BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:

Partagez

 Juliet & Tony — When the past catches up

Juliet & Tony — When the past catches up 1454767171-bizut-ivy
Anthony Howard
Anthony Howard
"I'm over here doing what I like" - Bizut
Messages : 21
Age : 27
Célébrité : Adam Gallagher
Pseudo internet : Doudou
Arrivé le : 14/01/2016
(#) Lun 7 Mar - 1:28



   
When the past catches up

So far, so good. C’est l’expérience qui parle. J’avais fait un sans faute jusque-là et la ligne de but n’était plus très loin. J’allais marquer le dernier point, le point de la victoire. J’aime les rendez-vous galants. J’aime sortir, rire, faire plaisir à une femme, lui faire découvrir de nouveaux horizons, lui rappeler que les tous les hommes ne sont pas les animaux sans cervelle que la majorité s’efforce de devenir. Prendre soin de quelqu’un, c’est important. Et je savais m’y prendre. C’était sans surprise qu’elle m’avait invité à venir boire un dernier verre chez elle. Typique d’une scène de série télévisée, assise dans la voiture, elle avait tourné sa tête, le regard malicieux, et m’avait proposé d’un faux air innocent de venir de rafraîchir avant de repartir. J’avais esquissé un sourire, penché la tête et fait mine d’accepter comme si je ne voyais que la surface de son plan peu original. Elle habitait une petit immeuble légèrement excentré qui bordait les extérieurs du domaine de Princeton. Après avoir ingurgité un troisième shot de Tequila et quelques minutes de parade, je me retrouve dans sa chambre. Cette jolie silhouette ne portait plus que ses sous-vêtements et se tenait dans une position de mannequin sur son lit. Les jambes légèrement croisées, allongée sur le flanc, les fesses cambrées, elle me fait signe du doigt de m’approcher. Elle tire ma cravate et tout d’un coup je me retrouve sans chemise. Les choses s’emballent et je me retrouve dénudés, mon boxer étant ma dernière ligne de défense.

Un genou sur le lit, je m’approche d’elle quand j’entends un bruit sourd. Ce bruit bien particulier d’une porte qui claque. Une collocation ? D’autres gens habitaient ici ? Elle jure : « merde ! ».  Le regard interrogateur je me relève. Elle souffle, commence à se lever sans dire un mot de plus. Je l’interroge, elle sait ce qu’il se passe et je commence à comprendre. « C’est mon copain, je pense que tu devrais partir… ». Son copain ?! Elle avait dit ça sans la moindre alerte, sans le moindre scrupule, comme si tout était normal. Je commence à rassembler mes affaires dans la panique. Comment est-ce que je vais pouvoir m’en sortir sans le croiser. Attendre qu’il se rende aux toilettes ? Elle me fait un signe de tête en direction de la fenêtre. La scène tournait réellement au dramatique de télévision. Je vois la poignée s’enfoncer, il va entrer. Instinct de survie, j’attrape la lampe de chevet et la débranche brutalement pour la jeter en direction de l’ampoule au plafond. Elle laisse échapper un petit cri pendant que je me glisse par la fenêtre. J’ai le temps d’apercevoir un homme de deux mètres de haut s’exprimer d’une voix brutale, râler en direction de l’interrupteur qui ne marche pas. Il comprend vite le manège et lance des menaces par la fenêtre.

Tombé de quelques mètres de haut dans l’herbe, je cours vers ma voiture, mes vêtements dans les mains. Je panique quand je mets du temps à trouver mes clés dans la poche de ma veste mais arrive à me glisser à l’intérieur. Je vois le cocu sortir de l’immeuble, un objet contondant et métallique dans les mains. J’appuie à fond sur l’accélérateur alors qu’il entre aussi dans sa voiture. Je peux voir qu’il a une vieille BMW qui tient tout juste sur ses roues. Aucune chance face à moi, une Tesla flambant neuve, un vrai bijou. La voiture électrique ne faisant presque aucun bruit, je n’aurai aucun mal à la semer dans les rues. Et puis, la route, c’est mon terrain de jeu. J’adore conduire. Il n’a aucune chance.

