BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez

 is it too late to say i'm sorry now?

is it too late to say i'm sorry now? 1454767175-membre-cottage
Jorden E. Montgomery
Jorden E. Montgomery
"Kill 'em with kindness" - Cottage Club
Messages : 751
Age : 26
Célébrité : zefron.
Pseudo internet : fluorescent, (luciepussy).
Arrivé le : 27/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi : <embed pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" src="http://www.sheepproductions.com/billy/billy.swf?autoplay=false&f0=http://eleonore.7.free.fr/The%20Chainsmokers%20-%20Closer%20Ft%20Halsey.mp3&t0=Closer&total=1" width="160" height="10" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" quality="high" scale="exactfit" title="Adobe Flash Player">
(#) Dim 6 Mar - 16:36



is it too late to say i'm sorry now?
Peut être que.. Des roses ? Non, trop simples. Forcément. Cette fille est rousse, rien que dans ses gênes elle veut être différente de tout le monde, se donner un style de rebelle aux reflets de feu à côté des simples blondes. Pourquoi de simples roses pourraient lui plaire hein ? Tu tournes en rond, dans l’appartement, depuis ce matin. Des rondes, des ovales. Ton orteil s’est cogné plus d’une fois dans l’angle de la table de salon. Il a aussi tâté du côté du canapé. Tu ne comprends rien aux femmes. Absolument rien, depuis toujours, c’est vrai quoi. Faut dire que ce sont des créatures aux tentacules capillaires qui fonctionnent différemment de vous, les mecs. Il faut savoir leur plaire, sans savoir comment. Il faut savoir dire qu’elles sont géniales, alors qu’vous aimerez qu’elles soient un peu moins chiantes parfois, et puis qu’elles acceptent de vous servir la bière sur le canapé pendant un match aussi ! Pourquoi elles ne sont pas simples. Tu ne sais pas. T’étudies les animaux, pas la race de l’espèce humaine dotée d’un vagin. Ouais, tu serais quoi offrir à une chienne labrador pour t’excuser de l’avoir poussé dans le décor et d’avoir accessoirement, gâchée son projet de fin d’année. Mais pas à Lehna ! Quoiqu’elle pourrait être un petit spitz nain, couleur feu. Tout mignon qui sait exactement comment faire tourner les gens en bourrikos. Roh merde. Un truc original, que tu n’as pas offert dans les quelques mois précédents. Que tu n’as pas déjà essayé de lui dire pour de faire pardonner. Tu dévales les escaliers de l’immeuble, trop fier de toi, de ton coup. De ton idée. T’as mis un moment à la trouver. Tu tiens la bonne, cette fois, c’est sur ! Tu cours presque dans les rues new-yorkaises. Jusqu’à chez elle. L’entre de la bête de feeeu. Sa fenêtre, fermée. Un regard autour de toi. Les petits gravillons sur le sol, assez petit pour cogner contre sa fenêtre. Aller. Ouvre. Allez.. Prions pour qu’elle soit chez elle d’ailleurs. Ce serait. Le vent. La fin de ton idée. Triste. Tu continues de jeter les petits bouts de pierres sur sa fenêtre. Imagines c‘est celle de la voisine ? Une vieille aigrie qui va appeler les flics et te remballer très vite loin de ton super plan. Ton bouquet dans le dos. Des carottes, des brocolis. Un poireau, une banane, ligotés entre eux maladroitement avec un vulgaire lacet à chaussure.. Tu crains Jorden. Elle se penche à sa fenêtre. Tu ouvres grand les yeux, un sourire de véritable gamin. ELLE A OUUUUUUVEEERT. Okay, respire. Un deux, trois. Respire. À genoux, littéralement. Tes deux genoux collés sur le sol, jugés par les gens qui passent à côté de toi. Ton regard bleuté concentré sur la carotte qui pendouille ses cheveux longs un peu plus haut. Tu t’éclaircies la voix en brandissant le . C’bouquet de fortune devant toi. Des carottes pour.. Margott. Des brocolis pour.. Melody. Des fraises.. tagada pour Lehna ! La comptine de maternelle. Celle que t’as oubliée, depuis les années. On ne peut pas t’en vouloir, c’est plus simple d’apprendre l’anatomie entière de tous les animaux domestiques plutôt que de se souvenir de quelques paroles d’une chanson d’enfants. Tu te sens terriblement gamin, la tout de suite. Le contraste des paroles avec cette vois si masculine que tu ressors dans la rue.. Weird.


