BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:
Le Deal du moment : -28%
Smartphone HUAWEI P30 lite Noir 128 Go
Voir le deal
265 €

Partagez

 You are pathetic [PV : Azur]

You are pathetic [PV : Azur] 1454767178-sholars
Ezekiel P. Brown
Ezekiel P. Brown
"Just stand high and tall, make sure you give your all" - Scholars
Messages : 81
Age : 28
Célébrité : Thomas Brodie-Sangster
Pseudo internet : Lore
Arrivé le : 21/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi : You are pathetic [PV : Azur] Tumblr_mok9uy65od1qdb5ymo1_500

Eden - Milo - Ana - Rachelle - Azur
(#) Mar 12 Jan - 11:54


Je tentais difficilement de me rappeler pourquoi j'étais venu ici à la base. Ah oui. L'article sur la résistance. J'avais été incapable de le commencer. En fait, j'étais en mode pilotage automatique depuis le début de la journée. Et malheureusement, la seule chose qui avait pu me réveiller ne m'avait plût qu'à moitié. Sur le panneau d'affichage juste à côté de la bibliothèque étaient souvent épinglés des affiches pour différents lieux, événements etc. Et je ne m'attendais pas à retrouver un jour, l'affiche de l'hôpital psychiatrique dans lequel j'avais fait séjour il y a un peu plus de dix ans. Mais, visiblement, ils devaient manquer de personnel car l'affiche clamait qu'ils en recherchaient. Et dessus étaient présentes quelques photos de l'hôpital. Ce n'était pas les couloirs sordides que je connaissais, ils avaient du faire un grand ménage pour l'occasion. Ou bien ils avaient enfin remit pied dans la réalité. Mouais. J'y croyais qu'à moitié. Je m'apprêtais à passer mon chemin et entrer dans la bibliothèque lorsqu'une des photos avait attirée mon attention. Mes genoux s'étaient mit à trembler tandis que je fermais les yeux, des flashs revenant dans ma tête. Comment oublier l'unité où vous avez passé un an de votre vie ? Comment oublier les couloirs sombres, les tentatives de sourires avortés à coups d'anti-dépresseurs inefficaces mais qui vous plongeait dans un état de fatigue avancée au point que vous n'êtes plus capable de rien ? Comment oubliez l'air de famille qu'avait tout les malades malgré leurs origines différentes ? Comment oublier les lèvres sèches, les teints pâles, les dos courbés, les yeux cernés, les corps qui tremblent ? Mais surtout le silence. Le silence qui reste tout de même lorsque résonnent les cris. Comment oublier cette table avec ses lanières pendantes qui n'attendaient qu'un corps autour du quel se resserrer ? Ce corps avait été le mien à de nombreuses reprises. Mais surtout, comment les oublier Elles ? J'aimais la première plus que tout, je me posais de très sérieuses questions sur la seconde. Mais lorsqu'Elle avait disparu après quatre mois passés à deux dans cet enfer... J'avais une nouvelle fois tout perdu. J'étais seul avec mes penses à nouveau. Et Elle était revenu avec plus de forces encore.

Mais tu oublies que moi je suis là Ez'... Et autant que tu le voudras, je ne te lâcherais pas très cher. Nous deux c'est définitif. Tu connais le moyen de me faire disparaître n'est ce pas ? Alors qu'attends-tu ? Son approbation ? Mais tu l'as déjà. ALORS QU'ATTENDS TU ?!?!

TA GUEULE !!!! Ferme-là, laisse moi tranquille !!! Elle ne le voudrait pas !!! Je le sais ! Alors la ferme !

Les jambes toujours aussi tremblotantes, j'entrais avec difficultés dans la bibliothèque où j'étais maintenant assis depuis une heure à griffonner des mots sans queue ni tête au crayon à papier dans mon cahier où j'aurais dû faire mes recherches pour mon article. Toujours les mêmes. On les retrouvait assez souvent en feuilletant mes cahiers si on prêtait attention. Griffonnés en minuscule au stylo bille dans un coin de cahier, d'anciennes traces de ces mots gommés à plusieurs reprises mais qui n'avaient jamais totalement disparus... "Pathétique" revenait assez souvent d'ailleurs. Et je savais pourquoi. Je finis par m'apercevoir que la feuille entière était marquée, les mots s'entremêlant sans aucune logique. Je fermais les yeux et refermais mon cahier dans des gestes de trop maintes fois répétés. Je gommerais plus tard. Alors que je levais le regard pour quitter cet endroit de malheur et aller retrouver ma guitare, je tombais sur un regard que je croisais assez souvent ces derniers temps :

"-Azur...? Qu'est ce que tu fais là ?"

