BIENVENUE A TOUS SUR THE OTHER SIDE ! :rebondit:
Nous sommes heureux de vous accueillir sur cette deuxième version, les nouveautés se trouvent ici, n'hésitez pas à poster à la suite. :cute:
VOUS POUVEZ AIDER LE FORUM SI VOUS LE VOULEZ :
En postant sur notre fiche bazzart, fiche prd et voter au top-site ! :sauchou:
Le Deal du moment : -35%
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – ...
Voir le deal
81 €

Partagez

 big girls cry + anwar

big girls cry + anwar 1454767175-membre-tower
Jill Beauchamp
Jill Beauchamp
"I know I've got a big ego" - Tower Club
Messages : 542
Age : 26
Célébrité : Emma Roberts
Pseudo internet : Twister (Faustine)
Arrivé le : 22/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi :
big girls cry + anwar Tumblr_nw6zzlWhD91u5bqmwo3_250big girls cry + anwar Tumblr_nw6zzlWhD91u5bqmwo4_250
Bitch please, i'm fabulous
01. elle est fille unique et chouchoutée par son père qu'elle adore. Par contre elle n'aime pas sa belle-mère - et réciproquement - qu'elle prend un malin plaisir à narguer et embêter, lorsque son père a le dos tourné. 02. elle a toujours vécu à Bervely Hills mais a décidé de venir de son plein gré à Princeton pour ses études. Pas pour l'université en particulier, mais disons qu'en tant que future journaliste, elle trouvait la région, l'histoire des organisations et tout ce qui s'en suit plus approprié, d'après ce qu'elle a entendu à ce propos. Ce choix en a étonné plus d'un, elle qui est si... Beverly. 03. elle a son appartement rien qu'à elle, dans la ville de Princeton, non loin de l'université alors que la villa familiale se trouve à New-York même. En effet, son père a déménagé en même temps qu'elle, n'allant pas laisser sa fille chérie partir à l'autre bout du pays sans lui. 04. Jill a un caractère et un comportement de bitch, mais dans l'fond, elle est sympa et pas si superficielle que ça. Enfin ça, si elle ne vous aime pas, vous n'aurez pas l'occasion de le découvrir. Le contraire serait surprenant. 05. elle change régulièrement de couleur de cheveux, passant du brun au blond, parce que ça lui va bien, faut l'avouer. 06. chieuse professionnelle, si elle ne t'aime pas, tu peux être certain qu'elle ne te lâchera pas la grappe pendant un bon moment, parce que ça l'amuse et que son nouveau jouet, c'est toi. 07. elle n'est pas complètement bilingue mais se débrouille plutôt bien en français, son père le lui ayant appris. Et comme elle étudie les langues, disons qu'il y a de quoi faire. 08. l'apparence c'est très important, alors elle a ses petits rituels quotidiens comme bon nombre de filles et le shopping, inutile de préciser qu'elle aime ça ? 09. en fait, plus qu'un centre d'intérêt, la mode est pour elle comme une passion. Elle pourrait passer des heures à préparer ou accorder des tenues et inutile de préciser que son appartement dispose d'un dressing rien qu'à elle ? 10. elle possède une décapotable rouge que son père lui a offert et à laquelle elle tient par-dessus tout donc, faites gaffe. Et ne soyez pas dans les parages lorsqu'elle croira avoir aperçu une griffe sur la portière, juste un conseil. 11. elle a de vrais airs de star dans sa manière de s'habiller ou même de se comporter bien qu'elle ne soit pas plus célèbre que le chien du voisin. Elle ne cherche pas à l'être de toute manière, pas pour le moment du moins. 12. sa mère, elle n'en parle jamais, parce qu'elle ne l'a pas vraiment connue et qu'elle ne veut pas la connaître. Tout ce qu'elle sait d'elle, c'est que c'est une conne alcoolique qui l'a abandonnée elle et son père. 13. À chaque vacances ou presque, les Beauchamp retournent en Californie, où ils ont conservé une propriété. Parce qu'elle a beau dire, mais le soleil et les plages de la côté Ouest, ça lui manque. Il leur arrive aussi de se rendre en France, là où a vécu le père de Jill avant qu'il ne vienne vivre aux USA. 14. sa fête préférée n'est autre qu'Halloween, même si elle ne croit pas une seule seconde à toutes ces histoires surnaturelles, de fantômes et monstres. N'est pas non plus superstitieuse (ou peut-être juste un peu) et adore se jouer des autres en leur faisant peur lorsque la situation l'y incite. 15. rétorque à qui veut l'entendre qu'elle déteste les films dramatiques, d'amour ou pour enfants mais aime les regarder lorsqu'elle est seule. 16. n'aime pas et ne fait pas le ménage, non. Elle a engagé quelqu'un pour ça, quoi de plus normal ?

