui elle sort ce genre d'excuses. s'il est différent, s'il est rien qu'un de plus. une nouvelle croix, une nouvelle cicatrice. ces yeux brillent. elle voudrait hurler. le frapper. s'excuser. pleurer. pleurer d's'excuser. s'excuser de pleurer. elle veut pas lui faire du mal, elle veut juste le protéger. elle veut pas tout ça. elle n'a pas demandé tout ça. mais il lui demande, mais il veut savoir. houna, elle dit rien. les lèvres scellées. elle refuse, elle se braque. elle préfère reculer plutôt qu'avancer. reculer, toujours. éviter la douleur, plutôt que de l'affronter. elle se braque, totalement. dos au mur. électrochoc, dans l'bas de son dos. ses doigts qui frôle sa peau. elle s'écarte, violemment. sauvagement. loin de lui, si peu. elle fuit, ses doigts. son regard doux. elle fuit sa chaleur, sa douceur. sauvage, farouche. intouchable. la fille qu'on peut pas apprivoiser. qu'on peut pas enfermer. il veut juste savoir, la vérité. juste cette putain de vérité. elle sent, dans sa gorge, la douleur. la boule. dans ses veines, magma en fusion. elle sait pas quoi dire. elle doit pas s'excuser, être douce. elle doit pas faire ça.
non, j'sors pas ça à tous les mecs, timéo. parce que presque tous les mecs avec qui je couchent savent qui je suis et ne veulent pas me revoir. aucun n'est "accro", ou quelque chose comme ça.
voix sifflante. mots qui fendent l'air. qui brûlent. qui cognent. voilà. eux, ils savent. les gars qu'elle fréquente. des gars de la rue, pas des gars bien. il la voit, eux, la noirceur. la violence. ils savent, qu'elle fait mal. qu'elle détruit, qu'elle brûle. elle, pour eux, c'est rien qu'une fille. dont ils pourraient profiter, encore. un corps à disposition, un corps dont il pourrait abuser. juste ça. et ils savent, alors il ne veulent pas d'une fille comme elle. il est le seul, il devrait pas. t'es le seul qui s'accroche. et t'as tort. elle relève ses yeux vers les siens. il est touché, il doit lui en vouloir. la détester. et elle, elle voudrait être plus violente. plus méchante. mais elle en est incapable. son regard, il est presque doux, quand il se pose dans le sien. un regard, presque désolé. presque brisé. ouais, elle veut pas partir, finalement. étrangement. elle voudrait coller son corps au sien. sentir ses bras autour de sa peau fraîche. poser la tête contre son torse, se perdre dans ses battements d'cœur. elle devrait pas, avoir envie d'ça. c'est mal. ça va la briser. elle doit pas. mais c'est plus fort qu'elle. la gorge nouée, ses yeux brillants. son regard qu'elle fuit. elle devrait partir, sortir. mais elle peut pas, corps figée. son dos qui se pose contre la banquette. putain, mais qu'est ce que tu fais là, houna. après tout ça, il voudra pas d'toi. parce qu'il va se rendre compte de qui t'es, et comme les autres, il va fuir. il aura raison, alors tu devrais pas rester là. tu devrais pas souffrir, de c'que tu viens de dire. tu devrais pas avoir envie de plus, de douceur. tu devrais pas. mais c'est plus fort que toi, hein. t'as toujours été trop faible, de toute façon. j'suis désolée... et sa voix se brise. son cœur aussi. en morceau, dans sa poitrine. voix qui tremble, presque autant que ses prunelles sombres. cœur qui sombre.
electric bird.

_________________
505.
and when she needs a shelter from reality she takes a dip in my daydreams.
http://www.theothersiderpg.org/t929-empty-gold-houna http://www.theothersiderpg.org/t1216-good-girl-gone-bad-houna#24000 http://www.theothersiderpg.org/t1039-houna-miller-609-589-6642#20318
wild for the night (hounéo) 1454767175-membre-cottage
Timéo C. Jenkins
Timéo C. Jenkins
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 534
Age : 24
Célébrité : Bradley Simpson
Pseudo internet : Luckylau
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
DIARY BY AN IDEALISTIC DREAMER