_________________
The hell, it is the others
Inspire, pense, rêve... Puis expire et oublie. by Wiise
https://theothersidenew.forumactif.org/t152p15-ezekiel-just-watch http://otherside.forumactif.org/t250-ezekiel-je-pense-donc-je-suis#1791 http://otherside.forumactif.org/t253-ezekiel-car-se-souvenir-est-important#1816 http://otherside.forumactif.org/t254-ezekiel-p-brown-609-684-857#1825
Anonymous
Invité
Invité
(#) Dim 7 Fév - 20:05


Le temps n'était pas vraiment clément en ce moment, la neige faisait parfois son apparition sur la côte Est. Je ne m'en plaignais pas, loin de là, j'étais plutôt intrigué et émerveillé face au tapis blanc qui se trouvait sur le sol gelé. Enfin, ce n'était pas le cas ce jour-là, le ciel était gris, rempli d'une émotion instable, je pouvais ressentir toute la noirceur des cieux, en sortant simplement la tête vers l'extérieur. Le froid s'était emparé de la ville de Princeton, le campus était gelé, mais pas assez pour être recouvert d'une pellicule blanche immaculée. Je prenais actuellement la direction de Firestone Library, la bibliothèque très prisée des étudiants de tous niveaux. Là-bas, le calme était roi, afin de permettre à chacun de se construire une aire de travail adéquate. Évidemment, il y avait toujours perturbateurs, des personnes qui se croyaient plus intelligentes et plus intéressantes que d'autres. Elles avaient faux sur toute la ligne, et perturber le silence sacré de la bibliothèque ne les faisait pas s'élever au rang de demi-dieux, loin de là. En parlant de demi-dieux, tel était le sujet de mon dossier, que je devais rendre dans quelques semaines. C'était donc le but de ma venue, ici. Certes, l'envie n'était pas au rendez-vous, mais j'étais bien obligé de travailler si je voulais obtenir mon diplôme dans quelques années. J'étudiais en histoire, et plus particulièrement l'histoire antique. Ce sujet me passionnait véritablement, et en vérité, je pouvais discuter de cela pendant des heures et des heures. Mes lunettes sur le nez, j'étais entré dans la bibliothèque, à la recherche d'une table où je pourrais me poser tranquillement, et commencer mon étude. Ce fut le cas après quelques secondes d'attente. Voilà maintenant quelques heures que j'étais assis sur cette chaise, à contempler l'écran de mon ordinateur, tapant toutes les idées qui me venaient à l'esprit.  Rien ne semblait arrêter ma concentration, et pourtant, mon regard se releva lorsqu'une présence familière se fit ressentir. Ezekiel venait de faire son apparition, mais il ne semblait pas comme à son habitude non, il semblait fragile. Fragile, c'était le mot qui était venu en tête, quelques instants après  l'avoir reconnu. Par contre, il ne semblait pas m'avoir vu, et il prit place sur la table juste devant la mienne. Durant une heure, je le vis griffonner des choses incompréhensibles sur son cahier, sans que je ne puisse déchiffrer quoi que ce soit. Je l'avais observé, d'un oeil bienveillant. Je le connaissais Ez, ce n'était pas un type méchant, loin de là, il avait simplement besoin d'être entouré afin de ne pas plonger dans les méandres de la vie et de la mort. Je sortis de ma réflexion lorsqu'il ferma d'un coup son cahier, signe qu'il allait s'échapper. Je ne pouvais pas le laisser dans cet état là, ce ne serait pas digne d'un ami. Je me levai, rassemblant mes affaires en une fraction de seconde. Avant qu'il ne puisse s'échapper, je vins me mettre face à lui, l'empêchant de fuir. Il semblait surpris de me voir ici, et il me demanda même ce que je faisais. « Comme toi, je venais travailler, mais apparemment, de ce que j'ai pu voir, tu n'as pas réussi. » lançai-je avant de lui offrir un sourire tendre, histoire de le mettre en confiance. Mon bras vint se mettre autour de ses épaules, l'embarquant vers la sortie. « J'ai vu ce que tu as fait Ez, tu sais que tu peux me parler. » finis-je par dire, sortant du lieu dans lequel nous nous trouvions.  

hors rp:
 

 :: Firestone library