Après deux trois tours dans les rues, je retourne vers les alentours du campus. Mon coeur commence tout juste à se remettre de ses émotions, l’adrénaline s’efface et je sens la douleur de ma chute dans mon dos. J’essaie de reprendre mes esprits et me concentrer sur la route. Les rues étaient très sombres ici, la voiture étant silencieuse, il arrivait par fois que les gens ne se rendent pas compte qu’elle… « OH PUTAIN. », je freine de toute mes forces en tournant le volant. La voiture s’arrête net devant l’ombre devant moi. La lumière de mes phares laisse apparaître une jeune femme. Les deux mains sur le capot, elle ne doit pas bien comprendre ce qu’il vient de se passer.

Je bondis en dehors du véhicule pour me porter à son secours. J’avais la sensation de ne pas l’avoir touchée mais je pouvais me tromper. Je m’approche d’elle, discernant à peine son visage, alors que je me rends compte d’un détail que j’avais oublié. Mes vêtements étaient encore à l’intérieur de la voiture et je ne portais qu’un boxer. La scène était particulièrement amusante.

« Euh… »

Je cherche mes mots, je cherche quelque chose pour passer inaperçu. Il ne faudra pas beaucoup de temps avant qu’elle s rende compte que j’étais presque nu. Elle lève la tête vers moi et mes yeux font un tour dans leur orbite. Impossible. Quelle genre de coïncidence ce pouvait être.

« Juliet ? »

@H. Juliet Keynes
Désolé de ouf pour le temps.


   
https://theothersidenew.forumactif.org/t958-tony-a-thief-but-a-ge
Juliet & Tony — When the past catches up 1455405168-president-gone
H. Juliet Keynes
H. Juliet Keynes
"Cause I'm a nightmare dressed like a daydream" - Présidente
Messages : 1354
Age : 27
Célébrité : Kristina Bazan
Pseudo internet : halcyon.
Arrivé le : 22/11/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi : Juliet & Tony — When the past catches up 726875KB5

Juliet est née à Philadelphie, le 14 février 1993. ∆ Elle a un jumeau, Leo Keynes. ∆ Elle a connu le divorce de ses parents à l’âge de six ans. Suite à cette séparation, elle a suivi sa mère à New York, alors que son frère est resté avec son père à Philadelphie. ∆ Elle ne les voit que quelques fois par année, étant au coeur d’une guerre sans merci entre ses parents et leur propre prestigieuse entreprise. ∆ Depuis son plus jeune âge, elle pratique le patinage artistique. Elle ne vivait que de ça, passant le plus clair de son temps à la patinoire. ∆ Elle est rapidement devenue une championne, accumulant les victoires dans les compétitions. ∆ Juliet est une forte tête, si elle a un objectif à atteindre, elle mettra tout en oeuvre pour l’accomplir, sans scrupule ni limite. ∆ Elle vit sa vie à tout allure. Elle ne peut pas rester en place, elle doit constamment être en action. ∆ Elle se lève tous les jours très tôt pour courir, sans ça, elle sera d’une humeur massacrante. ∆ Elle a toujours aimé faire la fête, être entourée de ses amis les plus proches, qui sont sa véritable famille. Seulement, aujourd'hui, ces fêtes sont teintées de débauche et d'excès. ∆ Elle ne fait pas facilement confiance aux autres. ∆ Alors qu’elle devait être de sortie, il y a deux ans, elle fut prise dans un incendie déclenché dans son appartement. Encore aujourd'hui, elle garde des marques bien visibles sur son corps. De fines cicatrices tracent ses cuisses et un de ses genoux a été gravement touché. Cela l'a empêché de marcher pendant des semaines. Elle n’a jamais été capable de retrouvé son niveau d’avant en patin. Elle a tout abandonné pour se préservé de cet échec et de ses rêves brisés. ∆ Ce n’est que plus tard qu’elle apprendra que c’est une histoire d’organisation qui se cache derrière l’accident. ∆ Elle ne sait pas non plus que son meilleur ami, Théodor J. Preston, est aussi impliqué là-dedans. ∆ Elle a appris le piano lors de sa convalescence. C’est ainsi qu’elle peut évacué les frustrations liées à sa condition. ∆ Elle habite en colocation avec Milo J. Williams et c’est à savoir encore lequel des deux survivra à l’autre. ∆ Elle a un chien. ∆ Elle a commencé ses études en marketing pour reprendre l’entreprise de sa mère. ∆ Elle fait partie du Gone Club. ∆ B2. ∆ Orgueilleuse. ∆ Ambitieuse. ∆ Rancunière. ∆ Audacieuse. ∆ Charmeuse. ∆ Impulsive. ∆ Sanguine. ∆ Tactile. ∆ Aime faire la fête. ∆ Jalouse. ∆ Ferait tout pour ses amis. ∆ Rêveuse. ∆ Etc.