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ok5lwQ1qz4rgp

optimiste - affectueux - souriant - taquin - joueur - drôle - tactile - possessif - susceptible - têtu - naïf - jaloux - malicieux - fêtard - passionné
#bisounours

wild for the night (hounéo) Giphy
eastonboys

MAEL ↣ parce qu'avec lui, je me sens invincible. #timael
THEODOR ↣ parce qu'à lui, je ne peux résister.
AZUR ↣ parce que lui, il me ressemble.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9kh5JVr1qz4rgp
friendship never ends

CHARLOTTE ↣ ma blonde, ma meilleure amie, celle que je connais depuis presque toujours.
NAELA ↣ l'amitié indestructible dont je ne peux me passer.
NATHAN↣ mon schtroumpf, mon protégé, mon complice, je t'adore p'tite bouille.
ISAAC ↣ tu m'as guidé au début, tu me protèges encore mais si tu pouvais lâcher un peu du mou ça m'arrangerait.
LORENZO ↣ un ami pour le moment, quelqu'un que j'apprécie, mais est-ce que cela va durer ?
ANWAR ↣ comme un grand frère, un protecteur, avec une belle attirance en plus...
ELLA ↣ la musique nous a rapproché, le feeling nous a gardé proche.


wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9l1dHaV1qz4rgp
never forget your family

MILA ↣ ma grande soeur, mon exemple, ma moitié, la femme de ma vie, tout simplement.
MEADOW ↣ une cousine venue de l'ouest, une cousine qui compte maintenant.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9ifNzhD1qz4rgp
hatred is a proof of jealousy

JILL ↣ je t'aime bien mais c'est dommage, tu n'as pas compris qu'il est à moi.
NATHANIEL ↣ parce qu'on ne peut pas toujours aimer ses voisins, encore moins quand ils font du mal à nos amis.

wild for the night (hounéo) Tumblr_inline_mnq9f4hZ4k1qz4rgp
all i want for christmas is you

GEMMA ↣ un amour à sens unique, une amitié dépassée, une friendzone complète.
FLORE ↣ parce que flore elle est jolie, parce que flore elle sourit, parce que flore elle me plait et que je lui plais aussi.
(#) Lun 14 Mar - 21:29

J
wild for the night (hounéo) Giphy

Je ne comprends plus rien. Je n'ai jamais compris grand chose dans ce domaine en même temps. Je n'ai jamais été un pro, un séducteur, un homme à femmes en même temps. Mais là, Houna vient bel et bien de me prouver que dans le domaine des femmes, je n'y comprendrai jamais rien. Elle semblait bien, elle semblait épanouie. J'étais là, pour elle, juste pour elle, avec comme simple souhait de prendre soin d'elle. Et elle fuit. Simplement. Elle fuit. Elle ne veut pas cette attention, elle ne veut pas cette douceur que je peux et veux lui apporter. Elle préfère visiblement les hommes qui la prennent pour une nuit, l'attirent sous les draps, ou sur la banquette arrière d'une bagnole, font ce qu'ils ont à faire avec son corps et se tirent. Quelle fille peut vraiment préférer un mec comme ça ? Suis-je juste tombé sur celle qui marche bizarrement ou sont-elles au fond toutes comme ça ? Est-ce une nouvelle mode pou la gente féminine de s'faire un tableau de chasse digne d'un Don Juan à fortes poitrines ? Je n'y comprends plus rien. Vraiment rien. Et mon regard désabusé lancé dans le sien doit lui faire passer le message. Je ne te comprends pas, Houna. J'étais heureux, je me sentais vivante, je te sentais vivante et heureuse dans mes bras et il a fallu que tu gâches le moment. Personne n'est accroc à toi ? Les gens te connaissent et fuient parce qu'ils te connaissent ? Tu te chercherais pas à te trouver des excuses, par hasard ? Ne serais-tu pas en train de toi aussi t'attacher à moi ? Non, arrête, Little Boy, tu t'fais du mal tout seul. C'est juste une louve, une louve qui a besoin de sa liberté. Une louve qui n'supportera aucune cage, même si les barreaux sont tes bras de gringalet. Elle veut pas. Elle peut pas. Ca semble plus fort qu'elle. Je découvre, je vois une Houna comme je ne la connaissais pas. Ou plutôt, je retrouve la Houna que je détestais, la Houna qui me prenait de haut, la Houna qui me toisait dans les couloirs de la fac. Je l'avais perdu en début de soirée, j'en avais découvert une autre. Et puis finalement, un simple coup de douceur a suffi à faire revenir le naturel au galot. J'aurai du me taire. J'aurai du ne rien dire, garder mes états d'âme et mes pupilles en cœur pour moi. Ne jamais partager tes émotions, Jenkins. Jamais.