www. timéo + www. théodor + www. anwar.
(#) Sam 20 Fév - 0:05

Très mal. Horriblement mal. Un enfer. Voilà comment avait commencé l'année 2016 pour Jill et pour tous les Beauchamp, en fait. Mais le pire dans tout ça, c'est que ça n'allait sûrement pas s'arranger avec le temps, même si Jill ne voulait pas se l'avouer, gardant désespérément espoir. L'espoir de quoi ? Que peut-être tout ceci ne soit qu'un mauvais cauchemar et que tout redeviendrait comme avant lorsqu'elle ouvrirait les yeux.  Sauf que ça, ce n'était pas possible. Parce que l'annonce de son père et tout ce qui s'en suivait était bien réel, tout comme les larmes s'écoulant sur les joues de la jeune femme, assise en tailleur, au pied du lit. Oui, Jill pleurait, pour de vrai, ce n'était pas encore un de ses petits numéros de comédie. Sa vie était fichue, complètement fichue et si personne n'était encore au courant de ce qui venait de lui arriver, ça ne tarderait pas à arriver. Et lorsque ça arriverait, la Beauchamp se retrouverait seule. Complètement seule. Zia et Callie ne voudraient probablement plus de la blonde à leurs côtés et après tout, ça pouvait se comprendre, elle n'était plus vraiment une héritière, désormais. Juste Jill Beauchamp. Quant au Tower Club, elle n'était même plus certaine de pouvoir encore en faire partie. Et après, il y avait tout le reste. Qu'est-ce que tout le monde dirait ? Anwar ? Gemma ? Le reste des héritières ? Théodor ? Ses voisins ? Et tous les autres ? Même ceux qu'elle ne connaissait pas, à  vrai dire. Elle imaginait bien comment tout le monde la regarderait, certains avec compassion et pour d'autre, au contraire, on pourrait probablement lire "bien fait, tu le mérites" sur leur visage. Enfin soit, tout partait de travers et ses pires cauchemars étaient en train de se réaliser. Et si la Beauchamp ne trouvait pas rapidement un travail, elle pourrait dire adieu à son appartement et à toutes ses affaires, aussi précieuses soient-elles. Alors oui, il fallait qu'elle évacue. Parce que si dans sa tête, la vérité était bien là, aux yeux de tous, Jill continuait d'agir en tant que Jill Beauchamp, la jolie peste au compte en banque bien rempli. Ce qui n'était plus le cas. Et si la jeune femme n'avait parlé à personne jusqu'à maintenant, pas même à ses meilleurs amis, c'est tout simplement parce qu'elle ne se sentait pas encore prête. Peut-être ne le serait-elle jamais. Mais pour l'heure en tout cas, la seule chose dont elle avait envie, c'était de manger de la crème glacée devant la télé. Ce qu'elle s'apprêtait à faire lorsqu'elle entendit quelqu'un sonner. Séchant ses larmes, elle cria un "J'arrive !" tandis qu'elle se relevait précipitamment pour s'observer un instant face au miroir. Esquissant un faux sourire, elle attrapa son mascara et passa un rapide coup sur ses cils ainsi qu'un peu de crayon. C'était déjà mieux. Maintenant, elle pouvait aller voir de qui il s'agissait. Une fois face à la porte, elle tira sur les pans de la longue robe de soirée qu'elle portait - on ne sait jamais, c'était peut-être la dernière fois qu'elle en avait l'occasion alors autant en profiter - avant de retirer les verrous et d'ouvrir. "Anwar ?" Dans un sens, elle était soulagée, de le voir lui, plutôt que quelqu'un d'autre. Mais d'un autre côté, elle ne voulait pas qu'il la voit comme ça, même lui. Ce n'était pas le bon moment mais Jill ne pouvait pas le repousser. Parce que c'était lui et parce que ça ne paraîtrait que plus suspect. Alors tant pis. Souriant légèrement, elle reprit : "Que me vaut l'honneur de cette visite ?"
http://www.theothersiderpg.org/t228-i-m-a-good-girl-with-a-lot- http://www.theothersiderpg.org/t272-queen-of-disaster-jill http://www.theothersiderpg.org/t655-we-made-these-memories-for-ourselves http://www.theothersiderpg.org/t274-jill-beauchamp-609-290-1825#2081
big girls cry + anwar 1454767173-ivy-membre
Anwar L. Sharafi
Anwar L. Sharafi
"I'm over here doing what I like" - Ivy Club
Messages : 576
Age : 27
Célébrité : zayn malik.
Pseudo internet : pillowtalk.
Arrivé le : 21/12/2015
Ce qu'il faut savoir sur moi : big girls cry + anwar Tumblr_o34pgv5e7j1tejmffo2_500
Gentil, sympathique et ouvert, il n’est pas difficile de parler avec Anwar. Il s’intéresse facilement aux autres et à ce qu’ils ont à raconter. Il est curieux de nature et a toujours été attiré par les différentes cultures que peut abriter le monde. Du genre sentimental, il s’attache facilement aux autres et fait facilement confiance aux gens qu’il ne connaît pas. Il n’en reste pas moins rancunier et n’oublie pas facilement les crasses qui ont pu lui être faites. Colérique et parfois violent, il a tendance à partir au quart de tour. Il n’aime pas avoir tord et aime être le chef de troupe. Surprotecteur et câlin, il fait un grand frère idéal tant qu’on ne lui cherche pas des noises. Indépendant et ambitieux, il n’aime pas se satisfaire du nécessaire. Il en veut toujours plus et toujours plus vite. Charmeur, il sait ce qu’il vaut et n’hésite pas à se servir de son physique pour arriver à ses fins. Narcissique et quelque peu égocentrique, il est sensible à la flatterie. Il n’est pas très romantique mais essaie de se soigner. Il a horreur des plans cul et autres coup d’un soir, ce qui ne l’empêche pas de pratiquer de temps en temps. Il est manipulateur et menteur quand le besoin s’en fait ressentir. Il est rêveur et passionné. Il aime la musique, le dessin et l’écriture. Introverti, il ne se confit que rarement, préférant passer pour le gars qui a toujours le sourire aux lèvres. Quand les gens l’exaspèrent, il a tendance à devenir hautain, méchant. C’est un adepte du « Qui aime bien châtie bien ». Il n’a aucun tabou et ne s’offusque jamais. Il est ouvert et n’a aucun mal à accepter les diverses sexualités. Il est fidèle en amitié et n’en attend pas moins de ses amis. Acculé, critiqué, il a tendance à se cacher derrière une bonne couche de mauvaise foi. Bien que pas du genre à étaler son argent aux yeux de tous, il ne se prive pas pour autant. il aime se payer des fringues hors de prix et des voyages à travers le monde. Voyage qu'il illustre à la perfection sur son blog et autre Instagram. C'est un accro à la technologie et à l'image qu'il renvoie.