« Caractère:
 


Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

MY FAV HUMANS


Juliet & Tony — When the past catches up Tumblr_mpombn2UBU1r0cefco3_r1_250

Théo Ton meilleur pote, ton inséparable, le premier qui sait quand il se passe un truc nouveau dans ta vie. Tu es toujours là pour lui, comme il est toujours là pour toi. C’est ton double, ta moitié, ton frère de coeur. Vous êtes deux gamins ensemble, des terreurs. Les petits cons que vous êtes ne connaissez aucune limite ensemble. Tu ne sais pas encore qu’il est la cause de l’incendie de votre ancien appartement. Et comment réagiras-tu quand tu sauras ?

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

NOT MY FAULT,
I'M A MANIAC


Juliet & Tony — When the past catches up 506774mimijuju

Milo Ton colocataire. Une colocation complètement sortie de nulle part. Vous êtes deux grands gamins qui rendent la cohabitation bordélique et qui ne peuvent pas s'empêcher de chercher l'autre pour l'embêter. Malgré tout, tu pourrais difficilement te passer de lui; de lui, de la vue de son corps le matin, de ses conneries, de son rire, de ses chemises, de son chat... Milo est partout que ça en ai abusif. Ça en ai obsessionnel !

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

FAMILY PORTRAIT


Juliet & Tony — When the past catches up Tumblr_nsiyjxuBFj1tkw5g9o4_r1_250

XX Ton jumeau. Vous êtes séparés depuis l’âge de 6 ans. Vous subissez le divorce de vos parents, vous entrainant dans cette guerre puérile. Vous êtes comme deux étrangers l’un pour l’autre. + Eleanor uc. + Jorden uc. + Isaac uc.

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

KRYPTONITE


Anthony uc. +

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

COUNT ON ME


Juliet & Tony — When the past catches up Posiliet_imagesia-com_14r9o

Flore uc. + Brax uc. + Tommy uc. + Sofia uc. + Gemma uc.

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

I’M NOT GONNA CRY


Lyanna uc. + Charlotte uc. + Anakin

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

WHAT IF


Azur Ton professeur de piano. Étrangement, il voit en toi, à travers vos cours, des choses que tu ne dirais jamais à haute voix. Il te confronte, il te comprend… Chaque séance est différente et tu ignores ce que réservent les prochaines. + Nate H. uc. + Gabriel uc. +

Juliet & Tony — When the past catches up Separateur

RPs

Mimi #1 + Mimi #2 + Théo + Nate + Tommy + Maël + Azur + Bal + Charlotte


« Groupes:
 