Mais je ne peux pas m'y résoudre. Tout simplement pas. Parce qu'au fond, je n'ai plus rien à perdre. Parce que de toute façon, si je laisse les choses se passer comme ça, je vais la perdre. Parce que le silence fait sa loi dans cette voiture jusqu'au moment où elle lâche enfin qu'elle est désolée. Parce que je ne peux rien perdre de plus en ouvrant la bouche. Sors tes tripes mon garçon, dis ce que tu as à dire, fais ce que tu as à faire, démolis ta réputation, construis toi en une autre, passe pour un con ou un bisounours. Mais sois toi même. Bordel, sois toi même. Alors c'est le cœur lourd, les yeux dans les siens, ses paroles résonnant dans ma tête, que je finis par lâcher quelques mots. Les premiers mots.   " C'est pas que j'ai tort ou que j'suis idiot de m'accrocher à toi, c'est juste que tu flippes Houna. Tu flippes parce que j'te considère pas comme un jouet alors que tous les mecs le font d'habitude. " C'est dit. C'est ce que je pense. Moi, tout bisounours que je suis, tout inexpérimenté que je suis, je n'ai pas peur de l'inconnu, je n'ai pas peur du nouveau, du changement, je n'ai pas peur de me prendre un mur, de m'casser la gueule avec elle. J'ai envie de foncer et je fonce. Mais elle, elle flippe de changer ses habitudes. Clairement. Alors mon regard sombre, mes prunelles noisettes, reste planté dans le sien alors que de nouveaux mots franchissent la barrière de mes lippes : " Tu crois pas ? Parce que sinon t'as aucune raison de m'virer comme ça. J'veux être là pour toi et ça t'fait juste peur parce que ça arrive jamais. T'as une autre bonne raison de m'fuir ? " Naïf. Innocent. Enfantin. Idéaliste. Ouais, j'suis un gamin. Ouais, j'suis fleur bleue et j'crois aux belles histoires. Mais après tout, mis à part une phrase à la con du style " ça ne marche jamais ", est-ce qu'elle a une vraie bonne raison de fuir cette voiture ? De fuir ce petit bout d'histoire que j'veux lui raconter ? Je ne connais pas les filles comme Houna. Je ne connais même pas vraiment les filles, si je suis totalement honnête. Je ne sais pas ce que je dois lui dire pour la faire rester, dois lui dire pour lui faire réaliser les bonnes choses. Je ne sais pas, alors je marche à l'instinct, mon maigre instinct, mes maigres envies, et j'espère, au plus profond de moi, que ça passe. Les yeux plus doux, le regard sincère, c'est sur un ton plus calme, ma main posée sur la banquette, proche d'elle, sans la toucher, que je rajoute quelques mots : " Ca t'a pas plu de t'sentir différente pour une fois ? Tu préfères vraiment quand les mecs t'prennent juste pour coucher ? " Et ce sont de vraies questions. De vraies questions que j'me pose. Pour essayer de comprendre. De comprendre le monde, les gens, la génération. Mais surtout pour la comprendre, elle. Houna. La fille qui m'obnubile et qui va surement m'obnubiler encore longtemps.

_________________
Keep smiling.
Yeah you know where to go when you're looking for love. And you know, you know where I'm hiding. Yeah you know, yeah you know... That when the stars go out you can rest your love on me.  by temporary fix.
http://www.theothersiderpg.org/t302-timeo-when-the-world-gets-l http://www.theothersiderpg.org/t354-timeo-i-feel-my-heart-beating-underneath-my-skin http://www.theothersiderpg.org/t359-timeo-jenkins-609-131-1811#3232
Contenu sponsorisé
(#)

 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

 :: Manhattan :: Uptown