▲ Anwar est droitier. il a longtemps essayer d'apprendre à utiliser sa main gauche, sans succès. ▲ Sa couleur préférée est le noir. ▲ Il ne mange pas de porc. ▲ Il fume beaucoup trop mais est incapable de s'arrêter. ▲ Il fume parfois de l'herbe. ▲ Chez lui ou à la villa, Anwar est toujours en chaussettes, il ne supporte pas d'être pieds nus ou en pantoufles. ▲ Il est capable de passer une journée à jouer aux jeux-videos mais n'en a jamais été dépendant. ▲ Il adore manger des lasagnes, sa mère le comparait souvent à Garfield. ▲ N'a pas peur de se teindre les cheveux, gris, blond, vert, il a tout essayé. ▲ Il est incapable de sortir sans son téléphone ▲ Il check son Instagram dès qu'il peut. ▲ Est incapable de passer devant un miroir sans s'y regarder ne serait-ce qu'une seconde. ▲ Préfère les blondes aux rousses et les brunes aux blondes. ▲ Il est fan de la saga Toy Story et de la série Shameless. ▲ Il met près de vingt-minutes pour se coiffer et le même temps pour s'habiller. ▲ il adore les enfants et pourrait passer des heures à jouer avec eux. ▲ N'a pas peur du ridicule mais à une peur bleue de l'humiliation. ▲ Il sait chanter mais n'a jamais cherché à en faire son métier. ▲ Il a plusieurs fois le tour du monde mais ne serait pas contre recommencer. ▲ Il est accro aux tatouages et n'en a jamais assez. il ne se tatoue que des dessins à lui. ▲ Il aime dormir et a un sommeil de plomb. Il a tendance à câliner quiconque prendrait le risque de s'endormir à ses côtés.
(#) Sam 27 Fév - 11:46