Juliet & Tony — When the past catches up Sans-t10
(#) Ven 11 Mar - 18:41

Tu étais persuadée qu’elle était là. Juste à côté de toi, il y a encore quelques minutes. Tu étais même en train de lui parler, tu crois. Ça fait combien de temps que tu parles seule, alors ? Non, parce que tu aurais pu le jurer... Qui cherches-tu ? Ta pote. Celle avec qui tu étais venue à cette fête étudiante. Sauf que… Bah, elle est disparue. Elle a peut-être des pouvoirs de téléportation dont elle ne t’a jamais fait mention. Faudrait que tu penses à le lui demander un jour. Ou si tu la retrouves. Nah, mais la maison étudiante n’est pas si grande que ça, elle ne doit pas être bien loin. Ah, bah la voilà. C’est la fille, là-bas, dans le coin. Celle qui se fait faire un lavement d’amygdales. C’est mignon. En fait, tu dirais plutôt que c’est le pire baiser que tu aies pu voir de ta vie, avec le mec le plus moche aussi. Tu prends non sans discrétion une photo que tu te feras un plaisir d’envoyer à ta copine demain matin. Enfin… Si tu t’en souviens. Si tu as encore ton portable demain, plutôt. C’est plus ton genre. Bon bah… Tu n’as plus rien à faire là. Ta pote est visiblement occupée et toi, tu n’as pas envie d’aucune personne présente, donc autant partir. Tu pourrais aussi tout simplement t’avouer dont la personne de qui tu as envie est déjà chez toi, mais ça, ça ne serait que les effets de l’alcool qui parlerait. C’est tout. Faut pas chercher plus loin. Tiens ! D’ailleurs, tu pourrais bien l’appeler le Milo pour qu’il vienne te chercher ! Plus simple que le taxi ou tout autre moyen de transport. Ouais, nah. Il était fatigué, il a encore des séquelles de l’agression qu’il a subi, tu ne vas pas abusé. C’est à toi de prendre soin de lui et non le contraire, pour une fois ! Ah que c’est mignon la colocation. Ironie ? Ouais, ironie !

Tu sors finalement de la maison, non sans avoir bousculé quelques personnes au passage. L’air frais te fais un bien fou. Tu commençais à trouver que le plancher de la demeure bougeait un peu trop pour toi. C’était comme marcher dans de la gélatine et tu ne savais pas trop si tu en ressortais un certain plaisir. Allez, autant marcher pour dégriser ! Tu appelleras un taxi un peu plus tard, quand tu pourras aligner un pied devant l’autre sans avoir peur de tomber. Nah, mais il ne faut pas chercher, ce sont les talons qui sont trop hauts, pas parce que tu as trop bu ! C’est beau de vivre dans le déni, Juliet ! Tu fais quelques pas incertains. Tu déambules dans les rues en chantonnant des chansons de Disney des films que tu as maté avec Théo la veille. Tu n’as pas trop la notion du monde extérieur à ce moment même et c’est peut-être pour ça que tu ne vois pas les deux lumières qui foncent droit sur toi. Et autant dire, ces deux lumières, c’est une voiture. Une voiture qui arrête au bon moment, alors à quelques centimètres de toi. Tu ne bronches pas. Tu n’as pas trop compris ce qu’il vient de se passer. Tu as seulement tes deux mains sur le capot. C’est toi qui a arrêté la voiture, en fait, c’est ça ? Genre, tu es comme Edward dans Twilight ? Mais la force que tu as meuf, appelez-moi Wonderwoman ! Je suis une survivante ! « Mais mec, tu n’as pas vu que j’étais là ? Ça aurait pu être quelqu’un qui n’a pas mes pouvoirs hein ! Un enfant ! On est dans une zone scolaire ! » Si on oublie qu’il est tard dans la nuit, ça aurait pu être une bonne réplique. Et c’est peut-être seulement à ce moment que tu entends ton prénom. Comment il te connait ? Tu ouvres et fermes les yeux rapidement seulement pour voir un peu plus clair. Tu fais quelques pas pour t’approcher de la personne et constater enfin qui c’est. Oh. Oh ! Là, tu comprends. Tu fais des liens dans ta tête. Tu figes. En fait, non. Tu es encore plus perdue. C’est l’alcool qui te joue des tours ? Comment ça il est là ? Il n’est plus voisin de Kate et William ? Et pourquoi il est en sous-vêtements ? Non, non ! Ne regarde pas son corps qui n’a pas du tout changé depuis les années, même tu crois qu’il est encore mieux foutu qu’avant. Aïe. Tu approches de lui avec plus d’assurance. Tu mets tes mains dans son visage, pour le toucher, seulement pour être certaine que tu n’imagines pas. « Antho’. » Surnom que toi seule lui donnait, parce que tu trouvais que Tony faisait livreur de pizza. « N’aies pas peur, mais je crois que tu as perdu tes vêtements. » Bravo captain obvious. Tu n’aurais pas dû tant boire. Tu ne devrais pas être dans cet été pour le retrouver. Tu as des souvenirs du passé qui s’embrouillent avec le présent dans ta tête. Non, ça n’aurait pas dû se passer comme ça, mais tu n’y peux rien. Tu n’y peux rien même si en ce moment tu as juste envie de t’enfuir. « Tu m’as suivi ? » Bravo, Juliet. Là, tu joues fort.