_________________

Je t’encule Thérèse, je te prends, je te retourne contre le mur, je te baise par tous les trous, je te défonce, je te mets Thérèse.
http://www.theothersiderpg.org/t498p15-le-loto-sert-essentielle http://www.theothersiderpg.org/t551-grab-clit-before-brad-pitt-jorden#8061 http://www.theothersiderpg.org/t550-jorden-s-stories#8057 http://www.theothersiderpg.org/t548-jorden-e-montgomery-609-443-6221#8050 http://www.theothersiderpg.org/t916-jorden-e-montgomery-instagood#17269
is it too late to say i'm sorry now? 1454767178-sholars
Lehna G. Peterson
Lehna G. Peterson
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 93
Age : 27
Célébrité : Holland Rouquine Roden
Pseudo internet : halcyon.
Arrivé le : 01/03/2016
Ce qu'il faut savoir sur moi : UC.
(#) Jeu 10 Mar - 22:15


is it too late to say i'm sorry now?
Jorda


Ta vie, c’est loin d’être un film. Enfin, si ça en serait un, il serait tout aussi intéressant qu’un documentaire sur la reproduction des paresseux. Quoi que même là… Ça doit être tout de même captivant à regarder et à se demander si, un jour, ils seront rapides ! Des heures de suspense ! Alors que toi, ta petite vie tranquille, rien ne déroge à la routine. Bon, tu pourrais dire ton boulot, mais c’était devenue une chose si habituelle que tu le considérais comme un élément banal du quotidien. Ouais, à ce point. Donc, non, tu te dis que ta vie, c’est loin des grands drames hollywoodiens. Loin des scènes épiques aux répliques mordantes. C’est plutôt toi et ton chat Bleuette dans le confort de ton petit appartement, presque trop petit même pour vous deux. D’ailleurs, c’est chaotique là-dedans. Tu devrais peut-être ranger, t’occuper. Rendre fonctionnel les dix doigts que la génétique humaine t’a donné. Question de revoir le plancher, il te manque un peu. Ouais… Non, la flemme. Tu préfères largement mettre un Disney sur ton ordi et chanter les chansons que tu connais par coeur. Tu regardes La Petite Sirène. Seulement pour le sentiment d’appartenance capillaire. Tu as l’impression de la comprendre, la Ariel, vous venez clairement du même milieu. Vas-y, c’est à ce moment que tu te dis que la vie de sirène, ça doit être vachement génial ! Toi aussi tu veux des coquillages pour te cacher les boobies. Hein, déception ! Film déjà terminé. Ça a passé trop rapidement. Et juste à cause de cela et de ton côté cinéaste trop impliqué, tu as envie de patauger dans ton bain. Avec bien de la mousse. Tu regardes ton chat et tu as envie de le déguiser en polochon. Tu éclates de rire juste à le visualiser et tu passes devant lui pour te diriger vers ta salle de bain. C’est peut-être à ce moment-là, maintenant que tu ne chantes plus, que tu ne récites plus les répliques en même temps que le dessin animé, que tu entends un petit bruit répétitif, comme si on frappait légèrement sur une de tes fenêtres. Ça vient de ta chambre, tu en es presque certaine. Confirmé ! Mais… Qu’est-ce qu’il fout là, lui ? Et pourquoi il chante ? Il est sérieux ? Tu te retiens de ne pas éclater de rire. Tu disparais rapidement de ta fenêtre que tu venais d’ouvrir pour t’appuyer contre le mur juste à côté. Et tu souris largement. Aussi large que le permet ta bouche trop grande ! Tu ris silencieusement. Non, pas question que tu lui pardonnes aussi facilement. Il a failli te faire recaler, mais tu avoues, que pour le coup, il a bien joué ! C’est craquant as fuck. Tu réapparais face à lui, l’air sérieux. Tu sors tes talents d’actrice. « C’est tout ? Tout ce que tu as trouvé ? Tu me déçois Jorden, je croyais que tu étais plus imaginatif que ça ! C’pas tes légumes qui changeront mon opinion de toi. » En vrai, ses légumes t’avaient déjà conquisse, mais tu voulais voir jusqu’où cela pourrait aller. Si tu croyais que ta vie ne ressemblait pas à un film, elle vient de prendre les apparences d'une comédie absurde d’adolescent. Et tu aimes ça comme un plaisir coupable !

 :: Brooklyn