BIG GIRLS DON'T CRY
ANWAR LABIB SHARAFI & JILL BEAUCHAMP

you're a big girl now and big girls don't cry so don't cry, don't cry ✻✻✻ C’est comme si le monde entier tournait au ralenti. Perdu dans la foule des invités, je reste là, un verre à la main et le regard vide. Si je suis ici, c’est avant tout par respect et par devoir. J’ai beau ne plus être moi-même ces derniers jours, je n’en reste pas moins sous contrat. Et ce que la production veut, la production l’obtient, quoi que puisse penser ceux qui, comme moi, on eu le malheur de signer leur foutu contrat. Derrière moi, Dylan apparaît et passe une main dans mon dos. Elle me demande si ça va et je me contente de sourire pour la rassurer. Après une moue, elle m’embrasse et me sourit. Pas vraiment à l’aise, je baisse les yeux sur mon verre avant de les relever, un faux sourire sur les lèvres. Être avec elle me rappelle sans cesse à quel point Wyatt me manque, à quel point j’ai envie d’être avec lui. Suis-je un monstre ? C’est l’impression que j’ai en tout cas. « Ca va… c’est juste. Rien oublie, va t’amuser bébé. » Je force un peu plus sur mon sourire avant de lui embrasser la joue. Je sais que ce n’est pas la plus grande marque d’affection qui soit mais Dylan sait. Elle sait que je ne suis pas dans mon assiette. Bien entendu, j’ai gardé pour moi la véritable histoire, me contentant de lui dire que Wyatt et moi nous étions disputé. J’ai beau tenir à elle, je ne me voyais pas lui dire que mon meilleur ami m’avait avoué être tombé amoureux de moi. D’abord parce qu’elle aurait surement demandé à ce que je le garde à distance et ensuite parce que je dois bien avouer ne pas savoir si ce que Wyatt ressent est réciproque. Car plus j’y pense et plus je m’embrouille. Je suis perdu. Seul et perdu. Tout ce que je sais, c’est que mon meilleur ami me manque. « Tu devrais peut-être rentrer Anwar… » Perdu dans mes pensées, je mets plusieurs secondes avant de m’apercevoir que c’est à moi qu’on s’adresse. Surpris et perdu, je regarde Dylan. Elle a surement raison. Je ne sers à rien ici. Tout ce que je fais, c’est resté là, à fixer le vide. Il faut que je m’aère l’esprit. Doucement, j’attrape la main de Dylan que je presse délicatement. Elle est décidément trop bien pour moi. « Merci. » dis-je, coupable avant de porter sa main à mes lèvres pour y déposer un dernier baiser. Sans un mot, je finis par me décider et fend la foule, prêt à tout pour échapper de ce monde qui m’oppresse bien plus que d’habitude. Dehors, l’air frais m’arrache un frisson. Sans le vouloir, je pense à Wyatt et son admirable capacité à créer de la chaleur. Face à moi, le voiturier ne tarde pas à faire son boulot, ramenant face à moi la Chevrolet dans laquelle je me réfugie bien vite. Curieux, je tourne le rétroviseur dans ma direction. J’ai l’air plus blasé qu’autre chose et m’en veut d’être incapable de donner une meilleure impression. Avec un peu de chance le costard aura fait tout le travail pour moi. Tirant un peu plus sur mon nœud papillon, je remet le rétroviseur en place et démarre la voiture. Je ne sais pas trop où je vais mais une chose est sûr : faut que je bouge. Décidé à oublier, j’allume le poste radio. La musique démarre au quart de tour et j’en profite pour appuyer sur l’accélérateur qui force la Chevrolet à gémir de plaisir. Wyatt ici, il m’aurait surement engueulé pour forcer autant. Lui et les voitures, une grande histoire d’amour… Lancé dans les rues de New York, je me décide finalement pour rentrer sur Princeton. New York et ses rues me rappellent bien trop de souvenirs, souvenirs que je préfère fuir. Wyatt et moi avons passé notre enfance ici et je doute que remettre tout ça en question soit une bonne idée.  