_________________
Baby, I'm a house on fire
So take me to the heavens now, As we burn down, as we are found. Take me to the heavens now, my heart screams out. I need you, babe I want to drink you in like oxygen. Baby, I'm a house on fire and I want to keep burning. -byendlesslove
http://www.theothersiderpg.org/t120-i-m-alive-i-m-still-breathi http://www.theothersiderpg.org/t153-catch-me-if-you-can-juliet
Juliet & Tony — When the past catches up 1454767171-bizut-ivy
Anthony Howard
Anthony Howard
"I'm over here doing what I like" - Bizut
Messages : 21
Age : 27
Célébrité : Adam Gallagher
Pseudo internet : Doudou
Arrivé le : 14/01/2016
(#) Mar 22 Mar - 7:39



   
When the past catches up

« Mais mec, tu n’as pas vu que j’étais là ? Ça aurait pu être quelqu’un qui n’a pas mes pouvoirs hein ! »

De quoi ? Qu’est-ce qu’elle raconte ? Est-ce qu’elle s’imagine avoir arrêté la voiture ? Okay donc soit elle est pas du tout dans un état normal, autrement dit pas du tout sobre, soit elle est tout simplement folle et croit vraiment vivre dans une autre monde. Mais, cette voix.  Cette voix. L’obscurité rend très difficile d’associer un visage à cette voix. La seule lumière est celle des phares qui permet de discerner une silhouette féminine et fine, des cheveux longs lisses et brillants, un brin de lumière réfléchi dans ses yeux. Elle est athlétique, séduisante sans même apercevoir les détails de son corps, son visage clair rayonne et ses lèvres s’articulent avec grâce et sa voix… Je connais cette voix. Elle lève la tête et je sais. Cette voix a du sens maintenant, cette voix correspond à ce visage, à ce corps. Juliet. Alors que je reconnais son nom, je le laisse s’échapper d’entre mes lèvres. Comme une interrogation rhétorique, je connais la réponse. Elle s’approche de moi, elle pose ses mains sur mon visage. Une décharge électrique se déclenche, un pincement à l’arrière de mon crâne comme si on tirait ma peau, je sens cette fulgurance traverser mon dos et chatouiller mes bras. Peut-être qu’elle a raison, peut-être qu’elle a des super pouvoirs.

« Antho. »

Ce surnom qui raisonne. Si son toucher n’était pas assez, voilà que sa voix laisse un écho rebondir dans ma tête. Un seul mot qui voyage avec un sur-poids de bagages de souvenirs. Souvenirs que je ne lui ai certainement pas demandé d’apporter. Quelle foutue coïncidence qu’elle se retrouve en plein milieu de mon chemin, qu’elle se retrouve devant ma voiture, que je sois à quelques centimètres de lui rouler dessus.

« N’aies pas peur, mais je crois que tu as perdu tes vêtements. »

« J’…  C’est… On m’euh…  »

Quelles retrouvailles. Mes premiers mots, je passe pour un idiot incapable d’aligner quelques phrases. J’aimerais justifier ma tenue légère mais personne ne croirait l’histoire et la raconter dans cette situation ne ferait qu’empirer la chose. J’ai la sensation que même si je pouvais fournir une quelconque explication, je ne le ferais pas. C’est étrange. Ce sentiment de honte qui m’envahit. Tel un poison je le sens traverser mes veines, taper mon coeur de petits pincements, nouer mon estomac, mes yeux regardent dans le vide. Impossible. Après tout ce temps, sans l’avoir vu pendant ce qui me semble être des années. Quel est ce pouvoir qu’elle manipule, cette aura qu’elle dégage qui me donne instantanément l’envie de mettre mes mains devant mon corps, cacher ma nudité qui trahit mon besoin de dissimuler la vérité. J’étais avec une autre fille et je ne veux pas qu’elle le sache. Ça n’a aucun sens. Pendant longtemps il y eu cette relation entre nous, ce feu qui ne s’éteignait pas, ce besoin, et pendant tout ce temps je n’ai jamais caché qu’elle n’était qu’une ombre, qu’un secret, une amante. Elle le savait. Et maintenant, pour une stupidité qui n’aura même pas eu  lieu, je ne me sens pas à ma place. J’ai fauté.

« Tu m’as suivi ? »

« Hein ?! »

Ma tête recule de quelques centimètres alors que je reviens à la réalité. Je fais cette grimace d’incompréhension comme si on venait de me raconter une belle histoire farfelue. Ma main se tourne, paume vers le ciel, pour appuyer que je ne m’attendais pas à entendre une telle question.

« Ma pas du tout. Je savais même pas que... »

Je souris. Peut-être que l’alcool est allé pincer l’arrière de mon cerveau. Ce sourire malicieux, c’est celui d’un joueur. Celui de quelqu’un qui vient de retrouver son partenaire de jeu. Celui de quelqu’un qui a envie de rattraper le ces millénaires de séparation.

« Ahaaaa… Pas mal ! Peut-être bien que tu as des superpouvoirs, t’es forte ! Tu m’as repéré d’un coup. You got me! Je voulais te sauver la mise d’un groupe de mec qui te voulait du mal, leur faire peur, jouer les héros, t’embarquer et te ramener chez toi, te glisser dans ton lit, veiller sur toi la nuit, t’écouter crier alors que tu pensais que j’en avais profité pour me rincer l’oeil ou plus… »

Une histoire drôlement familière.

« Mais bon, je savais pas à qui j’avais à faire ! J’ai improvisé et je me suis dit que finalement quelle meilleure entrée que de rouler à fond sur une route mal éclairée, faire mine de te rentrer dedans, sortir presque nu et t’inviter à prendre un verre. »

Je prends sa main délicatement et glisse ses doigts sur mes lèvres, posant un léger baiser. Sa peau est incroyablement agréable et revoir ce visage d’ange me donne des frissons d’excitation de retrouver un amour perdu et des angoisses de devoir parler de ce temps passé. Je passe ma main sur sa hanche et le bas de son dos et me dirige vers la porte de droite. Toujours en boxer, debout devant la porte ouverte et le bras tendu vers l’intérieur.

« Si mademoiselle veut bien se donner la peine. Son carrosse est arrivé. »


   
https://theothersidenew.forumactif.org/t958-tony-a-thief-but-a-ge
Contenu sponsorisé
(#)


 :: Borough center