Qu’il soit amoureux de moi ne change rien au passé, rien au fait que nous avions passé les meilleurs moments qui soient. Repensant à notre enfance, je ne peux m’empêcher de sourire. C’est vrai qu’on était bien tout les deux. Juste tout les deux. Tout a tellement changé… Sans le vouloir, je repense à ma nuit. Une nuit passée à me tourner et me retourner dans mon lit, incapable d’échapper à des fantasmes que je ne me connaissais pas. Je me revois, couché sous Wyatt qui m’embrasse, allumant en moi quelque chose que je n’avais jamais ressenti précédemment. Quelque chose qui ne tarde pas à refaire son apparition tant j’y pense. Quelque chose que je fais vite taire en augmentant le volume de la radio. Ne lâchant pas le volant, je jette un coup d’œil sur mon téléphone que j’ai jeté sur le siège passage. J’aimerais tant pouvoir me confier. Mais à qui ? Wyatt ? Hors de question, je l’ai suffisamment humilié comme ça… Ma mère ? Sa mère ? Même pas dans mon pire cauchemar. Jill ? Je ne sais pas. Peut être ? Je ne suis pas vraiment sûr que Jill soit intéressée mais pourquoi pas ? Reste plus qu’à espérer qu’elle soit levée. Levée et apte à garder sa bouche fermée. Me confier oui, me livrer au grand public, hors de question.  Finalement décidé, je change ma trajectoire. Arrivé devant la porte de Jill, j’hésite. Et si elle ne faisait qu’empirer les choses ? Ma meilleure amie est bien des choses mais discrète n’est surement pas le premier qualificatif  qui me viendrait en tête. Prenant mon courage à deux mains, je finis par presser la sonnette que j’entends retentir dans son appart. « J'arrive ! » Derrière la porte, je souris. Sans vraiment savoir pourquoi, je m’imagine vite Jill en pyjama qui s’agite dans tous les sens histoire d’être le plus présentable possible. Bizarrement, j’ai beaucoup de mal à imaginer Jill sortir ses poubelles, pas maquillée et en chaussons. Quoi que j’aie déjà du mal à imaginer Jill sortir ses poubelles donc bon. Au moins la situation m’amuse. Ce qui me change de ces deux derniers jours passés à broyer du noir et à me poser dix-mille questions à la seconde. Repensant à mon mal être, je laisse ma bonne humeur retomber et plante mes deux mains dans les poches de mon pantalon de costume. Face à moi, la porte s’ouvre et j’ai beaucoup de mal à forcer sur mon sourire. « Anwar ? Que me vaut l’honneur de cette visite ? » Face à moi, Jill semble… étrange. Elle a beau être sublime dans sa robe, quelque chose cloche. Son maquillage, ou l’habitude peut être. Apparemment, elle est aussi douée que moi pour jouer la comédie. « J’ai… » J’hésite deux microsecondes. « Je me suis dit que ça faisait un moment qu’on s’était pas vu… Et puis une petite soirée entre amis me ferait du bien. »  Sans vraiment me soucier d’attendre une quelconque invitation, je me glisse à l’intérieur avant de m’arrête face à elle. « Est-ce que tout va bien Ji’ ? T’as l’air fatiguée… » Inquiet, je laisse une main frôler sa joue. Je ne sais pas si c’est de la fatigue ou de la lassitude, mais elle a l’air aussi en forme que moi. Pitié dites moi que c’est pas la faute d’un gars. J’ai beau fantasmer sur un mec, je ne suis pas encore prêt pour avoir une soirée fille en mode parlons de nos mecs ! D’abord parce que Wyatt n’est pas mon mec et ensuite parce que je ne suis même pas sûr de vouloir qu’il le devienne ! Si seulement je pouvais lâcher prise. « Jolie robe en tout cas » dis-je finalement en essayant de sourire. Avec un peu de chance l’humour m’aidera à déstresser. Hors de question que je commence une conversation avec mon meilleur ami m’a dit qu’il m’aimait et je ne sais plus quoi penser ! J’ai beau faire confiance à Jill, je ne suis pas stupide pour autant. Du moins je crois…

_________________

    i'm a motherfuckin' king

    IT'S YOU + Could it be that it’s a lesson that I never had to learn ? I looked at it like a blessing and now it’s just a curse. I don’t know why. I don’t know why it’s you. And I can’t tell you why because my brain can’t equate it. Tell me your lies because I just can’t face it.
http://www.theothersiderpg.org/t941-anwar-im-like-your-nes-game http://www.theothersiderpg.org/t950-anwar-i-m-a-motherfuckin-king http://www.theothersiderpg.org/t961-anwar-l-sharafi-609-611-1201 http://www.theothersiderpg.org/t965-anwar-l-sharafi-king-sharafi
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

 :: Coxs corner